ZHOU ENLAI [TCHEOU NGEN-LAI] ou CHOU EN-LAI (1898-1976)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Aux origines du Parti communiste chinois

Né à Huaian dans le Jiangsu en 1898 dans une famille aisée de lettrés, Zhou Enlai, avant même que le Parti communiste soit fondé, milite dans le Mouvement du 4 Mai (1919), la grande révolution patriotique et culturelle qui soulève les étudiants chinois contre la tradition confucéenne et les empiétements de l'étranger. Il passe même une centaine de jours en prison, à Tianjin, au début de l'année 1920. Il est encore de ceux qui établissent à Paris en 1922 la branche européenne du Parti communiste chinois (P.C.C.), fondé l'année précédente à Shanghai. Apprécié dès cette époque pour son savoir-faire et son dynamisme, Zhou sillonne l'Europe pour le compte du mouvement : c'est en Allemagne qu'il recueille l'adhésion au communisme du futur maréchal Zhu De, le légendaire commandant de l'Armée rouge. Dès son retour en Chine (été 1924), Zhou Enlai devient, à vingt-six ans, directeur adjoint du département politique de l'académie militaire de Whampoa, pépinière d'officiers nationalistes et communistes. En cette période d'union entre les deux partis (Guomindang [Kouo-min-tang] et P.C.C.), c'est Tchiang Kai-chek qui commande l'académie. Tchiang arrête son adjoint Zhou Enlai au moment (mars 1926) de déclencher contre ses alliés communistes une attaque surprise qui préfigure sa volte-face d'avril 1927 à Shanghai. Très vite relâché, Zhou Enlai se retrouve précisément à Shanghai au premier rang de ceux qui organisent l'insurrection victorieuse de mars 1927 et tombent en avril dans le piège tendu par Tchiang Kai-chek. Zhou Enlai échappe à l'exécution et participe quelques mois plus tard à la préparation de l'insurrection avortée de Nanchang le 1er août 1927, célébrée en Chine populaire comme la date de naissance de l'Armée rouge. Au cours des années suivantes, Zhou devient en fait le second personnage du parti derrière Li Lisan, dont il ne partage pas la disgrâce, survenue à la fin de 1930. Zhou rejoint bientôt les soviets du Jiangxi et en organise l'évacuation à la v [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Médias de l’article

Zhou Enlai

Zhou Enlai
Crédits : Three Lions/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Richard Nixon à Pékin, 1972

Richard Nixon à Pékin, 1972
Crédits : Keystone/ Getty Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales

Classification

Autres références

«  ZHOU ENLAI [ TCHEOU NGEN-LAI ] ou CHOU EN-LAI (1898-1976)  » est également traité dans :

CHINE - Hommes et dynamiques territoriales

  • Écrit par 
  • Thierry SANJUAN
  •  • 9 794 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La transition postmaoïste »  : […] La période qui commence en 1978 s'inscrit sous le double sceau des « réformes et de l'ouverture » et elle est annoncée dès 1975 par la politique des quatre modernisations – agriculture, industrie, sciences et techniques, et armée – de Zhou Enlai, avec l'aide de Deng Xiaoping. Ce dernier défend sa politique de réformes pour sortir la Chine de la misère et du désenchantement qu'a entraînés l'ère […] Lire la suite

CHINE, histoire, de 1949 à nos jours

  • Écrit par 
  • Jean-Philippe BÉJA, 
  • François GODEMENT
  •  • 19 155 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « La chute des activistes »  : […] Après l'épreuve de force de l'été de 1967, l'établissement des « comités révolutionnaires » provinciaux à la place du cadre administratif d'avant 1966 s'accélère. Tandis que le centre lance des appels à l'unité, les gardes rouges sont dissous et envoyés à la campagne . Les heurts locaux, la rhétorique révolutionnaire, le culte exacerbé du président Mao et les institutions punitives mises en place […] Lire la suite

XI'AN INCIDENT DE (1936)

  • Écrit par 
  • Michel HOANG
  •  • 914 mots

Mutinerie d'un caractère original, la capture de Tchiang Kai-chek par Zhang Xueliang, connue comme « l'incident de Xi'an », constitue une péripétie diplomatique dont les implications politiques et psychologiques ont marqué le destin de la Chine et, en particulier, le développement de son sentiment national. Jeune puissance économique et militaire qui a déjà soumis la Chine impériale (1895) et la R […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Lucien BIANCO, « ZHOU ENLAI [TCHEOU NGEN-LAI] ou CHOU EN-LAI (1898-1976) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 octobre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/zhou-chou-en-lai/