MENUHIN YEHUDI (1916-1999)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Yehudi Menuhin

Yehudi Menuhin
Crédits : Erich Auerbach/ Getty Images

photographie

Georges Enesco

Georges Enesco
Crédits : Hulton Getty

photographie


Le musicien et l'humaniste

Sa carrière prend un nouvel essor, en quête d'horizons nouveaux. Nehru l'invite en 1952 en Inde, où il découvre une source de réflexion qui lui permet de dominer les crises qu'il traverse. Car si l'enfant prodige est devenu adulte, d'inquiétantes douleurs se manifestent dans le bras droit qui ne cesseront de le tourmenter ; il trouve dans le yoga une aide indispensable. Le violoniste devient animateur : il fonde le festival de Gstaad, en Suisse (1956), qu'il dirigera jusqu'en 1997 ; en 1959, il s'installe en Angleterre et fonde le festival de Bath, qu'il dirige jusqu'en 1968 ; il fonde également le festival de Windsor et en assure la direction de 1969 à 1972. Il devient aussi chef d'orchestre : il réunit un orchestre de chambre, d'abord dans le cadre du festival de Bath avant qu'il ne prenne le nom de Menuhin Festival Orchestra. En 1963, il fonde à Stoke d'Abernon (Surrey) une école de musique sur le modèle de l'École centrale de Moscou, destinée à de jeunes enfants talentueux recrutés dans le monde entier ; la scolarité est prise en charge dans le cadre d'un pensionnat et les enfants reçoivent une double formation, musicale et générale.

En 1965, Menuhin est anobli par la reine Élisabeth II. En 1970, la communauté suisse de Saanen lui décerne le titre de citoyen d'honneur, ce qui lui confère la nationalité helvétique. Entre 1969 et 1975, il préside le Conseil international de la musique de l'U.N.E.S.C.O. et utilise cette fonction pour développer une action importante en faveur des droits de l'homme, notamment pour aider des musiciens persécutés, comme Mstislav Rostropovitch ou Miguel Angel Estrella. Déjà, pendant la guerre froide, il avait contribué à établir des contacts entre musiciens soviétiques et occidentaux ; il était très lié avec David Oïstrakh. En 1971, lors d'un congrès à Moscou, il n'hésite pas à dénoncer les atteintes aux droits de l'homme. En 1976, la Sorbonne lui décerne le titre de docteur honoris causa, honorant ainsi un m [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : chef d'orchestre, musicologue, producteur à Radio-France

Classification


Autres références

«  MENUHIN YEHUDI (1916-1999)  » est également traité dans :

SHANKAR RAVI (1920-2012)

  • Écrit par 
  • Éliane AZOULAY, 
  • Universalis
  •  • 1 082 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le prince des sitaristes »  : […] Né à Bénarès (Varanasi) le 7 avril 1920, Ravi Shankar fait ses débuts sur scène à l'âge de dix ans, à Paris, en tant que danseur dans une troupe dirigée par son frère aîné Uday Shankar (1900-1977). À quinze ans, il perd son père, un avocat issu de la plus haute caste hindoue, celle des brahmanes, puis rencontre son gourou, l'illustre maître du luth sarod Ustad Allauddin Kha […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ravi-shankar/#i_89806

Voir aussi

Pour citer l’article

Alain PÂRIS, « MENUHIN YEHUDI - (1916-1999) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/yehudi-menuhin/