ZHAO SHULI (1906-1970)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une tragédie exemplaire

Toutefois, l'œuvre de Zhao Shuli révèle une contradiction entre l'utilisation d'un langage politique conventionnel, associée à une foi apparente dans le pouvoir qu'aurait la loi de changer les mentalités, et une proximité réelle, teintée de scepticisme, avec les paysans qu'il décrit, notamment les plus englués dans la tradition. Cet attachement profond à la réalité paysanne est à la source des difficultés que l'écrivain connaîtra après 1949.

Après la libération, Zhao Shuli s'est certes vu chargé à Pékin de fonctions institutionnelles importantes : président de l'Association des chanteurs et conteurs populaires, membre dirigeant de l'Association des écrivains chinois, co-directeur avec Lao She du périodique populaire Shuoshuo changchang (Contes et Chants), il est aussi élu député à trois reprises à l'Assemblée populaire nationale. Il participe également comme délégué au VIIIe congrès du Parti communiste chinois (1956). Cependant, il va se trouver rapidement en porte-à-faux avec un langage politique qui se réduit de plus en plus à des slogans.

S'il célèbre, dans son roman Sanliwan (1955, Le Village de Sanliwan, trad. franç. 1960), le mouvement des coopératives, il n'en est pas moins conscient des réticences des paysans et de la dureté de leurs conditions de vie, d'autant qu'il a occupé les fonctions de vice-secrétaire du parti dans un comité de district. Ses critiques à l'égard des communes populaires et du Grand Bond en avant, dont il dénonce les objectifs irréalistes et les surenchères mensongères, ne lui seront pas pardonnées. Revenu en odeur de sainteté à la « conférence de Dalian » (1962), qui prône « l'approfondissement du réalisme » et approuve les « personnages moyens », il est mis à l'écart dès le début de la révolution culturelle, et soumis à des séances de critique publique. Il meurt le 23 septembre 1970, à Taiyuan. Il sera réhabilité après la chute de la « bande des Quatre » : le 17 octobre 1978, son urne funéraire est exposée, avec celle d'autres révolutionnaires, dans la salle du mémorial du ci [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : professeur à l'université de Bordeaux-III-Michel-de-Montaigne, responsable du département d'études chinoises, directeur du Centre d'études et de recherches sur l'Extrême-Orient
  • : professeur à l'Institut national des langues et civilisations orientales, directrice de l'équipe ASIES

Classification

Autres références

«  ZHAO SHULI (1906-1970)  » est également traité dans :

CHINOISE (CIVILISATION) - La littérature

  • Écrit par 
  • Paul DEMIÉVILLE, 
  • Jean-Pierre DIÉNY, 
  • Yves HERVOUET, 
  • François JULLIEN, 
  • Angel PINO, 
  • Isabelle RABUT
  •  • 45 738 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le roman : des campagnes à l'histoire révolutionnaire »  : […] L'écrivain a pour tâche de peindre le « monde nouveau » en embrassant le point de vue des ouvriers, des paysans ou des soldats, et en privilégiant les luttes politiques au détriment de la vie privée. Il en résulte que la plupart des romans ont pour sujet la campagne et l'histoire révolutionnaire. Les écrivains qui ont fait leurs classes dans les « zones rouges » du Nord-Ouest et de la plaine centr […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

Chine. Limogeage du chef du Parti communiste de Pékin. 28 avril 1995

administrateurs de moindre rang. Il s'agit du premier limogeage d'un haut responsable politique depuis la mise à pied de Zhao Ziyang en juin 1989. C'est également la première fois qu'un membre du bureau politique est destitué pour malversations. Toutefois, la destitution de Chen est autant l'effet […] Lire la suite

Chine. XIVe congrès du Parti communiste. 9-19 octobre 1992

Le 9, le dernier plénum du comité central élu en 1987 lors du XIIIe congrès du Parti communiste chinois (P.C.C.) confirme la mise à l'écart du pouvoir de l'ancien secrétaire général Zhao Ziang, démis en juin 1989, qui est accusé de négligence face à la montée de l'esprit […] Lire la suite

Chine. Version officielle de la crise et création d'un Front démocratique à Paris. 3-20 juillet 1989

Peng et l'ex-secrétaire général du parti Zhao Ziyang, accusé d'avoir voulu s'appuyer sur des « forces réactionnaires » en Chine comme à l'étranger pour renverser le régime. Le 20, au cours d'une conférence de presse à Paris, les cinq principaux dissidents chinois qui sont parvenus à s'enfuir […] Lire la suite

Chine. Violente répression de la contestation étudiante. 2-28 juin 1989

. entérine la révocation de Zhao Zihang pour « erreurs graves » et nomme pour le remplacer au poste de secrétaire général du parti Jiang Zemin, chef du P.C. de Shanghai. D'autre part, le comité central annonce de nouvelles purges au sein du parti. Le 28, au cours de sa première allocution en public, Jiang Zemin affirme que le régime sera « sans merci » à l'égard des « comploteurs ». […] Lire la suite

Chine. Les étudiants sur la place Tiananmen et Gorbatchev à Pékin. 4-29 mai 1989

centaines de journalistes se joignent à eux pour demander la liberté de la presse. Des manifestations ont lieu simultanément dans plusieurs autres villes chinoises. Le 5, Zhao Ziyang, secrétaire général du P.C., se déclare favorable à des « consultations étendues ». Le 13, afin de faire pression […] Lire la suite

Pour citer l’article

Angel PINO, Isabelle RABUT, « ZHAO SHULI (1906-1970) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 juin 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/zhao/