12 février 1993Mali. Condamnation à mort de l'ancien président Moussa Traoré

 

La cour d'assises de Bamako, réunie depuis le 26 novembre 1992, condamne à la peine capitale l'ancien président Moussa Traoré et trois de ses proches – l'ancien ministre de la Défense, l'ancien ministre de l'Intérieur et le chef d'état-major des armées – pour coups et blessures, meurtres et assassinats. Les faits concernent la répression des manifestations en faveur de la démocratie, de janvier à mars 1991, qui avaient fait plus de cent morts. Poursuivis pour complicité, vingt-huit autres accusés, anciens ministres et responsables de l'Union démocratique du peuple malien, ex-parti unique, sont acquittés. Après Jean Bédel Bokassa, ancien empereur de Centrafrique, en 1986, Moussa Traoré est le second chef d'État africain à être condamné à mort après sa destitution. Il avait été renversé par des officiers de l'armée à l'issue des manifestations de mars 1991, après vingt-trois ans de pouvoir dictatorial. L'ex-président malien, qui doit par ailleurs comparaître devant la cour d'assises pour « crimes économiques », se pourvoit en cassation.

—  Universalis



Tous les événements concernant :

Tous les événements :

Pour citer l’article

«  12 février 1993 - Mali. Condamnation à mort de l'ancien président Moussa Traoré », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 juin 2021. URL : http://www.universalis.fr/evenement/12-fevrier-1993-condamnation-a-mort-de-l-ancien-president-moussa-traore/