KOFLER WERNER (1947-2011)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrivain autrichien. Né en 1947 à Villach en Carinthie, une région proche de la Slovénie et de l'Italie qu'il évoque dans Herbst, Freiheit. Ein Nachtstück (1994, trad. franç. Automne, liberté. Un nocturne, 2008), Werner Kofler appartient à cette lignée d'écrivains qui, à l'instar de Thomas Bernhard, Elfriede Jelinek ou encore Josef Winkler, font de la littérature le lieu d'une investigation à la fois individuelle et personnelle où le passé de l'Autriche, ses liens historiques avec le nazisme et son antisémitisme reviennent dans l'écriture à la manière d'un insistant retour du refoulé. L'œuvre de Kofler, qui publie en 1963 ses premiers textes en revue, compte une quinzaine de titres, à commencer par le « triptyque alpestre » (Guggile, 1975 ; Hotel Mordschein, 1989, trad. franç. Hôtel Clair de crime, 2011 ; Der Hirt auf dem Felsen, 1991). Pas de fil narratif, ici, mais une prose hallucinée, chaotique, à la (dé)mesure de ce qu'elle raconte en mêlant citations, souvenirs et phrases entendues. La rumeur se fait folie, la violence imprécation. Le récit, mordant et allusif, renvoie obstinément à un « meurtre que tout le monde commet » (Heimito von Doderer), et s'apparente à une anamnèse, une traversée du miroir trop lisse de la société autrichienne. Cette réalité qui déborde sans cesse le cadre que l'art voudrait lui assigner, Werner Kofler a essayé également de la rendre sensible au théâtre, dans Tanzcafé Treblinka, (2001, trad. franç. Caf'conc'Treblinka, 2010). Ses œuvres ont été traduites en français par les soins de Bernard Banoun.

—  Universalis

Classification

Pour citer l’article

« KOFLER WERNER - (1947-2011) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/werner-kofler/