MUSIC ZORAN (1909-2005)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'énigme de la « présence » humaine

Déraciné par nature, Music trouva cependant dans trois lieux, à bien des égards antagonistes, les fondements de son art : les paysages du Karst, Dachau et Venise. Le Karst est, selon ses propres termes, « la matrice de toute [sa] peinture. Un paysage dépouillé, presque désertique », celui-là même qu'enfant, en Slovénie, il contemplait avec son père. Un paysage nu, minéral, quasi biblique, qui hante toute son œuvre, des Motifs dalmates des années 1940, ou des Paysages siennois et ombriens (1948-1952), aux Motifs végétaux exécutés dans les collines des Maures (1972, Musée national d'art moderne, Paris) et aux Paysages rocheux des années 1980. Aridité, quête de l'élémentaire... C’est parmi les collines du Karst qu'il fixe sa palette autour d'une gamme de couleur et d'une granulation de terres « brûlées ».

Venise, ce carrefour de l'Orient et de l'Occident, où il séjourne une première fois en 1943 et vit à partir de 1946 (en alternance avec Paris à partir 1953), convient à ce « passant », Il Viandante, tel qu'il se présente lui-même. Étonnamment, la ville donnera lieu, une fois passé le premier éblouissement devant la lumière et l'immensité libre du ciel de la lagune, à des tableaux aux couleurs sourdes, où des barges, vues sur la Giudecca, deviennent comme des collines ravinées de pluie... ou des amoncellements de cadavres.

Car, d'évidence, s'il est un lieu qui à jamais change la vie et l'œuvre de cet homme, c'est Dachau, où il est déporté en 1944, pour avoir fréquenté des groupes antinazis. Il y reste jusqu'à la libération des camps, en avril 1945. Là, les dernières semaines notamment, alors que la surveillance s'est un peu relâchée, il parvient à se procurer de quoi dessiner. L'état de « sujet » – la situation de l'artiste étant indissociable ici de ce qu'il montre – concourt à l'authenticité et à la force de ce témoignage, à la vérité de ce document subjectif. « Je commence timidement à dessiner. C'est probablement mon salut. [...] Je dessine comme en transes, m'accrochant morbidement à mes bouts de papier. Je suis comme aveuglé par [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : professeur d'histoire de l'art contemporain à l'université de Provence

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre WAT, « MUSIC ZORAN - (1909-2005) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/zoran-music/