JEVONS WILLIAM STANLEY (1835-1882)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Des travaux théoriques

Dans le domaine de la logique, discipline qui a occupé une grande partie de son temps de 1866 à 1876, Jevons acquiert une réputation aussi importante qu'en économie. Ses différents ouvrages – Logique pure (Pure Logic, 1863), Les Principes de la science (The Principles of Science, 1874), Leçons élémentaires de logique (Elementary Lessons in Logic, 1876) –, qui connurent parfois une importante diffusion, critiquent John Stuart Mill qu'il abhorrait et dont il bat en brèche l'influence sur la pensée britannique. Jevons fait en même temps œuvre de pionnier en logique formelle. Il inventa même une machine, présentée à la Royal Society en 1870, qui déduisait mécaniquement les conclusions des prémisses qu'on y introduisait. Grand lecteur, propriétaire d'une importante bibliothèque et fréquentant les bouquinistes lors de ses excursions à Paris, Jevons a attiré l'attention sur les travaux d'Herman Heinrich Gossen aussi bien que sur ceux de James W. Gilbart et Charles Babbage et a contribué à la redécouverte de Richard Cantillon.

Toutefois, c'est dans le domaine de l'économie pure que se trouve aujourd'hui l'essentiel de l'apport de Jevons. Dans sa Théorie de l'économie politique (Theory of Political Economy, 1871), qui développe des idées présentées en 1862 devant la section statistique et économique de l'association britannique pour l'avancement des sciences (Notice on a General Mathematical Theory of Political Economy), il formule la proposition que, du point de vue méthodologique, l'économie ne peut être qu'une science mathématique, utilisant plus particulièrement le calcul différentiel, reconnaissant en cela l'intérêt des travaux de Jules Dupuit et d'Antoine Augustin Cournot et recourant à l'algèbre ou aux diagrammes. Il en est ainsi selon Jevons « parce que l'économie traite des quantités », ajoutant que le plaisir, la peine, l'utilité, la valeur, la richesse, la monnaie, [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

  • : professeur de sciences économiques à l'université de Paris-X-Nanterre

Classification


Autres références

«  JEVONS WILLIAM STANLEY (1835-1882)  » est également traité dans :

THÉORIE DE L'ÉCONOMIE POLITIQUE, William Stanley Jevons - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Philippe LE GALL
  •  • 869 mots
  •  • 1 média

La Théorie de l'économie politique du Britannique William Stanley Jevons (1835-1882) traduit d'abord l'émergence de la « révolution marginaliste », à laquelle ont également œuvré Léon Walras, en France, et Carl Menger, en Autriche. Elle […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theorie-de-l-economie-politique/#i_15415

ÉCONOMIE (Définition et nature) - Enseignement de l'économie

  • Écrit par 
  • Jean-Marc DANIEL
  •  • 5 519 mots

Dans le chapitre «  L'éclosion des chaires d'économie »  : […] L'année 1871 va marquer une rupture. À trois titres. En Angleterre, William Stanley Jevons publie sa Théorie de l'économie politique, où l'essentiel de son propos est assis sur des raisonnements mathématiques. Depuis un an, un Français, Léon Walras, enseigne à Lausanne une économie dont il a trouvé la substance dans les écrits d'Antoine Augustin Cournot, un ancien ami de so […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-definition-et-nature-enseignement-de-l-economie/#i_15415

ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - Les grands courants

  • Écrit par 
  • Jérôme de BOYER
  •  • 8 716 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « La révolution marginaliste »  : […] Parallèlement, en Angleterre avec Stanley Jevons (1871, Théorie de l'économie politique ), en Autriche avec Carl Menger (1871, Grundzätze der Volkswirtschaftslehre [ Principes d'économie politique ]) et en France avec Léon Walras (1874, Éléments d'économie politique pure ), on assiste à une révolution dans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-histoire-de-la-pensee-economique-les-grands-courants/#i_15415

ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - Marginalisme

  • Écrit par 
  • Jean-Sébastien LENFANT
  •  • 2 032 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Refondation de la théorie économique »  : […] Par rapport à toutes ces analyses dispersées, les contributions de Walras, Menger et Jevons ont l'avantage historique d'être très proches dans le temps, tout en s'inscrivant dans des contextes culturels, académiques et politiques très divers. Les trois auteurs s'attacheront à souligner la proximité de certains de leurs raisonnements. Si l'on peut bien parler de révolution marginaliste, c'est d'abo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-histoire-de-la-pensee-economique-marginalisme/#i_15415

ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - Théorie néo-classique

  • Écrit par 
  • Jean-Marc DANIEL
  •  • 2 836 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Mathématique et axiomatique »  : […] En termes de méthode, l'économie politique cherche à acquérir le statut de science. Pour atteindre cette scientificité, elle adopte le formalisme mathématique qui donne à la physique son ossature. C'est l'aboutissement d'un processus déjà engagé au début du xix e  siècle. En 1840, l'économiste allemand Johann Heinrich von Thünen (1783-1850) déri […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-histoire-de-la-pensee-economique-theorie-neo-classique/#i_15415

FAMILLE - Économie de la famille

  • Écrit par 
  • Catherine SOFER
  •  • 5 320 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les premiers débats autour du travail salarié des femmes »  : […] Un premier type d'analyse pose comme primordiale la division sexuelle du travail : Jevons (1882), par exemple, en glorifiant le rôle social de la femme au foyer, refuse aux femmes à la fois le statut d'agent économique et l'accès au travail salarié, tout autant que la prise en compte de la famille dans le champ de l'analyse économique. S'oppose à cette analyse un courant plus féministe, qui consi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/famille-economie-de-la-famille/#i_15415

LOGIQUE

  • Écrit par 
  • Robert BLANCHÉ, 
  • Jan SEBESTIK
  •  • 12 995 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La renaissance de la logique »  : […] L'année 1847, où paraît la Mathematical Analysis of Logic de George Boole, marque le départ d'une nouvelle forme de logique, une logique qui, à la fois symbolique et mathématique , réalise enfin le double rêve de Leibniz . Se fondant sur certaines analogies entre les opérations fondamentales de la logique et des mathématiques, Bool […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/logique/#i_15415

MATHÉMATIQUE ÉCOLE ÉCONOMIQUE

  • Écrit par 
  • François ETNER
  •  • 2 774 mots

Dans le chapitre « Mathématiques et science économique »  : […] Au xviii e  siècle, et en partie au siècle précédent, la pensée économique empruntait le style qui avait si bien réussi aux sciences de la nature. Elle cherchait des propositions très générales, si possible sous la forme de lois universelles, étayées par des chiffres. Les mathématiques ne dominaient certes pas, mais les calculs du moins étaient le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecole-economique-mathematique/#i_15415

Voir aussi

Pour citer l’article

Guy CAIRE, « JEVONS WILLIAM STANLEY - (1835-1882) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/william-stanley-jevons/