HENNIG WILLI (1913-1976)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une carrière allemande

Né le 20 avril 1913 à Dürrhennersdorf, petite ville de Saxe, dans une famille modeste de cheminots, Willi Hennig suit des études secondaires à Klotzsche, à côté de Dresde. Il se passionne pour les sciences naturelles et collectionne les coléoptères. Il étudie la zoologie, la botanique et la géologie à l’université de Leipzig. Parallèlement, Hennig travaille au Muséum de Dresde avec Wilhelm Meise qui l’oriente vers l’étude des vertébrés. Son intérêt pour les insectes, notamment les diptères (mouches, moustiques, moucherons, etc.), ne faiblit pas pour autant. C’est en tant qu’entomologiste qu’Hennig soutient, en avril 1936, sa thèse consacrée aux organes copulatoires des diptères et qu’il travaille à Berlin-Dahlem en 1937 avant de faire son service militaire (1938-1939).

Sollicité, Hennig avait refusé de s’inscrire au parti national-socialiste prétextant que, de faible constitution physique, il servirait mieux son pays en simple scientifique. Lorsque la guerre éclate, Hennig est recruté dans l’infanterie et part sur le front, en Pologne, en France, au Danemark puis en Russie. Blessé en 1942, il rejoint l’Institut de médecine tropicale et d’hygiène de Berlin avant d’être envoyé en Italie dans le corps d’armée spécialisé dans le traitement de la malaria et autres maladies infectieuses. À la fin de la guerre, il devient brièvement professeur-assistant à l’université de Leipzig, puis revient à Berlin en 1947 où il travaille jusqu’en 1963. À cette date, il s’installe au Muséum de Stuttgart, devenant directeur du département de recherches phylogénétiques dans la ville voisine de Ludwigsburg où se situent de nombreux laboratoires du Muséum de Stuttgart. Ce sont ses démêlés avec le système socialiste de l’Allemagne de l’Est, puis la construction du mur qui le décident en 1961 à quitter Berlin. Hennig travaille à Ludwigsburg jusqu’à sa mort, en 1976.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Médias de l’article

Willi Hennig

Willi Hennig
Crédits : D.R./ Archives P. Tassy

photographie

Diagramme de Hennig

Diagramme de Hennig
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur émérite du Muséum national d'histoire naturelle, Paris

Classification

Autres références

«  HENNIG WILLI (1913-1976)  » est également traité dans :

CLADISTIQUE

  • Écrit par 
  • Pascal TASSY
  •  • 2 992 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre «  Émergence de la cladistique »  : […] En 1966, Willi Hennig (1913-1976), entomologiste allemand, publie un ouvrage intitulé Phylogenetic Systematics qui va révolutionner la pratique de la construction des arbres évolutifs et celle de la classification biologique. Cette nouvelle méthode permettant de classer le monde vivant fut vite nommée cladistique, terme tiré du grec klados signifiant branche ou rameau. La cladistique est la sci […] Lire la suite

CLASSIFICATION DU VIVANT

  • Écrit par 
  • Pascal DURIS, 
  • Pascal TASSY
  •  • 7 194 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « L'évolutionnisme au XXe siècle  »  : […] La systématique qui s'est construite autour de la théorie synthétique de l'évolution (ou néodarwinisme) des années 1930-1940 s'est non seulement grandement accommodée du dualisme « somme des modifications » et « indications de descendance » mais elle a même privilégié la somme des modifications. Tel est le paradoxe d'une systématique qui s'est pourtant toujours référée à Darwin. On peut être sur […] Lire la suite

HISTOIRE DE LA CLADISTIQUE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Philippe JANVIER, 
  • Michel LAURIN
  •  • 1 665 mots

1950 L'entomologiste allemand Willi Hennig (1913-1976) publie Grundzüge einer Theorie der Phylogenetischen Systematik , ouvrage dans lequel il propose une nouvelle méthode de reconstruction des relations de parenté entre les espèces fondée exclusivement sur les états apomorphes (évolués ou particuliers) des caractères (surtout morphologiques), ainsi qu'une classification hiérarchique qui reflète […] Lire la suite

PHYLOGÉNIE ANIMALE

  • Écrit par 
  • Michaël MANUEL
  •  • 11 672 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Le renouveau des études  »  : […] Après un siècle de piétinement, l'évolution animale est redevenue, depuis le milieu des années 1980, un thème de recherche particulièrement productif et à la mode. Le phénomène se manifeste notamment par l'abondance considérable des publications consacrées à la phylogénie des métazoaires, y compris dans des revues scientifiques de très haut niveau. Le domaine a été redynamisé par l'arrivée de tech […] Lire la suite

PHYLOGÉNOMIQUE

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 3 010 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « De la phylogénie à la phylogénétique moléculaire »  : […] Jusque dans les années 1950, les débats sur la construction des arbres phylogéniques ont porté sur les caractères physiques des organismes, dont la présence ou l'absence était suffisamment informative, ainsi que sur les méthodes utilisées pour la construction de la phylogénie. La démarche s'appuyait essentiellement sur les homologies entre organes déduites de l'anatomie et de l'embryologie compar […] Lire la suite

SYSTÉMATIQUE PHYLOGÉNÉTIQUE

  • Écrit par 
  • Philippe JANVIER
  •  • 346 mots

En 1950, l'entomologiste allemand Willi Hennig (1913-1976) publie son Grundzüge einer Theorie der Phylogenetischen Systematik , ouvrage dans lequel il expose sa méthode d'utilisation des caractères morphologiques afin d'élucider les relations de parenté entre les espèces ou les groupes d'espèces (taxons). Il propose que les classifications biologiques soient strictement hiérarchiques, reflétant l […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Pascal TASSY, « HENNIG WILLI - (1913-1976) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 avril 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/willi-hennig/