14-26 août 2018Église catholique. Réactions aux accusations de pédophilie.

 

Le 14, un grand jury réuni en Pennsylvanie, aux États-Unis, rend public un rapport relatif aux viols et agressions sexuelles commis par au moins trois cents prêtres sur plus d’un millier de mineurs depuis les années 1940 dans six diocèses de l’État. Il révèle les noms des prêtres et les faits qui leur sont reprochés, ainsi que les noms des personnes qui les ont protégés. Seuls deux de ces prêtres sont poursuivis. Les faits reprochés aux autres sont prescrits ou leurs auteurs sont morts. Le grand jury dénonce l’attitude de l’Église catholique qui, jusqu’au début des années 2000, a caché ces actes à la justice. Des évêques des diocèses concernés déclarent que ces comportements appartiennent au passé.

Le 20, le pape François publie une lettre « au peuple de Dieu » dans laquelle il reconnaît la responsabilité de la communauté ecclésiale dans les actes de pédophilie — qualifiés d’« atrocités » — commis par des prêtres et couverts par leur hiérarchie. François requiert « la participation active de tous les membres de l’Église » — tous les croyants — pour « éradiquer la culture de l’abus dans nos communautés » et « transformer » l’institution. En mai, le pape avait accepté la démission de cinq évêques chiliens et, en juillet, celle de l’archevêque d’Adélaïde Philip Wilson et de l’ancien archevêque de Washington Theodore McCarrick, membre du Conseil des cardinaux, pour avoir commis ou couvert des actes de pédophilie ; dans le même temps, l’archevêque de Santiago Ricardo Ezzati et le cardinal australien George Pell, également membre du Conseil des cardinaux, sont cités en justice pour des faits similaires.

Les 25 et 26, François se rend en Irlande à l’occasion de la clôture de la Rencontre mondiale des familles. Depuis les années 1980, plusieurs enquêtes ont révélé les nombreuses violences, notamment sexuelles, commises depuis des décennies dans le pays par des membres de l’Église à l’encontre d’enfants et de femmes. Le pape demande « pardon pour les abus commis » et rencontre des familles de victimes.

Le 26, dans une lettre publiée sur le site américain National Catholic Register, l’archevêque émérite Carlo Maria Viganò, ancien nonce apostolique à Washington et représentant de l’aile conservatrice de l’Église, demande au pape François de démissionner pour montrer « le bon exemple », l’accusant d’avoir ménagé le cardinal Theodore McCarrick en dépit de la connaissance qu’il avait de son inconduite sexuelle. Carlo Maria Viganò dénonce « les réseaux homosexuels » qui domineraient la haute hiérarchie catholique.

—  Universalis



Pour citer l’article

«  14-26 août 2018 - Église catholique. Réactions aux accusations de pédophilie. », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 avril 2020. URL : http://www.universalis.fr/evenement/14-26-aout-2018-eglise-catholique-reactions-aux-accusations-de-pedophilie/