WU CHANGSHI [WOU TCH'ANG-CHE] (1844-1927)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Wu Changshi et le courant jinshixue

Depuis la seconde moitié du xviiie siècle, les écritures anciennes et originales antérieures au viie siècle de notre ère, redécouvertes sur les objets et les monuments, fournissent aux calligraphes et aux graveurs de sceaux une nouvelle source d'inspiration. Ceux-ci tentent de transmettre dans leurs œuvres l'essence des écritures archaïques, mais aussi la simplicité, voire la maladresse d'exécution de ces caractères portés sur le bronze ou sur la pierre. Adeptes de l'école des Stèles (beixue), ces artistes s'opposent aux calligraphes orthodoxes de l'école des Modèles (tiexue), dont ils critiquent le raffinement et le maniérisme. Au xixe siècle, l'engouement pour les écritures archaïques gagne tous les calligraphes. Amoureux du goût antique, ces lettrés érudits qu'on rattache généralement au courant jinshixue – école des Inscriptions sur bronze et sur pierre – se passionnent pour les découvertes archéologiques, débattent de questions d'épigraphie et publient de nombreux essais. Wu Changshi, l'un des chefs de file de ce courant à la fin du xixe siècle, est peut-être celui qui a le mieux interprété l'écriture sigillaire des Zhou, et plus particulièrement l'écriture shigu ou des Tambours de pierre (ive s. av. J.-C.). Ce style, qu'il découvre vers quarante ans, ne cesse de lui inspirer des compositions audacieuses, d'apparence déséquilibrée mais en réalité très élaborées. Il utilise un pinceau qui accroche le papier à la manière du ciseau sur la pierre, tandis que ses caractères, au tracé inégal, sont rendus de façon monumentale. L'étude des modèles d'écritures les plus anciens ainsi que la pratique à la fois de la gravure, de la calligraphie et de la peinture conduisent Wu Changshi et Zhao Zhiqian [Tchao Tche-k'ien], son aîné de quinze ans, à reformuler la relation qui unit ces trois arts. Rares sont les artistes qui, comme eux, ont su si bien combiner chacune de ces expressions dans leur œuvre.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Bérénice ANGREMY, « WU CHANGSHI [WOU TCH'ANG-CHE] (1844-1927) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/wu-changshi-wou-tch-ang-che/