FELSENSTEIN WALTER (1901-1975)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

De Vienne à Berlin

Walter Felsenstein, fils d'un ingénieur viennois, commence à vingt ans une carrière de comédien. Après deux ans de cours auprès d'un professeur du Burgtheater de Vienne, il est attaché à diverses scènes de la province allemande, en particulier à Lübeck et à Mannheim. Il a l'occasion de réaliser en 1926 sa première mise en scène théâtrale – La Ronde de Schnitzler – et sa première mise en scène lyrique – La Bohème de Puccini. En cinq ans, de 1927 à 1932, il monte à Fribourg-en-Brisgau et à Bâle pas moins de soixante-dix ouvrages de tout genre. Il va ensuite de Cologne (1932) à Francfort (1934) et collabore alors avec les décorateurs Otto Reigbert, Ludwig Sievert, et surtout Caspar Neher. Le succès de La Chauve-Souris montée en équipe avec ce dernier lui vaut de faire ses débuts à Berlin en décembre 1935. Frappé d'interdit par les nazis (son épouse est d'origine juive) et exclu des théâtres nationaux en 1936, il est encore toléré sur les scènes privées. Il essaie de se maintenir dans la capitale et refuse les propositions de Buenos Aires, Chicago, Philadelphie. Il ne veut travailler qu'en langue allemande, le texte étant le fondement de son activité de metteur en scène. Cela le conduit à accepter l'offre de l'opéra de Zurich pour les saisons 1938 et 1939. Mais sa rencontre avec Heinrich George oriente différemment sa carrière dès 1939.

Le comédien, responsable du Schillertheater, à Berlin, obtient pour lui une dérogation de la part des autorités nazies. Grâce à ce contrat, il renoue avec le théâtre parlé (en particulier avec Lessing, Goethe et Schiller). Au même moment, il répond aux invitations de Herbert von Karajan, pour Falstaff en 1941 à Aix-la-Chapelle, et de Clemens Krauss, pour Les Noces de Figaro en 1942 à Salzbourg. Il fait également ses premières armes au cinéma, avec Windstoss, d'après une pièce de Giovacchino Forzano, et La Pathétique, un film musical inspiré de Tchaïkovski, produit par la Tobis.

Après l'effondrement de Berlin, le célèbre metteur en scène expressionniste Karl-Heinz Martin reconstit [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

  • : professeur certifié de lettres modernes, D.E.A. d'études théâtrales, correspondante de la revue Opéra International

Classification

Autres références

«  FELSENSTEIN WALTER (1901-1975)  » est également traité dans :

FRIEDRICH GÖTZ (1930-2000)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 840 mots

Tout en menant une importante carrière de metteur en scène marquée notamment par la « production du centenaire » de Parsifal au festival de Bayreuth en 1982, Götz Friedrich a fait de la Deutsche Oper de Berlin, dont il fut l'intendant général de 1981 à sa mort, l'une des principales scènes lyriques allemandes. Né le 4 août 1930 à Naumburg (Saxe-Anhalt), Götz Friedrich étudie le théâtre à l'univer […] Lire la suite

KOMISCHE OPER

  • Écrit par 
  • Jacques FOURNIER
  •  • 255 mots

De création bien plus récente que les deux autres théâtres lyriques de Berlin – la Staatsoper et la Deutsche Oper –, la Komische Oper se trouvait, comme la Staatsoper, à Berlin-Est du temps de la R.D.A. La Komische Oper, où les œuvres sont exclusivement interprétées en allemand, fut inaugurée en 1947 par Walter Felsenstein, qui en assura la direction jusqu'à sa mort, en 1975. Créateur du concept […] Lire la suite

SCÉNOGRAPHIE LYRIQUE

  • Écrit par 
  • Alain PERROUX, 
  • Alain SATGÉ
  •  • 7 224 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Le renouveau de l'après-guerre : approches dialectiques, approches idéalistes »  : […] Pour rendre compte du renouveau du spectacle d'opéra dans les années 1950, on invoque souvent pêle-mêle le rôle de metteurs en scène spécialisés dans le théâtre lyrique, comme Wieland Wagner ou Walter Felsenstein, d'hommes de théâtre ou de cinéma, comme Giorgio Strehler ou Luchino Visconti, ou encore de l'exceptionnelle chanteuse-actrice que fut Maria Callas . Ces divers phénomènes ont pourtant de […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Claude VAUGIER, « FELSENSTEIN WALTER - (1901-1975) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 juin 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/walter-felsenstein/