20 février 2002France. Rebondissement de l'enquête sur les disparues de l'Yonne

 

La chambre criminelle de la Cour de cassation arrête que les faits pour lesquels Émile Louis, un ancien chauffeur de car, est poursuivi dans l'affaire des disparues de l'Yonne ne sont pas prescrits, infirmant ainsi l'arrêt de la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Paris du 2 juillet 2001. En décembre 2000, Émile Louis, qui était en contact avec les jeunes victimes, des handicapées mentales, avait reconnu sept crimes commis entre 1975 et 1979, avant de se rétracter. Le 11, Marylise Lebranchu, ministre de la Justice, avait admis qu'une dizaine d'autres cas de disparitions survenues dans cette même région depuis les années 1970 n'avaient pas été élucidés. En outre, le parquet d'Auxerre avait reconnu, en novembre 2001, que la quasi-totalité des dossiers clos par un non-lieu entre 1958 et 1982 avaient disparu. Quatre magistrats mis en cause dans les dysfonctionnements du parquet d'Auxerre sont convoqués devant le Conseil supérieur de la magistrature.

—  Universalis



Tous les événements concernant :

Tous les événements :

Pour citer l’article

«  20 février 2002 - France. Rebondissement de l'enquête sur les disparues de l'Yonne », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 août 2020. URL : http://www.universalis.fr/evenement/20-fevrier-2002-rebondissement-de-l-enquete-sur-les-disparues-de-l-yonne/