10 septembre 2001Norvège. Défaite des travaillistes au pouvoir lors des élections législatives

 

Le Parti travailliste du Premier ministre, Jens Stoltenberg, connaît une sévère défaite lors des élections législatives, n'obtenant que 24,4 p. 100 des suffrages et 43 sièges (— 22 par rapport au dernier scrutin de septembre 1997) sur 165. Le gouvernement subit les conséquences de son incapacité à améliorer le fonctionnement des services publics et, surtout, de son refus de diminuer la pression fiscale. Le Parti travailliste demeure toutefois la première formation représentée au Parlement devant le Parti conservateur de Jan Petersen, qui progresse fortement, avec 21,2 p. 100 des voix et 38 sièges (+ 15). Le Parti du progrès (extrême droite) conserve sa troisième place, avec 14,7 p. 100 des voix et 26 élus (+ 1). Le Parti de la gauche socialiste améliore aussi sa représentation, avec 12,4 p. 100 des suffrages et 23 élus (+ 14). À droite, le Parti chrétien-populaire obtient 12,5 p. 100 des voix et 22 sièges (— 3), le Parti centriste 5,6 p. 100 des suffrages et 10 sièges (— 1) et le Parti libéral 3,9 p. 100 des voix et 2 sièges (— 4). Jens Stoltenberg annonce sa volonté de demeurer au pouvoir et le chrétien-populaire Kjell Magne Bondevik, auquel il avait succédé en mars 2000, exprime son souhait d'y revenir.

—  Universalis



Tous les événements concernant :

Tous les événements :

Pour citer l’article

«  10 septembre 2001 - Norvège. Défaite des travaillistes au pouvoir lors des élections législatives », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 avril 2022. URL : http://www.universalis.fr/evenement/10-septembre-2001-defaite-des-travaillistes-au-pouvoir-lors-des-elections-legislatives/