WANG LES QUATRE (XVIIe s.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La grande synthèse de Wang Hui

Un élève brillant

À la différence de ses amis lettrés, Wang Hui, appelé aussi Wang Shigu, était d'origine simple et n'obtint jamais de grade littéraire. Il naquit à Changshu, l'actuel Yushan, dans la même ville que Huang Gongwang, et montra de bonne heure des dons pour la peinture. En 1651, il fut découvert par Wang Jian qui, frappé par son habileté, le prit chez lui pour diriger sa formation de calligraphe et de peintre. L'année suivante, Wang Jian l'introduisit auprès de Wang Shimin. Ce dernier, intéressé également par les talents du jeune homme, lui proposa de venir travailler dans son studio de Taicang, occasion inespérée qui allait permettre à Wang Hui de voir les propres collections de Wang Shimin et celles d'autres artistes de la région.

Suivant l'enseignement de ses aînés et leur faveur pour le langage calligraphique qui offrait, à leurs yeux, les plus riches possibilités créatrices, Wang Hui commença à étudier le style de Dong Yuan et de Juran, ainsi que les maîtres Yuan (Huang Gongwang en particulier), refusant de laisser libre cours à son lyrisme naturel pour s'imprégner de leur esprit. Grâce à une maîtrise technique étonnante, il dépassa d'emblée le stade de la copie et s'attacha aux problèmes de l'organisation de l'espace. Dans le grand paysage daté de 1660 (Art Museum, Princeton University) à la manière de Huang Gongwang, et plus encore dans celui de 1664 inspiré de Juran, pics et vallées sont animés d'un mouvement interne, résultat de l'énergie et de la tension créées par les rides allongées à travers la structure de l'ensemble.

À la recherche de l'Antiquité

Dans son désir passionné de retrouver les secrets des peintres classiques et de saisir les différents aspects de la nature, Wang Hui comprit bientôt qu'il ne pouvait pas se limiter aux œuvres d'un seul maître ou d'une seule école. Aussi s'éloigna-t-il du cadre étroit des styles dérivés de Dong Yuan et de Juran pour essayer, dans une « grande synthèse », d'embrasser l'ensemble de la tradition picturale chinoise. Il rejoignait, en ce sens, les préoccupations de son époque [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  WANG LES QUATRE ( XVII e s.)  » est également traité dans :

CHINOISE CIVILISATION - Les arts

  • Écrit par 
  • Corinne DEBAINE-FRANCFORT, 
  • Daisy LION-GOLDSCHMIDT, 
  • Michel NURIDSANY, 
  • Madeleine PAUL-DAVID, 
  • Michèle PIRAZZOLI-t'SERSTEVENS, 
  • Pierre RYCKMANS, 
  • Alain THOTE
  •  • 54 356 mots
  •  • 41 médias

Dans le chapitre « Orthodoxes et individualistes »  : […] À la fin de l'époque Ming, un autre grand lettré, Dong Qichang (1555-1636), a exercé, par son œuvre et ses théories esthétiques et critiques, une domination incontestée sur la peinture des lettrés : toute l'orthodoxie picturale de l'époque Qing s'est fondée sur ses principes d'académisme éclectique. Dong Qichang cependant, loin d'être le pontife pédant que l'on imagine trop souvent, révèle, dans […] Lire la suite

DONG QICHANG [TONG K'I-TCH'ANG] (1555-1636)

  • Écrit par 
  • Pierre RYCKMANS
  •  • 1 875 mots

Dans le chapitre « Une postérité contradictoire »  : […] La force de l'influence exercée par Dong Qichang est surtout due à la remarquable cohérence de sa double démarche de peintre et de théoricien – sa peinture illustrant sa théorie, sa théorie justifiant sa peinture. Avec Dong, les tendances de la peinture lettrée atteignent un point culminant qui est aussi un point de rupture définitif entre les artistes et la nature ; à cette nature objective, que […] Lire la suite

Les derniers événements

Chine. Propagation de l’épidémie de coronavirus. 2-29 février 2020

chinoise de la Santé, Wang Hesheng, qui remplace le responsable de la commission de la Santé du Hubei limogé le 11, révise à la hausse les précédentes évaluations du Covid-19, en raison d’une modification du mode de détection de la maladie, ce qui porte à plus de cinquante mille le nombre de personnes […] Lire la suite

Chine. Condamnation de l’avocat Wang Quanzhang. 28 janvier 2019

Un tribunal de Tianjin condamne l’avocat défenseur des droits humains Wang Quanzhang à quatre ans et demi de prison et cinq ans de déchéance de ses droits politiques pour « subversion de l’État ». Défenseur, notamment, des adeptes du mouvement religieux du Falun Gong et des paysans dépossédés de leurs terres, il avait été arrêté en août 2015 et était détenu au secret depuis cette date. […] Lire la suite

Chine. Adoption d’une série d’amendements constitutionnels. 11-18 mars 2018

er, le « rôle dirigeant du Parti communiste comme la caractéristique la plus fondamentale du socialisme aux couleurs chinoises ». Sur les deux mille neuf cent soixante-quatre députés présents, seuls deux votent contre et trois s’abstiennent. Le 17, l’ANP réélit Xi Jinping à […] Lire la suite

Chine. Condamnation de l'épouse de Bo Xilai. 9 août - 5 septembre 2012

, et les quatre officiers de police à des peines de cinq à onze ans de prison. Le 5 septembre, l'ancien chef de la police de Chongqing et ancien bras droit de Bo Xilai, Wang Lijun, est inculpé notamment d'abus de pouvoir et de corruption. Informé de l'assassinat de Neil Heywood, il s'était réfugié quelques […] Lire la suite

Chine. Verdict sévère au dernier procès de dissidents du Printemps de Pékin. 12 février 1991

Le procès de quatre intellectuels, considérés comme des instigateurs des événements du printemps de 1989, se termine par des verdicts très lourds. Chen Ziming et Wang Juntao, anciens directeur et rédacteur en chef de L'Hebdomadaire économique, sont condamnés à treize ans […] Lire la suite

Pour citer l’article

Françoise DENÈS, « WANG LES QUATRE (XVIIe s.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/wang-les-quatre/