14 octobre 2004France. Aveux d'un nationaliste corse condamné dans l'affaire Érignac

 

Le quotidien Le Parisien publie une lettre adressée en septembre par le militant nationaliste corse Pierre Alessandri à la juge antiterroriste Laurence Le Vert, dans laquelle celui-ci s'accuse d'être l'auteur des coups de feu qui ont tué le préfet Claude Érignac, à Ajaccio, en février 1998. Arrêté en mai 1999 et condamné en juillet 2003 à la réclusion à perpétuité pour sa participation à l'assassinat du représentant de l'État, Pierre Alessandri avait été l'un de ceux qui avaient désigné Yvan Colonna comme l'auteur des coups de feu. Arrêté en juillet 2003 après une longue cavale, ce dernier a toujours nié être l'assassin du préfet. Pierre Alessandri réitère ses aveux devant le juge d'instruction, en présence d'Yvan Colonna. Les quatre autres membres du « commando Érignac », confrontés pour la première fois au meurtrier présumé, du 13 au 15, disculpent à leur tour celui-ci.

—  Universalis



Tous les événements concernant :

Tous les événements :

Pour citer l’article

«  14 octobre 2004 - France. Aveux d'un nationaliste corse condamné dans l'affaire Érignac », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 mai 2020. URL : http://www.universalis.fr/evenement/14-octobre-2004-aveux-d-un-nationaliste-corse-condamne-dans-l-affaire-erignac/