BACKHAUS WILHELM (1884-1969)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Objectivité plutôt qu'austérité

Wilhelm Backhaus est apparu très vite comme le plus pur représentant de la grande tradition germanique. D'abord par le répertoire, qui se resserre, au fil du temps, autour de Bach, Mozart, Haydn, Beethoven – dont il donnera, au disque comme au concert, l'intégrale des sonates et des concertos pour piano –, Schubert, Schumann et Brahms, dont il fut l'un des plus grands interprètes. Par le style ensuite, avec une construction rigoureuse qui s'appuie sur l'étude approfondie de la partition, une noblesse de ton et une sobriété de moyens très caractéristiques. Derrière une austérité de surface, il faut savoir redécouvrir une sonorité charnelle, une passion de l'objectivité à mille lieues de la froideur et de l'indifférence, un engagement total, bref une sincérité dont il y a peu d'exemples.

Parmi ses grands enregistrements figure une intégrale des trente-deux sonates pour piano de Beethoven, réalisée pour Decca (1950-1954) et considérée comme une des plus équilibrées en dépit de son caractère souvent austère. Sa gravure des cinq concertos pour piano de Beethoven avec l'Orchestre philharmonique de Vienne sous la baguette de Hans Schmidt-Isserstedt demeure une référence (Decca, 1958-1959), mais ne doit pas éclipser celles du Troisième Concerto avec Karl Böhm à la tête de l'Orchestre philharmonique de Vienne (Decca, 1950) et du Cinquième Concerto « L’Empereur » avec le même orchestre sous la baguette de Clemens Krauss (Decca, 1953). Pour Beethoven, il faut ajouter sa gravure des Trente-Trois Variations sur un thème de valse de Diabelli, opus 120 (Decca, 1954). De Brahms, on retiendra les deux concertos pour piano, avec l'Orchestre philharmonique de Vienne sous la direction de Karl Böhm (no 1 : Decca, 1953 ; no 2 : Decca, 1967), le Deuxième Concerto avec Carl Schuricht à la tête du même orchestre (Decca, 1953), les deux sonates pour violoncelle et piano (no 1, opus 38 ; no 2, opus 99), où il est en compagnie de Pierre Fournier (Decca, 1955), les 16 Valses à deux mains, opus 39 (H.M.V., 1932 et 1936), l [...]

Brahms, Deuxième Concerto pour piano

Son : Brahms, Deuxième Concerto pour piano

Son

Quatrième mouvement, Allegretto grazioso du Deuxième Concerto pour piano, en si bémol majeur, opus.83 Interprétation : Wilhelm Backhaus, piano, Orchestre philharmonique de Vienne, direction Carl Schuricht (enregistré en 1953). 

Crédits : CEFIDOM / Encyclopædia Universalis France

Afficher


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Médias de l’article

Brahms, Deuxième Concerto pour piano

Brahms, Deuxième Concerto pour piano
Crédits : CEFIDOM / Encyclopædia Universalis France

musique

Mozart, Concerto pour piano no27

Mozart, Concerto pour piano no27
Crédits : CEFIDOM / Encyclopædia Universalis France

musique

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  BACKHAUS WILHELM (1884-1969)  » est également traité dans :

PIANO

  • Écrit par 
  • Daniel MAGNE, 
  • Alain PÂRIS
  •  • 4 365 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « L'interprétation pianistique »  : […] On sait peu de chose des grands virtuoses du xix e  siècle, en dehors des témoignages et de ce que leur musique nous révèle. Clementi, Cramer, Frédéric Kalkbrenner et Johann Nepomuk Hummel ont assuré la transition vers le xix e siècle, alors que Henri Herz, Henry Litolff, Camille-Marie Stamaty, Liszt, Sigismund Thalberg ou Clara Schumann correspondent au stéréotype du virtuose romantique, entour […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre BRETON, « BACKHAUS WILHELM - (1884-1969) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/wilhelm-backhaus/