GOLDING WILLIAM (1911-1993)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'œuvre de Golding est celle d'un moraliste qui utilise avec brio l'allégorie et la métaphore pour réaliser progressivement, au fil de ses romans, son dessein : peindre l'homme à travers une unité de vision, celle de la chute et du triomphe du Mal.

Ce romancier-philosophe doté d'une imagination vigoureuse et d'un exceptionnel talent à faire jaillir les métaphores, se voudrait « créateur de mythe », car pour lui le mythe, au contraire de la fable qui n'est qu'un produit de l'imagination, procède de la racine même des choses et peut apporter une signification à la vie et à l'expérience.

Son premier roman, Lord of the Flies, 1954 (Sa Majesté des mouches) fut d'abord refusé par de nombreux éditeurs, mais lui valut rapidement un succès international et fut porté à l'écran par Peter Brook en 1963. Golding emprunte à Ballantyne le thème romantique de Coral Island (1858), l'île déserte par hasard peuplée d'enfants ; et si le récit commence comme un simple roman d'aventures, l'œuvre, au plan allégorique, est fort complexe : d'emblée la beauté de la nature est en harmonie avec l'innocence qui règne au cœur des enfants. Puis vient la dissonance, et la splendeur du monde rend plus cruellement sensible la laideur morale des êtres : avec la crainte, les enfants perdent leur innocence et ne sont plus que des sauvages dont la violence et l'agressivité transforment le rêve paradisiaque en infernal cauchemar ; le mal est bien en l'homme, il n'est que le produit naturel de la conscience des enfants et si la sainteté existe parfois, la nature profonde de l'homme n'a de cesse de l'exterminer définitivement.

On trouve cette vision pessimiste, presque désespérée, dans le second roman de Golding, The Inheritors, 1955 (Les Héritiers), dans lequel il conteste que l'évolution soit synonyme de progrès, utilisant pour cela la situation allégorique d'un groupe de primitifs dominés et vaincus par un être plus habile appelé homme, assoiffé de haine et de destruction. Le progrès de notre monde civilisé est un mythe qui a échoué et n'a amené que le retour du m [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  GOLDING WILLIAM (1911-1993)  » est également traité dans :

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Littérature

  • Écrit par 
  • Elisabeth ANGEL-PEREZ, 
  • Jacques DARRAS, 
  • Jean GATTÉGNO, 
  • Vanessa GUIGNERY, 
  • Christine JORDIS, 
  • Ann LECERCLE, 
  • Mario PRAZ
  •  • 28 328 mots
  •  • 29 médias

Dans le chapitre « Inventeurs et visionnaires »  : […] Tel n'est pas le cas de William Golding, chez qui l'idée est parfaitement intégrée au symbole. La puissance d'une subjectivité hantée par une obsession unique – la présence du mal au cœur de l'homme, qui s'exprime dans le langage complexe de l'allégorie et du symbole – le sépare des autres romanciers de son époque (notamment de ceux qui, comme lui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anglais-art-et-culture-litterature/#i_80664

Pour citer l’article

F. GUIRAMAND, « GOLDING WILLIAM - (1911-1993) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/william-golding/