19-28 juin 1984France. Réflexions du P.C.F. sur son échec aux élections européennes

 

Le 19, le bureau politique du P.C.F. rend publiques ses premières réflexions sur son nouveau recul aux élections européennes du 17. Il considère « indispensable l'ouverture d'une discussion de l'ensemble des communistes ».

Les 26 et 27, le comité central discute un rapport de Claude Poperen. Soulignant l'« avertissement sérieux » donné à la gauche, le rapporteur estime que « les engagements de 1981 n'ont pas été tenus, en particulier sur l'emploi. La résolution adoptée par le comité central juge qu'est toujours valide la stratégie d'union de la gauche arrêtée lors du XXIVe congrès, et qui implique « l'existence d'un parti communiste fort et influent ». Mais, au sein de cette union, la nécessité d'une « amélioration de la présence, du contenu de l'intervention et de l'action des communistes » est affirmée. Ce comité central donne lieu à un réel débat au sein du Parti communiste, plusieurs tendances s'exprimant ouvertement. À propos de certains bruits qui avaient couru en raison de son silence prolongé après les élections européennes, Georges Marchais déclare, le 28 : « Je ne me pose pas la question de mon départ. »

—  Universalis



Tous les événements concernant :

Tous les événements :

Pour citer l’article

«  19-28 juin 1984 - France. Réflexions du P.C.F. sur son échec aux élections européennes », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 août 2022. URL : http://www.universalis.fr/evenement/19-28-juin-1984-reflexions-du-p-c-f-sur-son-echec-aux-elections-europeennes/