WILLEM CORNELISZ (mort en 1253 env.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Vers 1240, à Anvers, Willem Cornelisz, un clerc proche des milieux défavorisés, propage avec succès une doctrine où les idées de Libre-Esprit se mêlent aux recommandations plus traditionnelles de la pauvreté volontaire.

Willem (ou Guillaume) Cornelisz semble avoir tiré parti d'une opposition populaire aux évêques de Cambrai, dont dépendait Anvers, pour radicaliser une conception de la pauvreté volontaire initialement proche de l'évangélisme vaudois. S'il partage avec les disciples de Valdès le refus des prêtres et des indulgences, il s'en éloigne et annonce les bégards du xive siècle quand il proclame : « Il est permis de dérober aux riches et de donner aux pauvres. » Il estime, à l'égal des amauriciens, qu'il n'y a pas d'enfer. La pauvreté abolit, selon lui, la culpabilité : « La simple fornication n'est pas un péché pour qui vit dans la pauvreté... » « Si elle est dans l'indigence et dans la pauvreté [et Willem entend par là la pauvreté volontaire], une femme peut bien se donner sans pécher. » Certaines de ses recommandations, telles que « nul homme ne peut connaître sa femme si ce n'est trois fois par semaine », indiquent chez lui une volonté d'affiner la promiscuité qui règne dans les classes laborieuses et de mener la liberté de nature au stade de la courtoisie et du respect de la femme. Il n'est pas sans intérêt de rappeler que le souci de privilégier la relation amoureuse s'exprime à la même époque, et à Anvers, dans l'œuvre de Hadewijch.

Willem meurt vers 1253. Quatre ans plus tard, l'évêque de Cambrai, Nicolas des Fontaines, finance lui-même la répression contre les partisans de Willem Cornelisz, dont il fait exhumer et brûler le corps. Cependant, l'agitation semble s'être poursuivie jusque dans les années 1280.

—  Raoul VANEIGEM

Écrit par :

Classification


Autres références

«  WILLEM CORNELISZ (mort en 1253 env.)  » est également traité dans :

LIBRE-ESPRIT MOUVEMENT DU

  • Écrit par 
  • Raoul VANEIGEM
  •  • 3 154 mots

Dans le chapitre « Des amauriciens aux ranters »  : […] Jusqu'à plus ample information, il est d'usage de faire remonter le Libre-Esprit aux deux procès intentés, à Paris en 1209 et à Amiens en 1211, aux disciples supposés d' Amaury de Bènes, mort en 1207. Celui-ci s'était attiré la réprobation pontificale pour avoir affirmé que chaque homme est tenu de se considérer comme membre du Christ. Une simple abjuration mettra fin à une querelle qui semble n'a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mouvement-du-libre-esprit/#i_92366

Pour citer l’article

Raoul VANEIGEM, « WILLEM CORNELISZ (mort en 1253 env.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/willem-cornelisz/