26-30 novembre 2000France. Ouverture du débat sur l'inversion du calendrier électoral de 2002

 

Le 26, le Premier ministre, Lionel Jospin, dans son discours devant le congrès socialiste de Grenoble, estime que « le débat qui s'engage » au sujet du calendrier électoral de 2002, qui, dans l'état actuel, prévoit la tenue des élections législatives avant l'élection présidentielle, est « légitime ». Il se déclare implicitement en faveur de l'inversion de cet ordre. Dans la majorité, le Parti communiste et les Verts sont opposés à cette inversion, tout comme, dans l'opposition, le R.P.R. et D.L. qui dénoncent la « manipulation » du Premier ministre. François Bayrou, président de l'U.D.F., et Charles Pasqua, président du R.P.F., y sont favorables.

Le 28, le Parti socialiste annonce le dépôt d'une proposition de loi organique visant à prolonger le mandat de l'Assemblée au-delà de l'échéance du mandat présidentiel, afin que les législatives aient lieu après la présidentielle. Cette proposition sera déposée à l'Assemblée nationale le 30.

Le 29, Jacques Chirac, dans un communiqué, « met en garde, pour la sérénité du débat démocratique, contre la tentation de changer la règle du jeu peu avant une élection ».

—  Universalis



Tous les événements concernant :

Tous les événements :

Pour citer l’article

«  26-30 novembre 2000 - France. Ouverture du débat sur l'inversion du calendrier électoral de 2002 », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 juillet 2020. URL : http://www.universalis.fr/evenement/26-30-novembre-2000-ouverture-du-debat-sur-l-inversion-du-calendrier-electoral-de-2002/