YEATS WILLIAM BUTLER (1865-1939)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Visions et évasions

S'il est né à Sandymount, dans la banlieue de Dublin, le lieu essentiel de l'enfance de William Butler Yeats est Sligo, où il a grandi entouré des membres de sa famille, les Yeats, les Pollexfen, les Middleton, qui tous contribuèrent au développement de cette côte de l'Irlande, petite société patriarcale où règne le grand-père, William Pollexfen, au tempérament violent, silencieux, solitaire, que Yeats enfant « confondait avec Dieu » comme il l'écrit dans Enfance et jeunesse resongées (Autobiographies I). Cette peur de son grand-père marque le poète, qui raconte que l'image de son aïeul est toujours devant lui lorsqu'il lit Le Roi Lear : « Je me demande souvent si le plaisir que je prends à introduire des hommes passionnés dans mes pièces et dans mes poèmes est autre chose que son souvenir. » L'enfant acquiert vite l'habitude de rêver à la mer, aux navires, de vouloir exercer une puissance secrète qui lui permette d'affronter ce monde d'hommes : « Je ne me rappelle de l'enfance que ses chagrins. » Très tôt se développe en lui la foi en la toute-puissance de l'imagination, grâce surtout à la forte présence des êtres simples des ports et des campagnes, aux « histoires de servantes », aux légendes « grotesques ou tragiques ». Dans ces récits, le surnaturel jouait un grand rôle, ainsi que dans les contes de fées « psychiques » entendus dans les chaumières près de Sligo, de Rosses ou de Ballisodare, et peut-être est-ce dès cette époque que s'élabore chez le poète un monde mystérieux d'êtres irréels, d'esprits inséparables des brumes irlandaises, délivrés de toute notion de temps humain, et qui séduisent irrémédiablement les créatures terrestres. Les voix de ces esprits appelés les Siddhe reviennent sans cesse ; elles hantent les vivants même quand ils sont morts et les empêchent de goûter la paix du tombeau.

L'école ne séduisit guère cet enfant promis aux visions et aux évasions. Son père, John Butler Yeats, était peintre et avait participé au mouvement des [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  YEATS WILLIAM BUTLER (1865-1939)  » est également traité dans :

BAX ARNOLD (1883-1953)

  • Écrit par 
  • Alain FÉRON
  •  • 820 mots

Né à Streatham (Londres) le 8 novembre 1883, dans une famille fortunée qui le mettra sa vie durant à l'abri des contingences matérielles, le compositeur britannique Arnold Edward Trevor Bax commence très tôt à étudier la musique. Il fréquente, de 1900 à 1905, la Royal Academy of Music de Londres, où il a notamment pour professeurs Frederick Corder – grand admirateur de Wagner – pour la compositi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arnold-bax/#i_6153

GEORGIENS POÈTES

  • Écrit par 
  • Henri FLUCHÈRE
  •  • 2 382 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les poètes »  : […] Il n'est guère possible ici de rendre à chacun des georgiens la justice poétique qui lui est due. Les anthologies de Marsh contiennent trente-six noms, celle de Monro, soixante-dix-sept (pas tous du cru), une plus récente, celle de James Reeves, en retient une vingtaine, mais on peut en contester les lacunes. On se contentera de citer quelques noms. A. E.  Housman et Thomas Hardy sont, en quelque […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/poetes-georgiens/#i_6153

GREGORY AUGUSTA (1852-1932)

  • Écrit par 
  • Louis BONNEROT
  •  • 244 mots
  •  • 1 média

Dramaturge irlandaise. Issue d'une riche famille aristocratique, mariée à un membre du Parlement, ancien gouverneur de Ceylan, Augusta Gregory ne semblait pas destinée au rôle qu'elle joua dans la renaissance celtique. C'est après la mort de son mari, en 1892, et à l'occasion d'une rencontre avec W. B. Yeats (1898), qu'elle découvrit sa vocation double, à la fois comme administrateur, très effica […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/augusta-gregory/#i_6153

NOUVEAUX POÈMES, William Butler Yeats - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Claude-Henry du BORD
  •  • 924 mots
  •  • 1 média

William Butler Yeats (1865-1939) ne fut pas seulement un grand poète novateur et visionnaire. Il s'engagea en politique, explora l'histoire celte, cofonda l'Abbey Theatre, le théâtre national irlandais. Né à sandymount, dans la banlieue de Dublin, ce fils de peintre n'est guère séduit pas l'école. Il ne le sera pas davantage par Londres où la famille s'installe en 1874 : William ne peut se passer […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nouveaux-poemes/#i_6153

SYMBOLISME - Littérature

  • Écrit par 
  • Pierre CITTI
  •  • 11 889 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Réception du symbolisme en Europe »  : […] Vers 1890 en Grande-Bretagne, en Allemagne, en Autriche, en Hollande, en Italie, deux attitudes partagent presque toujours les lettres : nous n'avons pas besoin du symbolisme des Français ; et nous aussi nous sommes symbolistes. Deux attitudes qui peuvent être simultanées : Gabriele D'Annunzio apparaît comme un jeune poète nouveau (c'est-à-dire marqué de modernité européenne et notamment français […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/symbolisme-litterature/#i_6153

Voir aussi

Pour citer l’article

Diane de MARGERIE, « YEATS WILLIAM BUTLER - (1865-1939) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/william-butler-yeats/