XANTHOPHYCÉES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Classification et phylogénie

Les Xanthophycées regroupent environ six cents espèces réparties en une centaine de genres. A. Pascher, en se fondant sur les divers types d'organisation, a pu distinguer les six ordres suivants : Chloramœbales, Rhizochloridales, Hétéroglœales, Mischococcales, Tribonématales et Vauchériales.

Hibberd et Leedale (1970-1972), après étude en microscopie électronique de quinze espèces de Xanthophycées, ont montré qu'il y avait deux types de structure cytologique dans les zoospores de ces algues : le type Tribonema (Tribonématales) où les zoospores ont deux flagelles et un stigma, porté par le plaste, coapté au renflement basal du flagelle court ; le type Polyedriella (Mischococcales) où les zoospores ont un seul flagelle dont le renflement basal est coapté à un stigma indépendant du plaste. De plus, la zoospore ne possède pas d'appareil de Golgi et son plaste n'a pas de lamelle périphérique ni de membrane commune avec le noyau. Enfin, la diadinoxanthine est remplacée par la violaxanthine.

Pour ces auteurs, ce second type doit être séparé complètement des Xanthophycées et former une classe indépendante, celle des Eustigmatophycées, conclusion peut-être prématurée d'observations intéressantes.

Les Xanthophycées offrent d'excellents exemples de convergence de formes. On peut dresser une liste d'algues vertes et la faire suivre d'une liste de Xanthophycées ayant le même aspect morphologique : mais leur cytologie diffère et elles présentent des zoospores hétérocontées. Ainsi Chlorella (Chlorophycée) et Chloridella (Xanthophycée), Tetraedron (C) et Tetraedriella (X), Characium (C) et Characiopsis (X), Microspora (C) et Tribonema (X), Protosiphon (C) et Botrydium (X), etc. Il serait imprudent de conclure sur ces ressemblances morphologiques qu'il existe un lien phylogénétique entre Chlorophycées et Xanthophycées : rien ne justifie un tel rapprochement. Par contre, la parenté entre Xanthophycées, Chrysophycées, Diatomophycées (ou Bacillariophycées) et Phéophycées semble évidente : cytologie très voisine des plastes, des zoospores, des flagelles ; identité des pigments et des réserves ; nature endogène des statospores.

Hibberd (1981) propose de donner à la classe des Xanthophycées (Heterocontae) le nom de Tribophyceae. Quant aux Eustigmatophyceae elles formeront la classe unique d'une division nouvelle appelée Eustigmataphyta.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Médias de l’article

Xanthophycées

Xanthophycées
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Vaucheria sessilis : reproduction oogamique

Vaucheria sessilis : reproduction oogamique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Pierre BOURRELLY, « XANTHOPHYCÉES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/xanthophycees/