CHURCHILL WINSTON (1874-1965)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une vigoureuse personnalité

Churchill (né à Blenheim Palace, dans l'Oxfordshire) a été tout au long de sa vie un personnage d'une puissante originalité. Bien que sa mère ait été américaine, il fait songer aux héros que Shakespeare a mis en scène. Tout en lui est puissant ou exagéré. Descendant de Marlborough – il lui a consacré un important ouvrage –, il est un aristocrate que son milieu et son éducation au collège de Harrow, puis à l'école militaire de Sandhurst, imprègnent des traditions victoriennes. Mais tout cela prend chez lui une résonance peu commune. Il est extravagant même dans son accoutrement, et ses foucades sont célèbres. Il a le goût du drame et se complaît dans les situations difficiles ; il note dans ses Mémoires de la période héroïque de 1940 : « Ce sont des temps où il fait également bon vivre et mourir. » Il aime la bataille aussi bien au Parlement qu'à la guerre, et toute sa vie est celle d'un lutteur qui ne s'avoue jamais vaincu.

Mise en relief par ce caractère peu commun, sa célébrité comme chef de la nation en guerre sera la synthèse des différents visages qu'il a présentés pendant sa vie. Il a commencé par être soldat et en gardera le penchant, revêtant volontiers l'uniforme. Sa brève carrière l'a mené sur tous les points où se joue la destinée de l'empire : la frontière de l'Inde, le Soudan avec Kitchener et l'Afrique du Sud pendant la guerre des Boers ; il reprendra du service au début de la guerre en 1914. Il lui en reste des aventures personnelles, mais aussi une connaissance approfondie des choses de l'armée, qu'il utilisera quand il sera ministre et, plus tard, à la tête du cabinet de guerre. Mais son visage le plus connu est celui de l'homme politique. Il a occupé tous les rôles qu'accorde le répertoire politique britannique : député turbulent qui, malgré les règles, s'insurge contre son parti auquel il revient après un bref passage chez les libéraux ; parlementaire qui s'affirme un grand debater et mène des campagnes contre le gouvernement, notamment dans les années trente où il est le seul à prédire une nouvelle guerre ; ministre qu [...]

Boers au combat

Photographie : Boers au combat

Des Boers, en position défensive, près de Mafeking, en Afrique du Sud, en 1899. 

Crédits : Van Hoepen/ Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Churchill à Lille

Photographie : Churchill à Lille

Winston Churchill, secrétaire d’État à la Guerre, sur la Grand-Place de Lille, le 22 octobre 1918. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Balfour et Churchill

Photographie : Balfour et Churchill

Les hommes d'État britanniques Arthur Balfour (1848-1930) et Winston Churchill (1874-1965), membres du cabinet de coalition, en 1915, pendant la Première Guerre mondiale. 

Crédits : Topical Press Agency/ Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Médias de l’article

Winston Churchill le jour de la victoire

Winston Churchill le jour de la victoire
Crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Boers au combat

Boers au combat
Crédits : Van Hoepen/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Churchill à Lille

Churchill à Lille
Crédits : Hulton Getty

photographie

Balfour et Churchill

Balfour et Churchill
Crédits : Topical Press Agency/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Afficher les 6 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur de sciences politiques à l'université de Bordeaux-I

Classification

Autres références

«  CHURCHILL WINSTON (1874-1965)  » est également traité dans :

ARMISTICE DE 1940

  • Écrit par 
  • Guy ROSSI-LANDI
  •  • 929 mots
  •  • 1 média

L'armistice franco-allemand signé à Rethondes le 22 juin 1940 par le général Huntziger et le général Keitel reste l'un des sujets les plus controversés de l'histoire de la Seconde Guerre mondiale. La « drôle de guerre » a pris fin le 10 mai 1940 avec l'invasion de la Belgique et de la Hollande par l'armée allemande . Le 13 mai, le front français est rompu dans la région de Sedan. La capitulation d […] Lire la suite

ATTLEE CLEMENT (1883-1967)

  • Écrit par 
  • Roland MARX
  •  • 856 mots
  •  • 2 médias

D'origine bourgeoise, éduqué à Oxford, professeur à la London School of Economics de 1913 à 1923, Clement Attlee est l'homme de la première véritable expérience socialiste en Grande-Bretagne de 1945 à 1951. Entré dans le Labour Party après avoir adhéré à l'organisation néo-libérale de l'Union pour un contrôle démocratique, il entre au Parlement en 1922 et restera député jusqu'en 1955. Il acceptera […] Lire la suite

CONSERVATEURS, Royaume-Uni

  • Écrit par 
  • Roland MARX
  • , Universalis
  •  • 1 420 mots
  •  • 4 médias

L'un des grands partis politiques britanniques, dont le nom apparaît vers 1836 pour succéder au traditionnel terme « tory ». Dès la naissance du parti, Robert Peel lui fixe l'objectif d'associer classes moyennes et supérieures et de favoriser les évolutions qui ne compromettraient pas les fondements de l'ordre et de la vie nationale. Constamment attentif à l'importance des problèmes sociaux et sol […] Lire la suite

DARDANELLES EXPÉDITION DES (mars-déc. 1915)

  • Écrit par 
  • Pierre GOBERT
  •  • 350 mots
  •  • 1 média

Afin de rouvrir, par le Bosphore et la mer Noire, des communications faciles avec la Russie, les Britanniques (sous l'impulsion de Winston Churchill) ont imaginé, dès la fin de 1914, de porter un coup décisif à Constantinople. Il leur faut d'abord forcer le détroit des Dardanelles par une opération navale à laquelle la France accepte de participer. Malheureusement cette opération, décidée en janvi […] Lire la suite

EDEN sir ROBERT ANTHONY (1897-1977)

  • Écrit par 
  • Roland MARX
  •  • 717 mots
  •  • 1 média

Devenu le premier comte d'Avon en 1961, Anthony Eden a marqué l'histoire de son temps par un rôle politique majeur à la tête de la diplomatie, puis des affaires de l'État britannique. Membre du Parti conservateur, sa première consécration gouvernementale lui vient en 1935 : Baldwin démontre alors sa volonté de favoriser les jeunes talents en lui confiant un « ministère sans portefeuille pour les a […] Lire la suite

EUROPE - Histoire de l'idée européenne

  • Écrit par 
  • Jean-Baptiste DUROSELLE, 
  • Alfred GROSSER
  •  • 10 491 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'impératif de la réconciliation »  : […] Si la notion d'unité européenne ne s'est pas trouvée totalement discréditée durant cette période des plus sombres, c'est que, dès avant la fin de la Seconde Guerre mondiale, une tout autre conception s'est développée. Ainsi, le 7 juillet 1944, à Genève, une Déclaration des résistances européennes appelait à la création d'une union fédérale et disait notamment : « Seule une union fédérale permettr […] Lire la suite

GAULLE CHARLES DE (1890-1970)

  • Écrit par 
  • Jean LACOUTURE
  •  • 7 645 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « De Londres à Paris »  : […] Des mois durant, il est Charles-le-Seul, dans ce Londres d'où partent plus d'officiels français qu'il n'y en arrive. La destruction de la flotte française mouillée dans la rade de Mers el-Kébir, le 3 juillet, bien que de Gaulle ait su exprimer dignement « la douleur et la colère » du peuple français, accroît encore les amertumes et les méfiances. Il faudra bâtir la France libre avec des capitaine […] Lire la suite

GUERRE FROIDE

  • Écrit par 
  • André FONTAINE
  •  • 10 903 mots
  •  • 29 médias

Dans le chapitre « Le discours de Fulton »  : […] On a souvent dit que le coup d'envoi de la guerre froide avait été donné par Winston Churchill dans son discours du 5 mars 1946 à Fulton (Missouri). Se déclarant convaincu que les Russes « ne respectaient que la force », il invitait « les peuples de langue anglaise à s'unir d'urgence pour enlever toute tentation à l'ambition ou à l'aventure ». Bien qu'il ne fût plus Premier ministre, il parlait a […] Lire la suite

GUERRE FROIDE (notions de base)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 3 551 mots

Dans le chapitre « 1947, l’année de la rupture »  : […] L’expansion soviétique en Europe et au Moyen-Orient précipite la rupture. En Iran, tout d’abord, les Russes poussent les Kurdes à la révolte, puis occupent l’Azerbaïdjan, tandis qu’ils revendiquent de partager le contrôle des détroits avec la Turquie, et que les communistes grecs tentent de s’emparer du pouvoir. Mais c’est surtout en Europe de l’Est que la poussée est la plus marquée. L’installati […] Lire la suite

GUERRE MONDIALE (PREMIÈRE)

  • Écrit par 
  • Marc FERRO
  •  • 12 440 mots
  •  • 50 médias

Dans le chapitre « Les opérations de diversion »  : […] Simultanément, les deux coalitions tentèrent l'expérience Winston Churchill voulait frapper le sultan ; il avait avec lui Aristide Briand , bientôt président du Conseil des ministres et ceux que, de chaque côté de la Manche, on appelait les « Orientaux ». Ils l'emportèrent sur le haut commandement, mais celui-ci ménagea tellement son aide que l' expédition des Dardanelles se solda par un échec cu […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

6-29 mai 2010 Royaume-Uni. Victoire électorale des conservateurs et formation d'un gouvernement de coalition

Winston Churchill et Clement Attlee en 1940. Le 29, le libéral-démocrate David Laws, secrétaire au Trésor, annonce sa démission après que la presse a révélé qu'il s'était fait rembourser abusivement des notes de frais entre 2001 et 2009, lorsqu'il était parlementaire. Le scandale des notes de frais a entraîné la démission de plusieurs députés depuis […] Lire la suite

Pour citer l’article

Albert MABILEAU, « CHURCHILL WINSTON - (1874-1965) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 octobre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/winston-churchill/