W OU LE SOUVENIR D'ENFANCE, Georges PerecFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un livre, quatre récits

W se compose de trente-sept chapitres. Il est divisé en deux parties séparées, entre les chapitres 11 et 12, par une page blanche avec trois points de suspension placés entre parenthèses et suggérant une interruption et une ellipse.

Dans la première partie, le narrateur de la fiction, Gaspard Winckler, annonce entreprendre, non sans hésitations, le récit de son voyage à W. Après avoir résumé sa vie depuis sa naissance à R – la mort de son père lorsqu'il a six ans, son adoption par un voisin, son départ pour la ville à seize ans, son engagement dans l'armée, sa désertion et son installation en Allemagne, puis à la frontière luxembourgeoise –, il explique avoir reçu un jour la lettre d'un certain Otto Apfelsthal, lui donnant rendez-vous « pour une affaire [le] concernant ». Son mystérieux interlocuteur lui apprend qu'il n'est pas celui qu'il croit, et qu'il existe en réalité un autre Gaspard Winckler. Apfelsthal se présente comme le gérant d'une société de secours aux naufragés, et c'est à ce titre qu'il rapporte les faits suivants : le « vrai » Gaspard Winckler, fils d'une célèbre cantatrice autrichienne, Caecilia Winckler, était un enfant de huit ans sourd et mutique, vivant prostré en permanence dans sa chambre. Membre par ailleurs d'une organisation caritative au service des orphelins, c'est Caecilia qui, dans l'urgence et faute de mieux, a donné au narrateur enfant le passeport de son fils, d'où la confusion. Par la suite, pour tenter de guérir celui-ci, elle a entrepris avec quelques amis une croisière au long cours en voilier, qui s'est achevée tragiquement, au large de la Terre de Feu, par un naufrage où tous ont perdu la vie, à l’exception du jeune Gaspard dont on n'a pas retrouvé le corps. L'objet de la démarche d'Otto Apfelsthal est de tenter de convaincre le « faux » Gaspard Winckler de partir à la recherche du « vrai ».

Parallèlement, le récit autobiographique (qui commence par cette affirmation paradoxale : « Je n'ai pas de souvenir d'enfance. ») mêle de façon décousue souvenirs assez fl [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  W OU LE SOUVENIR D'ENFANCE, Georges Perec  » est également traité dans :

SHOAH LITTÉRATURE DE LA

  • Écrit par 
  • Rachel ERTEL
  •  • 12 495 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « L'imaginaire et le mémoriel : mémoire sidérée, mémoire greffée »  : […] Œuvre inaugurale, Le Dernier des Justes d'André Schwarz-Bart (1959) est un raccourci symbolique du martyrologe juif depuis les meurtres de York en 1185 jusqu'à Auschwitz. Ernie est le dernier maillon de la chaîne des Justes qui avaient assuré la perpétuation du peuple par la « sanctification du Nom » sur tous les bûchers du monde. Au seuil de la chambre à gaz, dans une ultime envolée mystique, qu […] Lire la suite

PEREC GEORGES (1936-1982)

  • Écrit par 
  • Harry MATHEWS
  •  • 3 753 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « « W ou Le souvenir d'enfance » »  : […] Entre-temps Perec abandonna le roman (à l'exception des Revenentes , complément de La Disparition , où l' e est la seule voyelle présente) pour produire une série d'ouvrages à caractère autobiographique : La Boutique obscure , transcription de ses rêves durant trois ans ; Espèces d'espaces , essai sur la notion d'espace, qui commence par celui de la page, puis passe du lit au monde entier  ; W o […] Lire la suite

Pour citer l’article

Guy BELZANE, « W OU LE SOUVENIR D'ENFANCE, Georges Perec - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/w-ou-le-souvenir-d-enfance/