PAALEN WOLFGANG ROBERT (1905-1959)

Né à Vienne dans une famille qui encourage très tôt sa vocation picturale, Paalen étudie librement la peinture en Italie, en Allemagne et à Paris. Dès 1925, il est invité à participer à l'Exposition de la Berliner Secession. Il pratique un impressionnisme tempéré par le culte de Cézanne, qu'il gardera toute sa vie. La crise de 1929 ruine sa famille et Paalen, malgré une santé fragile, ne peut se résoudre à exercer un art commercial. Il découvre à Paris les arts primitifs (des gravures préhistoriques à l'art océanien) et s'en inspire (Personnages dans une grotte, 1933). Sa position picturale est alors assez incertaine pour qu'il participe en 1934 au groupe Abstraction-Création, de stricte obédience géométrique, dans le temps même où André Breton le découvre. Sa deuxième exposition particulière en 1936 fait figure d'événement. Non seulement tous les surréalistes la visitent, mais on y voit passer Picasso et Kandinsky. Ce qu'on nommera plus tard la « période cycladique » de Paalen prend fin et pendant quelques années il évoque un monde essentiellement nocturne, d'inspiration directement « romantique allemande » où des êtres fantastiques surgissent et disparaissent d'une façon magique (Combat des princes saturniens, 1937, coll. Tronché, Paris), avant de se résoudre en tourbillons furieux où règne l'automatisme. À la même époque, il commence à publier des textes de revues et réalise quelques objets surréalistes : ainsi Le Nuage articulé (1937, musée d'Art moderne, Stockholm), d'une sûreté exemplaire dans l'humour (il s'agit d'un parapluie en mousse-éponge verdâtre). En septembre 1939, il se réfugie au Mexique, qui deviendra pour lui une seconde patrie. Il subit alors l'emprise des masques totémiques de la Colombie britannique. Animateur du surréalisme au Mexique, il se sépare cependant du mouvement pendant quelque temps, et s'en explique dans sa revue Dyn : en bref, il refuse l'intérêt porté par les surréalistes aux doctrines de Hegel et de Marx, en même temps qu'il prôn [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis



Écrit par :

Classification


Autres références

«  PAALEN WOLFGANG ROBERT (1905-1959)  » est également traité dans :

SURRÉALISME - Surréalisme et art

  • Écrit par 
  • Gérard LEGRAND
  •  • 4 884 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le tournant de la guerre »  : […] pour lui une « clé » majeure de lecture du monde. Toute différente est la démarche de Wolfgang Paalen, qui renouvelle l'automatisme et y ajoute le procédé nouveau du fumage, cependant que d'autres surréalistes imaginent la « décalcomanie sans objet » (Dominguez) ou encore le « décollage » de lambeaux d'affiches lacérées, toutes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/surrealisme-surrealisme-et-art/#i_41572

Pour citer l’article

Gérard LEGRAND, « PAALEN WOLFGANG ROBERT - (1905-1959) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 août 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/wolfgang-robert-paalen/