XIA GUI [HIA KOUEI] (actif vers 1190-1225)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Postérité de l'école Ma-Xia

La peinture de Xia Gui est étroitement associée à celle de Ma Yuan ; tous deux participent d'une même esthétique et ne diffèrent que par le tempérament – Ma plus contemplatif et poétique, Xia plus dramatique et nerveux –, aussi la critique a-t-elle désigné leur art sous le nom d'« école Ma-Xia ». Leur peinture est éminemment accessible et séduisante, d'où la vogue considérable qu'elle connut, et le grand nombre de ses imitateurs. Néanmoins, avec son désir de plaire, sa volonté de lisibilité et de clarté logique, sa propension à la prouesse technique et à la mise en formules, il s'agissait fondamentalement d'un art académique, et qui comportait en germe un facteur de dessèchement. À partir de l'époque Yuan, les lettrés sentirent le péril et une forte réaction du goût s'opéra contre l'école Ma-Xia, qui ne fut guère suivie que par les « artisans » professionnels.

La relative défaveur dans laquelle ces œuvres furent finalement tenues en Chine même vint paradoxalement favoriser leur diffusion à l'étranger : comme ce fut le cas pour les peintures Chan (ou Zen) de la même époque, les collectionneurs japonais, ne rencontrant guère de concurrence sur le marché chinois, purent en importer un grand nombre au Japon où elles exercèrent une influence considérable sur la peinture locale. Quant à l'Occident, c'est dans une large mesure par le truchement de l'école Ma-Xia (et de ses imitations) qu'il a commencé à découvrir le paysage chinois. Comme entrée en matière, ce choix est excellent, du moment que l'on prend conscience de ses limites et qu'il ne voile pas certaines valeurs plus profondes.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : reader, Department of Chinese, Australian National University

Classification

Autres références

«  XIA GUI [ HIA KOUEI ] (actif vers 1190-1225)  » est également traité dans :

CHINOISE CIVILISATION - Les arts

  • Écrit par 
  • Corinne DEBAINE-FRANCFORT, 
  • Daisy LION-GOLDSCHMIDT, 
  • Michel NURIDSANY, 
  • Madeleine PAUL-DAVID, 
  • Michèle PIRAZZOLI-t'SERSTEVENS, 
  • Pierre RYCKMANS, 
  • Alain THOTE
  •  • 54 374 mots
  •  • 43 médias

Dans le chapitre « Le paysage lyrique : xiie et xiiie siècles »  : […] Sous les Song du Sud, à la fin du xii e et au début du xiii e  siècle, deux grandes personnalités dominent l'art du paysage : Ma Yuan et Xia Gui. Ces artistes partent de la conception du paysage à la fois plus étroite et plus impressionniste qu'avait amorcée un Li Tang ; dans l'emploi des « rides fendues à la hache » et des nappes de lavis enlevées à l'emporte-pièce, ils affirment une éblouissa […] Lire la suite

LI TANG (XIe-XIIe s.) ET MA YUAN (XIIe-XIIIe s.)

  • Écrit par 
  • Pierre RYCKMANS
  •  • 1 720 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Ma Yuan et l'académie des Song du Sud »  : […] Ma Yuan et son cadet Xia Gui sont nés plusieurs années après la mort de Li Tang (Ma fut actif vers 1190-1225), mais, malgré cet écart chronologique, c'est sans le moindre hiatus que leur peinture est venue prendre le relais de leur devancier. Cette remarquable continuité de développement fut assurée grâce à l'action de l' académie impériale qui, sous les Song du Sud, imprima à la peinture une hom […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre RYCKMANS, « XIA GUI [HIA KOUEI] (actif vers 1190-1225) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 octobre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/xia-gui-hia-kouei/