XIA GUI [HIA KOUEI] (actif vers 1190-1225)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Hangzhou et l'Académie des Song du Sud

Son activité s'exerça dans un milieu de rêve, à une époque paradoxale. Milieu de rêve : Hangzhou avec ses collines et son lac, ville fastueuse qui unissait tous les raffinements de la vie urbaine aux charmes d'un site exquis. Époque paradoxale, où l'humiliation nationale se doublait d'une prospérité sans précédent, où l'impuissance politique s'accompagnait d'un superbe épanouissement culturel. Sous la pression du royaume tartare des Jin, la dynastie Song, incapable de lutter – ou plutôt incapable d'entretenir une volonté de lutte, (car les moyens matériels et militaires étaient loin de lui faire défaut) –, avait acheté une paix provisoire en renonçant à la moitié septentrionale de l'Empire et déplacé sa capitale à Hangzhou. Là, tournant le dos à l'orage qui s'accumulait, elle s'offrit, pour un siècle et demi encore, le luxe d'un crépuscule nonchalant et splendide. Si les hommes d'action rongeaient leur frein dans ce climat débilitant, poètes et artistes, eux, y trouvaient leur compte : en échangeant les paysages grandioses et sévères de la Chine du Nord pour la douceur luxuriante de cette nature amène, ils avaient trouvé une inspiration nouvelle, d'un caractère plus lyrique et intime. En même temps, le milieu urbain de Hangzhou offrait à leur activité des conditions intellectuelles et matérielles particulièrement favorables. Malgré toutes les vicissitudes politiques des périodes ultérieures, cette prépondérance culturelle et artistique de la région du Sud-du-Fleuve, consacrée par l'établissement temporaire de la capitale politique à Hangzhou, restera un fait définitivement acquis pour les siècles à venir.

Sitôt installés dans leur nouvelle capitale, les Song du Sud s'étaient empressés de reconstituer cette académie de peinture à laquelle le dernier souverain des Song du Nord, Huizong (1101-1126), à la veille même de perdre et son trône et sa liberté, n'avait cessé de donner le meilleur de son attention. Cette nouvelle académie continua les travaux de l'ancienne, ses premiers chefs de file (Li Tang, Li Di) étaient d'ailleurs d'a [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages





Écrit par :

  • : reader, Department of Chinese, Australian National University

Classification


Autres références

«  XIA GUI [ HIA KOUEI ] (actif vers 1190-1225)  » est également traité dans :

CHINOISE CIVILISATION - Les arts

  • Écrit par 
  • Corinne DEBAINE-FRANCFORT, 
  • Daisy LION-GOLDSCHMIDT, 
  • Michel NURIDSANY, 
  • Madeleine PAUL-DAVID, 
  • Michèle PIRAZZOLI-t'SERSTEVENS, 
  • Pierre RYCKMANS, 
  • Alain THOTE
  •  • 54 356 mots
  •  • 41 médias

Dans le chapitre « Le paysage lyrique : xiie et xiiie siècles »  : […] Sous les Song du Sud, à la fin du xii e et au début du xiii e  siècle, deux grandes personnalités dominent l'art du paysage : Ma Yuan et Xia Gui. Ces artistes partent de la conception du paysage à la fois plus étroite et plus impressionniste qu'avait amorcée un Li Tang ; dans l'emploi des « rides fendues à la hache » et des nappes de lavis enlevées à l'emporte-pièce, ils affirment une éblouissa […] Lire la suite

LI TANG (XIe-XIIe s.) ET MA YUAN (XIIe-XIIIe s.)

  • Écrit par 
  • Pierre RYCKMANS
  •  • 1 719 mots

Dans le chapitre « Ma Yuan et l'académie des Song du Sud »  : […] Ma Yuan et son cadet Xia Gui sont nés plusieurs années après la mort de Li Tang (Ma fut actif vers 1190-1225), mais, malgré cet écart chronologique, c'est sans le moindre hiatus que leur peinture est venue prendre le relais de leur devancier. Cette remarquable continuité de développement fut assurée grâce à l'action de l' académie impériale qui, sous les Song du Sud, imprima à la peinture une hom […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre RYCKMANS, « XIA GUI [HIA KOUEI] (actif vers 1190-1225) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/xia-gui-hia-kouei/