JEVONS WILLIAM STANLEY (1835-1882)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Des travaux appliqués

Dans le domaine de l'économie appliquée, où, selon Keynes, Jevons se révèle comme un pionnier de l'histoire des prix et des fluctuations, les préoccupations de Jevons sont variées. Tentant de mesurer la hausse des prix dans la période qui suit la découverte de l'or californien ou australien, il apporte, dans son opuscule Une chute sérieuse dans la valeur de l'or (The Serious Fall in the Value of Gold, 1863), une contribution remarquable à la théorie des nombres indices et des séries temporelles. Dans La Question du charbon (The Coal Question, 1865), qui anticipe nos préoccupations modernes concernant les ressources non renouvelables, il applique l'analyse statistique à ce problème d'intérêt vital pour la Grande-Bretagne. Le Parlement britannique s'était, en effet, inquiété, lors d'un débat à l'occasion du traité de libre-échange Cobden-Chevalier de 1860, de la menace que pouvait faire peser sur l'industrie britannique l'épuisement des réserves de charbon. Pour faire face à une demande croissante, il faudrait mettre en exploitation des mines dont les coûts d'exploitation seraient plus élevés. En même temps, l'utilisation de machines moins consommatrices d'énergie n'entraînerait pas une baisse de la consommation mais l'utilisation de plus de machines réduisant les économies d'énergie possibles (paradoxe dit de Jevons). Les diverses études sur les crises que Jevons publia entre 1871 et 1875, à une époque où le traitement de cette question était encore rudimentaire, représentent d'importantes contributions à l'analyse des variations saisonnières, à l'étude des trends séculaires et à l'explication des crises. Si sa théorie des taches solaires influençant les récoltes comme facteur d'engendrement des fluctuations économiques est aujourd'hui abandonnée, cette recherche inductive n'en constituait pas moins une révolution dans l'économie jusque-là essentiellement dominée par la déduction. L'intérêt que, par tradition familiale, il portait aux problèmes sociaux (ce qui le conduisait, par exemple, à seize ans à parc [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : professeur de sciences économiques à l'université de Paris-X-Nanterre

Classification

Autres références

«  JEVONS WILLIAM STANLEY (1835-1882)  » est également traité dans :

THÉORIE DE L'ÉCONOMIE POLITIQUE, William Stanley Jevons - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Philippe LE GALL
  •  • 869 mots
  •  • 1 média

La Théorie de l'économie politique du Britannique William Stanley Jevons (1835-1882) traduit d'abord l'émergence de la « révolution marginaliste », à laquelle ont également œuvré Léon Walras, en France, et Carl Menger, en Autriche. Elle […] Lire la suite

ÉCONOMIE (Définition et nature) - Enseignement de l'économie

  • Écrit par 
  • Jean-Marc DANIEL
  •  • 5 519 mots

Dans le chapitre «  L'éclosion des chaires d'économie »  : […] L'année 1871 va marquer une rupture. À trois titres. En Angleterre, William Stanley Jevons publie sa Théorie de l'économie politique, où l'essentiel de son propos est assis sur des raisonnements mathématiques. Depuis un an, un Français, Léon Walras, enseigne à Lausanne une économie dont il a trouvé la substance dans les écrits d'Antoine Augustin Cournot, un ancien ami de son père qui a utilisé l […] Lire la suite

ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - Les grands courants

  • Écrit par 
  • Jérôme de BOYER
  •  • 8 716 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « La révolution marginaliste »  : […] Parallèlement, en Angleterre avec Stanley Jevons (1871, Théorie de l'économie politique ), en Autriche avec Carl Menger (1871, Grundzätze der Volkswirtschaftslehre [ Principes d'économie politique ]) et en France avec Léon Walras (1874, Éléments d'économie politique pure ), on assiste à une révolution dans l'analyse de la valeur. L'utilité marginale du bien, c'est-à-dire l'utilité de la derniè […] Lire la suite

ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - Marginalisme

  • Écrit par 
  • Jean-Sébastien LENFANT
  •  • 2 032 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Refondation de la théorie économique »  : […] Par rapport à toutes ces analyses dispersées, les contributions de Walras, Menger et Jevons ont l'avantage historique d'être très proches dans le temps, tout en s'inscrivant dans des contextes culturels, académiques et politiques très divers. Les trois auteurs s'attacheront à souligner la proximité de certains de leurs raisonnements. Si l'on peut bien parler de révolution marginaliste, c'est d'abo […] Lire la suite

ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - Théorie néo-classique

  • Écrit par 
  • Jean-Marc DANIEL
  •  • 2 836 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Mathématique et axiomatique »  : […] En termes de méthode, l'économie politique cherche à acquérir le statut de science. Pour atteindre cette scientificité, elle adopte le formalisme mathématique qui donne à la physique son ossature. C'est l'aboutissement d'un processus déjà engagé au début du xix e  siècle. En 1840, l'économiste allemand Johann Heinrich von Thünen (1783-1850) dérive une fonction pour arriver à une formule donnant, […] Lire la suite

FAMILLE - Économie de la famille

  • Écrit par 
  • Catherine SOFER
  •  • 5 320 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les premiers débats autour du travail salarié des femmes »  : […] Un premier type d'analyse pose comme primordiale la division sexuelle du travail : Jevons (1882), par exemple, en glorifiant le rôle social de la femme au foyer, refuse aux femmes à la fois le statut d'agent économique et l'accès au travail salarié, tout autant que la prise en compte de la famille dans le champ de l'analyse économique. S'oppose à cette analyse un courant plus féministe, qui consi […] Lire la suite

LOGIQUE

  • Écrit par 
  • Robert BLANCHÉ, 
  • Jan SEBESTIK
  •  • 12 995 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La renaissance de la logique »  : […] L'année 1847, où paraît la Mathematical Analysis of Logic de George Boole, marque le départ d'une nouvelle forme de logique, une logique qui, à la fois symbolique et mathématique , réalise enfin le double rêve de Leibniz . Se fondant sur certaines analogies entre les opérations fondamentales de la logique et des mathématiques, Boole transcrit les premières dans le symbolisme algébrique. L'analogi […] Lire la suite

MATHÉMATIQUE ÉCOLE ÉCONOMIQUE

  • Écrit par 
  • François ETNER
  •  • 2 774 mots

Dans le chapitre « Mathématiques et science économique »  : […] Au xviii e  siècle, et en partie au siècle précédent, la pensée économique empruntait le style qui avait si bien réussi aux sciences de la nature. Elle cherchait des propositions très générales, si possible sous la forme de lois universelles, étayées par des chiffres. Les mathématiques ne dominaient certes pas, mais les calculs du moins étaient les bienvenus et nul n'avait à s'excuser d'y recourir […] Lire la suite

Pour citer l’article

Guy CAIRE, « JEVONS WILLIAM STANLEY - (1835-1882) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/william-stanley-jevons/