XI JINPING (1953- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Vers une évolution des formes du pouvoir ?

La vitesse avec laquelle Xi Jinping a pu consolider son assise ne laisse pas de surprendre les observateurs de la Chine. Cependant, la question de l’étendue réelle de son pouvoir suscite de vives controverses.

Deux principaux facteurs permettent de rendre compte de la capacité du « Nouveau Timonier » à prendre le contrôle des institutions. En premier lieu, Xi Jinping, qui a grandi au sein du parti, connaît le fonctionnement intime du régime, ce qui le dispensait d’une phase d’apprentissage. Ensuite, il parvient au pouvoir avec un réseau déjà constitué (contrairement à Jiang Zemin ou Hu Jintao) et diversifié qui repose sur les provinces – où il a passé plus de vingt ans –, l’élite du parti (les taizijun ou « fils de princes »), qu’il côtoie depuis sa prime jeunesse, et l’armée, où il prend appui sur sa seconde femme – Peng Liyuan est une chanteuse militaire très populaire –, ainsi que sur les relations qu’il a pu nouer lorsqu’il était au service de Geng Biao.

Qu’en est-il dès lors de l’étendue de ce pouvoir ? Nombre d’observateurs créditent Xi Jinping d’une emprise sur les institutions comparable à celle dont Mao pouvait se prévaloir. Il est en effet parvenu à centraliser les instances de décisions entre ses mains : de nombreuses politiques sont désormais élaborées au sein de petits groupes dirigeants contrôlés par lui ou au sein d’un cabinet informel constitué de ses conseillers les plus proches. Le pouvoir a ainsi pris une tournure beaucoup plus personnelle, mettant fin à la tendance d’institutionnalisation croissante du régime. La campagne anticorruption est venue consolider ce pouvoir. Celle-ci peut être vue comme une fusée à double étage : à la base (au niveau des « mouches »), il s’agit d’éradiquer les mauvaises pratiques des cadres qui sapent l’autorité du parti ; au sommet (au niveau des « tigres »), on est face à une campagne politique d’ampleur destinée à écarter les ennemis et concurrents potentiels. Le pouvoir de Xi Jinping semble si bien établi qu’il a pu se permettre d’inscrire au programme du VIe plénum du Comité central d’octobre 2016 le remaniement d’un texte fondamental du parti, datant de 1980, qui imposait la direction collective et la démocratie interne ; un acte hautement symbolique à un an du congrès du Parti. Sur le plan social, le pouvoir a également repris du terrain : contrôle croissant d’Internet, dissidents réduits au silence, propagande omniprésente, « lutte contre l’influence pernicieuse des valeurs occidentales », contrôle des enseignants et des contenus culturels, loi sur les ONG…

Pourtant, d’aucuns soulignent les faiblesses du pouvoir de Xi Jinping : son emprise sur le parti serait incomplète, Liu Yunshan (à la tête de la propagande du régime) fédérant autour de lui une opposition déterminée. Par ailleurs, bien que Xi Jinping ait pu centraliser les mécanismes d’élaboration des politiques publiques au niveau central, leur mise en œuvre continue de buter sur des dysfonctionnements importants, dus notamment à la puissante décentralisation de facto et à la concurrence incessante entre agences. Quant à la campagne anticorruption, elle incite les cadres, qui craignent d’être sanctionnés, à l’immobilisme. Enfin, la politique menée par Xi Jinping présente des risques non négligeables pour la survie du régime : l’accroissement des contrôles pesant sur la société menace d’étouffement l’économie capitaliste et pourrait empêcher une montée en gamme technologique qui repose avant tout sur l’innovation. Quant à l’intransigeance dont Xi Jinping fait preuve sur le plan international, notamment en mer de Chine méridionale où la position de Pékin est vue comme celle d’un hégémon en formation, elle pourrait prendre au piège un dirigeant obnubilé par la peur d’apparaître faible aux yeux de sa population.

Depuis son arrivée à la tête de l’État, Xi Jinping a également entrepris de construire une nouvelle image du pouvoir. De véritables campagnes de communication sont orchestrées lors de ses déplacements, des photos de famille sont publiées dans les journaux ou mises en ligne sur Internet, Xi Jinping n’hésite pas à déjeuner dans des restaurants populaires parmi les gens ordinaires : le pouvoir de Xi Jinping se veut accessible et proche du peuple. Peng Liyuan assume également un rôle de représentation inédit dans le système chinois, y compris sur le [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  XI JINPING (1953- )  » est également traité dans :

CHINE, histoire, de 1949 à nos jours

  • Écrit par 
  • Jean-Philippe BÉJA, 
  • François GODEMENT
  •  • 19 155 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Un nouveau Grand Timonier ? »  : […] C’est l’espoir de nombreux intellectuels, entrepreneurs et citoyens ordinaires. D’autant que la plus grave crise depuis 1989 a secoué l’appareil à la veille de l’arrivée au pouvoir, en novembre 2012, de Xi Jinping, considéré comme le représentant de la faction des princes rouges, les descendants des fondateurs du régime. C’est la première fois depuis 1949 qu’un secrétaire général est désigné selon […] Lire la suite

CHINE - Économie

  • Écrit par 
  • Françoise LEMOINE, 
  • Thomas VENDRYES
  •  • 8 218 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Le gouvernement chinois face au changement du régime de croissance »  : […] Le gouvernement chinois semble parfaitement conscient de ces transformations. Dès 2006, le plénum annuel du comité central du Parti communiste chinois annonce comme objectif principal l’établissement d’une « société harmonieuse », rompant avec celui de « construction de l’économie » systématiquement affiché depuis 1978. En 2013, à peine devenu président, Xi Jinping évoque la « nouvelle normalité  […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2018 : croissance, restrictions commerciales et argent plus cher

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre FAUGÈRE
  •  • 4 040 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « La Chine à la recherche d’un nouveau souffle »  : […] Deuxième économie mondiale, premier exportateur, la Chine continue d’enregistrer d’excellents résultats, en dépit d’un infléchissement sensible. La croissance ralentit, de 6,9 à 6,6 p. 100, mais la vitalité du secteur des hautes technologies continue à en renforcer la qualité. L’inflation augmente, tout en restant basse, passant de 1,6 à 2,2 p. 100, et le solde de la balance des opérations courant […] Lire la suite

NOUVELLES ROUTES DE LA SOIE

  • Écrit par 
  • Nashidil ROUIAÏ
  •  • 4 918 mots
  •  • 3 médias

Le projet des « Nouvelles Routes de la soie » a été initié par Xi Jinping en septembre 2013, lors d’une tournée en Asie centrale. Le président chinois nouvellement élu mentionnait à Astana (Kazakhstan) son projet de ressusciter la mythique route commerciale qui reliait, il y a près de 2 000 ans, Xi’an en Chine à Antioche en Syrie (aujourd’hui en Turquie). Évoquant les caravanes qui partaient alor […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

9-21 octobre 2021 Chine – Taïwan. Échange de déclarations sur la réunification de la Chine et de Taïwan.

Le 9, à l’occasion de la célébration du cent-dixième anniversaire de la révolution de 1911, le président Xi Jinping déclare que la réunification de la Chine et de Taïwan « devra être réalisée et le sera », après avoir précisé que cette réunification aura lieu « par des moyens pacifiques ». Il ajoute que « les sécessionnistes sont le principal obstacle à la réunification avec la mère-patrie, et un risque sérieux pour le renouveau national ». […] Lire la suite

21 septembre 2021 O.N.U. Assemblée générale.

De son côté, le président chinois Xi Jinping affirme que « la Chine n’a jamais envahi et n’envahira jamais » un pays – allusion à l’intervention américaine en Afghanistan – et que Pékin ne reconnaît « qu’un seul ordre international, celui des institutions internationales ». Il affirme la nécessité de « plaider pour la paix […] et rejeter la pratique de former des petits cercles », dénonçant implicitement les alliances stratégiques que Washington met en place pour contrer l’influence de la Chine. […] Lire la suite

1er juillet 2021 Chine. Célébration du centenaire du Parti communiste chinois.

Dans son discours délivré à l’occasion de la célébration du centenaire du Parti communiste chinois (PCC), le chef de l’État et secrétaire général du PCC Xi Jinping salue « le grand renouveau de la nation chinoise » résultant de l’action du Parti depuis 1921 et met en garde les « impérialistes ». « Les Chinois ne permettront jamais à quelque force étrangère de les malmener, de les opprimer, de les asservir », affirme-t-il, justifiant « l’accélération de la modernisation de la défense » du pays. […] Lire la suite

10 avril 2021 Chine. Condamnation de la société de commerce en ligne Alibaba.

Après avoir bénéficié d’une grande tolérance de la part des autorités, les plateformes de vente en ligne ont été sommées par le président Xi Jinping, en mars, de « suivre la direction politique correcte ». […] Lire la suite

4-10 février 2021 États-Unis. Discours du président Joe Biden sur la politique étrangère.

Le 10, lors de son premier entretien téléphonique avec le président chinois Xi Jinping, Joe Biden aborde « ses préoccupations fondamentales au sujet des pratiques économiques coercitives et injustes, la répression à Hong Kong, les atteintes aux droits de l’homme au Xinjiang et les actions de plus en plus autoritaires [menées] dans la région, y compris à l’égard de Taïwan ». […] Lire la suite

Pour citer l’article

Paul CHARON, « XI JINPING (1953- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/xi-jinping-1953/