ZUO ZONGTANG [TSO TSONG-T'ANG] (1812-1885)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Appartenant à une famille lettrée peu fortunée du Hunan, Zuo Zongtang fait des études universitaires, se passionne pour la géographie, entreprend des expériences agricoles et enseigne comme précepteur dans une famille de notables (1840-1848). En 1852, recommandé par Hu Linyi, il entre dans l'état-major des armées impériales, auprès du gouverneur du Hunan, puis de Zeng Guofan. Il participe à la répression des Taiping dans les provinces du centre et reconquiert le Zhejiang et le Fujian, dont il est nommé gouverneur général en 1863. Son administration éclairée favorise une reprise agricole et l'introduction de cultures et de techniques nouvelles. Il fonde l'arsenal de Fuzhou (1866), comprenant un grand chantier naval et une école technique sous la direction d'ingénieurs français. En 1866, il devient gouverneur général du Shānxi et du Gansu. Il y anéantit l'insurrection des Nian. Sa gloire est d'avoir ensuite conservé à l'Empire les territoires d'Asie centrale, en maîtrisant la révolte des musulmans de ces régions (1869-1877). Pour financer ses campagnes, il persuade la cour de contracter les premiers emprunts publics auprès des banques étrangères. Il développe également la colonisation chinoise sur cette nouvelle frontière, transforme ses soldats en laboureurs, ouvre des arsenaux et une usine textile. Devenu Grand Secrétaire en 1874, il regagne l'Est comme gouverneur général des Liangjiang en 1881. En 1884, il reçoit la haute main sur les affaires militaires de tout l'Empire avec mission spéciale d'assurer la défense maritime du Fujian contre les attaques françaises.

—  Michel BRUGUIÈRE

Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, directeur d'études à l'École pratique des hautes études, ancien rapporteur général du Haut Comité de la langue française

Classification

Autres références

«  ZUO ZONGTANG [ TSO TSONG-T'ANG ] (1812-1885)  » est également traité dans :

CHINE - Histoire jusqu'en 1949

  • Écrit par 
  • Jean CHESNEAUX, 
  • Jacques GERNET
  •  • 44 695 mots
  •  • 50 médias

Dans le chapitre « Stabilité des structures profondes »  : […] Pendant le demi-siècle qui sépare les guerres de l'opium et la guerre franco-chinoise, l'État et la société chinoise, dans leurs structures profondes, ne diffèrent pas fondamentalement de ce qu'ils étaient au xviii e  siècle. Les deux rapports essentiels de dépendance, celui du peuple par rapport aux lettrés fonctionnaires et celui des paysans par rapport aux propriétaires fonciers, se recouvrent […] Lire la suite

ISLAM (Histoire) - Le monde musulman contemporain

  • Écrit par 
  • Françoise AUBIN, 
  • Olivier CARRÉ, 
  • Nathalie CLAYER, 
  • Andrée FEILLARD, 
  • Marc GABORIEAU, 
  • Altan GOKALP, 
  • Denys LOMBARD, 
  • Robert MANTRAN, 
  • Alexandre POPOVIC, 
  • Catherine POUJOL, 
  • Jean-Louis TRIAUD
  • , Universalis
  •  • 31 435 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « L'arrière-plan historique »  : […] Traditionnellement désigné en Chine sous le nom de Qingzhenjiao , la « vraie religion pure » ou la « religion du Vrai Pur », l'islam a dû commencer à se répandre dans ce pays dès le viii e  siècle, grâce aux commerçants musulmans qui empruntaient soit les pistes caravanières de l'Asie centrale, soit la route maritime de l'Asie du Sud-Est. À l'époque gengiskhanide, la dynastie des Yuan favorisant […] Lire la suite

Pour citer l’article

Michel BRUGUIÈRE, « ZUO ZONGTANG [TSO TSONG-T'ANG] (1812-1885) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 31 juillet 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/zuo-zongtang-tso-tsong-t-ang/