BENJAMIN WALTER (1892-1940)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Révélation et tragédie. La question de l'origine

Si Walter Benjamin, dans une Allemagne où la crise de la conscience européenne atteint son sommet en ce début de xxe siècle, demeure en marge des courants établis, c'est pour mieux opérer entre leurs diverses positions. Parmi ses interlocuteurs privilégiés, il a compté, outre Theodor W. Adorno (représentant, avec Max Horkheimer, de la « théorie critique » propre à ce qu'il est convenu d'appeler l'école de Francfort), des esprits aussi contraires que Gershom Scholem, spécialiste de la mystique juive, et Bertolt Brecht, instaurant Marx en lecteur tout désigné de son théâtre « épique ». Les six volumes de correspondance parus à partir de 1995, et qui enrichissent considérablement le premier recueil de 1966, multiplient les confrontations et les différenciations subtiles. Benjamin saura en dégager une nouvelle radicalité, à la mesure des complexités de la modernité.

Ses premiers écrits, où romantisme et judaïsme s'entrecroisent spontanément se nouent autour du rapport entre esprit et langage : ainsi l'essai de 1916, Sur le langage en général et sur le langage humain (« tout langage supérieur est traduction du langage inférieur, jusqu'à ce que se développe dans son ultime clarté le verbe de Dieu, qui est l'unité de ce mouvement »), relayé en 1917-1918 par La Tâche du traducteur (« la version interlinéaire du texte sacré est l'archétype ou l'idéal de toute traduction »). Les grandes études qui s'ensuivent au lendemain de la Première Guerre mondiale abordent tout autant la question de l'art en termes de vérité, si ce n'est de révélation. Dans Les Affinités électives de Goethe (1923), Benjamin commence par redéfinir les tâches du commentaire et de la critique pour mieux explorer les arcanes de l'œuvre, au moins à deux niveaux : celui de l'Éros – le geste salvateur de l'amour nu étant ici opposé au sentiment captif de lui-même qui se consume, muet ju [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages






Écrit par :

Classification


Autres références

«  BENJAMIN WALTER (1892-1940)  » est également traité dans :

L'ŒUVRE D'ART À L'ÉPOQUE DE SA REPRODUCTION MÉCANISÉE, Walter Benjamin - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Paul-Louis ROUBERT
  •  • 987 mots
  •  • 1 média

L'essai de Walter BenjaminL'Œuvre d'art à l'époque de sa reproduction mécanisée est l'un des textes les plus célèbres de la littérature photographique allemande de l'entre-deux-guerres. Il est également connu en français sous un titre un peu différent : L'Œuvre d'art à l'époque de sa reproductibilité technique. Dans ce texte, […] Lire la suite

SENS UNIQUE, Walter Benjamin - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Yve-Alain BOIS
  •  • 1 716 mots
  •  • 1 média

L'écrivain et critique allemand Walter Benjamin (1892-1940) fut longtemps mal connu en France, où ce n'est qu'à la fin des années 1970 qu'on commence à mesurer l'ampleur et la diversité de son travail. Il avait fallu en effet plus de dix ans pour que s'épuise le recueil d'Œuvres choisies publié par Maurice de Gandillac (1959) et qu'il reparaisse dans une édition revue et augmen […] Lire la suite

WALTER BENJAMIN. LE DÉSIR D'AUTHENTICITÉ (M. Pulliero)

  • Écrit par 
  • Lionel RICHARD
  •  • 1 103 mots

En 1932, Walter Benjamin (1892-1940), relatant dans Chronique berlinoise ses souvenirs d'enfance et d'adolescence, considère les années qu'il a vécues avant 1914, sous le règne de Guillaume II, comme un « âge d'or ». Le bien-être dans lequel s'étaient ancrés ses parents, qui appartenaient à des familles bourgeoises de Juifs assimi […] Lire la suite

ALLÉGORIE, notion d'

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 1 460 mots

Dans le chapitre « « Et tout pour moi devient allégorie » (Baudelaire) »  : […] En France, le terme n'a pas connu le même discrédit qu'en Allemagne. Charles Baudelaire écrit, dans ses Paradis artificiels (1860) : « L'allégorie, ce genre si spirituel , que les peintres maladroits nous ont accoutumé à mépriser, mais qui est vraiment l'une des formes primitives et les plus naturelles de la poésie, reprend sa domination légitime dans l'intelligence illuminée par l'ivresse. » Gra […] Lire la suite

ART (L'art et son objet) - La reproduction en art

  • Écrit par 
  • Denys RIOUT
  •  • 2 028 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Irreproductibilité des œuvres d'art »  : […] L'irreproductibilité de l'œuvre d'art est aujourd'hui un dogme solidement ancré. Il s'appuie sur le fait que l'œuvre, concrétion matérielle d'une pensée vivante, est achevée au terme d'un processus qui ne peut jamais être reconduit à l'identique. Au mieux, la copie qui parviendrait à surmonter ces obstacles serait une simple imitation de l'apparence à laquelle manquerait irrémédiablement ce que l' […] Lire la suite

ART (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 3 279 mots

Dans le chapitre « Mort ou renaissance ? »  : […] Un autre facteur pourrait bien conduire à la mort de l’art : c’est la reproductibilité des œuvres . De la Renaissance à nos jours, c’est dans leur unicité que semblait résider la valeur inestimable des grandes créations. Que devient cette valeur quand des moyens techniques de plus en plus performants permettent une reproduction illimitée des œuvres ? Aux œuvres uniques n’existant qu’ici et mainten […] Lire la suite

CINÉMA (Aspects généraux) - Les théories du cinéma

  • Écrit par 
  • Youssef ISHAGHPOUR
  •  • 5 373 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Cinéma et technique »  : […] Cathédrale de l'avenir, nouvelle alchimie, révélation du visage, le monde rendu à sa transparence par la technique, mise en œuvre des lois de la nature, de l'histoire, de la pensée – autant de possibilités que proposait le cinéma. Mais voilà qu'il se réduit à raconter des histoires. C'est qu'il n'est pas seulement « par ailleurs une industrie », comme l'écrira Malraux ( Esquisse d'une psychologie […] Lire la suite

CRITIQUE LITTÉRAIRE

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Antoine COMPAGNON
  •  • 12 910 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Sociologie et psychanalyse de la littérature »  : […] Taine rapportait l'individu à ses conditions sociales. Ce sera le principe du tout-venant de la critique marxiste, faisant de la littérature et de l'art un reflet de la situation économique, de la superstructure un décalque de l'infrastructure. De György Lukács à Lucien Goldmann, cette doctrine est devenue plus complexe, dès lors qu'elle a vu les sujets de la création dans les groupes et non plus […] Lire la suite

CULTURE - Le choc des cultures

  • Écrit par 
  • Jean-François MATTÉI
  •  • 6 362 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Les cultures sociales »  : […] Dans l'histoire de l'Europe, les œuvres de la culture ont été créées par des philosophes et des savants, des peintres, des musiciens et des dramaturges, des architectes, des poètes et des romanciers, parfois avec le soutien de mécènes, souvent avec la protection du roi ou du pape, toujours en harmonie avec la société dans laquelle les créateurs vivaient. Que l'on pense aux cathédrales gothiques, a […] Lire la suite

EMPIRE SECOND (1852-1870)

  • Écrit par 
  • Marc BASCOU, 
  • Adrien DANSETTE, 
  • Universalis
  •  • 21 002 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Le règne de l'éclectisme »  : […] Car l'ambiguïté est manifeste et omniprésente : en voulant « apprendre à voir, voir en comparant » (selon la devise d'Henry Cole), en prétendant réunir des collections d'arts appliqués pour susciter un renouveau par l'étude des chefs-d'œuvre du passé, en proposant dans des recueils de décoration une multiplicité de motifs – dissociés de leur contexte et mis à plat, sans souci d'échelle ni d'indic […] Lire la suite

EXIL LITTÉRATURES DE L'

  • Écrit par 
  • Albert BENSOUSSAN
  •  • 3 320 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Exil et mémoire »  : […] Franchissons l'océan et touchons aux rives de la Méditerranée. Nous trouvons là une écriture qui entretient avec la langue française des rapports de fascination-répulsion. Au célèbre « la langue française est ma patrie » d'un Gabriel Audisio, entraînant avec lui la totalité des écrivains pieds-noirs – d'Elissa Rhaïs à Albert Memmi – farouchement identifiés à la France par la langue, répond le non […] Lire la suite

FRAGMENT, littérature et musique

  • Écrit par 
  • Daniel CHARLES, 
  • Daniel OSTER
  •  • 9 389 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Fragment et totalité »  : […] C'est chez les romantiques allemands du groupe d'Iéna et de l' Athenäum (1798-1800) qu'il faut chercher le sens de l'entreprise fragmentaire comme figure paradoxale d'un idéal communautaire et visant à une totalité sans système. En tant que représentation inachevée de la complétude, le fragment marque aussi l'achèvement de l'incomplétude. Comme l'écrit Friedrich von Schlegel, « le fragment, comme […] Lire la suite

FRANCFORT ÉCOLE DE

  • Écrit par 
  • Gerhard HÖHN
  •  • 2 786 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « De la naissance de la théorie critique à sa phase pessimiste »  : […] Les travaux et la personnalité de Horkheimer ont largement dominé, dans les années trente, la phase classique de la théorie critique. C'est lui qui sut réunir autour de sa personne un groupe d'intellectuels ayant des orientations différentes, mais partageant tous le même idéal révolutionnaire d'une société fondée sur la raison et la liberté. Il organisa le travail scientifique de manière pluridisc […] Lire la suite

INTIMITÉ

  • Écrit par 
  • Lilyane DEROCHE-GURCEL
  •  • 2 162 mots

Dans le chapitre « L'intimité comme dispositif compensatoire »  : […] Le cocooning a réactualisé dans sa quête de l'intimité les signes décoratifs synonymes de protection. Benjamin a le premier été sensible aux effets de redondance, de multiplication valant comme autant de précautions qui constituent le registre matériel de l'intimité. Si l'on osait un rapprochement impromptu entre les analyses de Durand et celles de Benjamin, on verrait se dessiner un lien subtil […] Lire la suite

PASSAGES, architecture

  • Écrit par 
  • Jean-François POIRIER
  •  • 7 079 mots

Dans le chapitre « Le passage comme thème littéraire »  : […] Il est intéressant de considérer la place que la littérature a accordée aux passages et les jugements esthétiques qu'elle a portés sur eux parce qu'elle donne la mesure exacte, même si c'est parfois avec retard, des engouements ou des dédains suscités par le passage. L'enthousiasme étourdit les premiers visiteurs des passages, en particulier les étrangers accourus de toute l'Europe pour découvrir […] Lire la suite

PAUL KLEE. L'IRONIE À L'OEUVRE (exposition)

  • Écrit par 
  • Claude FRONTISI
  •  • 1 150 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Des questions en suspens »  : […] Le catalogue aborde, sans les épuiser, tout un ensemble de problématiques rattachées tant bien que mal au thème central. Si l’index de rigueur et plusieurs références bibliographiques importantes font défaut, il fournit une abondante iconographie de qualité et reste efficace, pour qui veut s’initier. Et l’on appréciera que les articles « de fond » placés en tête de chapitres s’accompagnent de comm […] Lire la suite

PERFORMANCE, art

  • Écrit par 
  • Daniel CHARLES
  •  • 19 226 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Performance et technologie : la question de l'aura »  : […] On se rappelle la définition que donnait, en 1936, W. Benjamin de l'aura : « l'apparition unique d'un lointain, si proche soit-il ». L'aura qualifiait la présence (ou l'absence, ou la présence-absence) de l'œuvre en tant que sacrée ou liturgique, ou mieux cultuelle : ce qui à la fois nous fascine en elle, et la rend « inapprochable par essence ». Une statue de Vénus, par exemple, fait l'objet d'u […] Lire la suite

PHOTOGRAPHIE (art) - Photographie et peinture

  • Écrit par 
  • Jean-Luc DAVAL
  •  • 5 269 mots
  •  • 12 médias

La photographie se réduit-elle à une technique de reproduction ou peut-elle s'inscrire parmi les moyens d'expression plastique ? Cette question est à l'origine d'un très long débat, au cœur de nombreuses polémiques, et plus de cent cinquante ans après la première apparition du mot photographie (1839) et la proclamation publique de sa première application, le daguerréotype, l'hypothèque n'est pas […] Lire la suite

QUESTIONS DE STYLE. FONDEMENTS D'UNE HISTOIRE DE L'ORNEMENTATION (A. Riegl) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • François-René MARTIN
  •  • 1 234 mots

Dans le chapitre « De la pure forme au spectateur »  : […] À la suite de Questions de style , Riegl ouvrira dans chacun de ses livres des perspectives fécondes, qui orientent aujourd'hui encore de nombreuses recherches. Dans l'ouvrage qu'il consacre à l'art artisanal du Bas-Empire romain ( Die Spätrömische Kunstindustrie , 1901), Riegl cherche une nouvelle fois à montrer comment l'objet d'art parvient, au terme d'un long processus, à trouver son autonomie […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Philippe IVERNEL, « BENJAMIN WALTER - (1892-1940) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/walter-benjamin/