MEYERHOLD VSEVOLOD EMILIEVITCH (1874-1940)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une activité multidirectionnelle

Congédié par Komissarjevskaïa déçue par ses échecs d'actrice, Meyerhold est nommé aux Théâtres impériaux (1908-1918). « Acteur idéal », selon Eisenstein qui sera son élève en 1922, il interprète là son dernier rôle, mais continuera d'assouvir son désir de jouer en utilisant la démonstration pour diriger ses comédiens. Disposant de grands moyens, il crée avec le décorateur Alexandre Golovine, son alter ego, de somptueux spectacles. Sa méthode du « traditionalisme théâtral » n'est ni nostalgique, ni restauratrice : pour Dom Juan de Molière (1910), il étudie, réinterprète et synthétise le style d'une époque et d'un auteur à l'aide d'éléments issus des grandes traditions théâtrales, italiennes et orientales – proscenium, masque, kurombo (personnage emprunté au Kabuki). Pour monter Tristan et Isolde (1909), il réfléchit à la notion d'œuvre d'art totale en lisant Appia et tout Wagner ; il signe alors une des premières mises en scène d'opéra modernes où le chanteur-danseur développe une pantomime plastique en relation avec la musique. Orphée de Gluck (1911) réalise l'union harmonieuse de tous les arts. C'est là pour Meyerhold une période d'activité multidirectionnelle. La recherche sur les genres classiques, dramatique et lyrique, se double d'un intérêt pour les genres mineurs – cirque, cabaret (L'Écharpe de Colombine, pantomime d'après Schnitzler, 1910) –, ou nouveaux, comme le cinéma (Le Portrait de Dorian Gray, 1915 ; Un homme fort, 1916). À Paris, il monte au Châtelet, avec Bakst et Fokine, La Pisanella de D'Annunzio (1913).

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : directeur de recherche au C.N.R.S., directeur du Laboratoire de recherche sur les arts du spectacle

Classification


Autres références

«  MEYERHOLD VSEVOLOD EMILIEVITCH (1874-1940)  » est également traité dans :

LE REVIZOR (mise en scène de Meyerhold)

  • Écrit par 
  • Béatrice PICON-VALLIN
  •  • 279 mots

Le Revizor que Vsevolod Meyerhold (1874-1940) présente en 1926 à Moscou est emblématique : pour la première fois, le metteur en scène apparaît sur l'affiche comme « auteur du spectacle », à côté de l'auteur de la pièce, Nicolas Gogol. Il a fallu un an de répétitions, un travail approfondi sur les variantes pour recomposer la pièce en épisodes et s'approcher au maximum du projet […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-revizor/#i_25217

ACTEUR

  • Écrit par 
  • Dominique PAQUET
  •  • 6 796 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'athlète et le porte-parole »  : […] Si, pour Antonin Artaud, l'acteur est un « athlète affectif », il doit nécessairement rompre avec les conventions qui faisaient encore les beaux jours d'un certain théâtre. Par le souffle, on entre dans le corps du personnage théâtral : « À chaque sentiment, à chaque mouvement de l'esprit, à chaque bondissement de l'affectivité humaine correspond un souffle qui lui appartient. » Le geste s'en tro […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/acteur/#i_25217

POPOVA LIOUBOV SERGUÉIEVNA (1889-1924)

  • Écrit par 
  • Cécile GODEFROY
  •  • 674 mots

Issue d'une famille marchande cultivée, l'artiste Lioubov Serguéievna Popova naît à Krasnovidovo en 1889, près du village d'Ivanovskoïé en Russie. Après des études à Ialta, la jeune femme s'installe à Moscou en 1908 et suit les cours de Joukovski, Youon et Doudine ; ses premières œuvres sont marquées par la découverte de la peinture européenne – Van Gogh, Gauguin et Cézanne en premier lieu –, et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lioubov-sergueievna-popova/#i_25217

RUSSIE (Arts et culture) - Le théâtre

  • Écrit par 
  • Béatrice PICON-VALLIN, 
  • Nicole ZAND
  •  • 8 636 mots

Dans le chapitre « La révolution des formes scéniques »  : […] En 1920, l'« Octobre théâtral » lancé par Meyerhold, devenu membre du Parti communiste en 1918, développe un programme radical : affirmation du rôle politique du théâtre, refus des normes de l'esthétique bourgeoise, soutien au théâtre amateur, simplification des décors, ouverture sur la place publique et sur la rue. C'est dans ses mises en scène qu'il le réalisera –  Les Aubes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/russie-arts-et-culture-le-theatre/#i_25217

RUSSE CINÉMA

  • Écrit par 
  • Bernard EISENSCHITZ
  •  • 10 169 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Les commencements : rupture et continuité »  : […] Le cinéma ne naît pas du décret de Lénine. Il était déjà une industrie prospère sous le tsar. Un système de production et un réseau de salles se sont créés. Plus encore, divers pionniers en ont pressenti les possibilités artistiques : Piotr Tchardynine, le réalisateur de films d'animation Ladislas Starévitch, Iakov Protazanov, Evguéni Bauer surtout, qui fait du symbolisme un style cinématographiqu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinema-russe/#i_25217

SCÉNOGRAPHIE

  • Écrit par 
  • Jean CHOLLET
  •  • 6 522 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « V. E. Meyerhold »  : […] Mais la référence essentielle de cette période déterminante de l'histoire du théâtre moderne demeure V. E. Meyerhold (1874-1940). Acteur et metteur en scène sous l'ère tsariste, sa pratique bascule à partir de 1917. Ses recherches développent un nouveau langage scénique en redéfinissant complètement les formes et les composants de la représentation. Son rejet du naturalisme, ses expérimentations s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/scenographie/#i_25217

SCÉNOGRAPHIE LYRIQUE

  • Écrit par 
  • Alain PERROUX, 
  • Alain SATGÉ
  •  • 7 224 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Le temps des théories : la critique du naturalisme »  : […] La notion de mise en scène conçue comme organisation globale et unitaire du spectacle d'opéra n'apparaît pas avant le xix e  siècle ; jusque-là, le « machiniste », éventuellement assisté du librettiste et du maître de ballet, règle les changements à vue et les entrées des chanteurs, dont la gestuelle et les déplacements sont déterminés par l'impro […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/scenographie-lyrique/#i_25217

THÉÂTRE OCCIDENTAL - La scène

  • Écrit par 
  • Alfred SIMON
  •  • 10 027 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La scène architecturée »  : […] Jusque-là, aucun changement radical n'est intervenu. Le décor des peintres résout le problème du décor illusionniste en niant la perspective et le volume en trompe l'œil. Il ne remet pas en question la scène frontale, et celle-ci ne doit sa liberté relative qu'aux couleurs. Quant à l'acteur, il se trouve intégré au décor, plutôt noyé dans le chatoiement des couleurs par son costume et son maquilla […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theatre-occidental-la-scene/#i_25217

THÉÂTRE OCCIDENTAL - Le mélange des genres

  • Écrit par 
  • Jean CHOLLET
  •  • 6 547 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « La scène et les écrans »  : […] Depuis l'apparition du septième art, l'influence du cinéma au théâtre s'est manifestée de différentes manières : intégration d'images projetées sur la scène, contribution à l'évolution de la construction et au rythme de la mise en scène, implication constitutive dans l'écriture dramatique. Historiquement, la référence principale à la première de ces manifestations se situe en 1923, avec la mise e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theatre-occidental-le-melange-des-genres/#i_25217

Pour citer l’article

Béatrice PICON-VALLIN, « MEYERHOLD VSEVOLOD EMILIEVITCH - (1874-1940) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/vsevolod-emilievitch-meyerhold/