VOIX, esthétique

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Techniques vocales dans les théâtres d'Asie orientale

Dans les théâtres d'Asie orientale, que ce soit le jingxi chinois, le , le kabuki japonais ou le hat tuông, le hat chèo, le hat cai luong vietnamiens, la déclamation et le chant sont très importants.

Les techniques vocales varient d'un pays à l'autre et, bien entendu, elles diffèrent en de nombreux points de celles qui sont en usage en Occident. On ne trouve pas la même distinction entre voix de soprano, de ténor ou de baryton. La manière de respirer, de prononcer les mots ou d'orner les notes est parfois déconcertante pour un chanteur occidental.

Les timbres

Dans les théâtres des pays de l'Asie orientale, on recherche les timbres inhabituels de la voix, dans l'aigu comme dans le grave.

La voix dite « de tête » – ou « du cerveau », dans la tradition vietnamienne –, très proche de la voix de fausset, est utilisée dans la déclamation et le chant, dans le jingxi (Chine) et le hat tuông (Vietnam). Elle convient aux jeunes rôles masculins ou féminins. C'est ainsi que le xiaosheng, jeune homme dans le jingxi chinois, a une voix très particulière : une syllabe prononcée dans le grave est suivie d'une autre prononcée avec la voix de fausset.

La voix gutturale ou pharyngienne, un peu plus grave et plus sonore que la voix naturelle, se rencontre surtout dans le nô japonais ; c'est une voix qui, selon Akira Tamba, « donne une sensation d'intensité dramatique, d'énergie virile, de grandiloquence et de calme ». Dans le théâtre vietnamien, les rôles de vieillard utilisent cette voix, mais d'une manière moins large que celle du théâtre nô. Elle est obtenue en tirant le menton vers l'intérieur et en comprimant le gosier.

La voix de poitrine est celle des rôles de guerriers au « visage peint » dans les théâtres chinois et vietnamiens, une voix pleine, avec une grande puissance de souffle, et qui résonne dans la cavité thoracique.

Il existe d'autres voix particulières qui expriment les sentiments violents, comme la voix dite « du foie » (giong gan) ou celle « des intestins » (giong ruôt) dans la tradition vietnamienne, utilisées pour exprimer respectivement la colère et la douleur morale.

Le souffle

Chaque acteur doit apprendre à « prendre le souffle » (lây hoi). L'entraînement d'un acteur dans la tradition chinoise commence par des exercices de respiration : celle-ci doit être abdominale, et l'expiration doit être lente ; il s'agit là d'une technique respiratoire très proche de celle du yoga. Le souffle est si important que la cavité abdominale doit être vide pour faciliter la respiration, ce qui explique que les grands acteurs ne prennent pas leur repas avant le spectacle. Zeami (1363-1443), dans son traité des Seize Opuscules de l'émission vocale du nô, donne toute une série de conseils à ce sujet : « Il faut retenir le ton dans le souffle, entonner dans le ton, articuler les paroles avec les lèvres » (traduction de René Sieffert). Il y a, selon Zeami, deux sortes de voix : la voix horizontale qui procède de l'expiration, et la voix verticale qui a le timbre de l'inspiration, c'est-à-dire le timbre du son filé. « Par cet usage de l'expiration et de l'inspiration, on obtiendra une sensibilité sonore qui enrichit la voix et qui colore le chant » (traduction d'Akira Tamba).

La prononciation

Dans le jingxi chinois, l'art vocal réside dans l'exécution des chang bai, et l'acteur non seulement doit chanter mais déclamer dans un style poétique et récitatif en tenant compte du rythme de la phrase et des tons linguistiques, car le chinois, comme le vietnamien, est une langue à tons. Chaque syllabe doit être prononcée avec une certaine hauteur et une inflexion appropriée. Dans la tradition chinoise, il existe treize différents groupes de caractères avec des formules appropriées pour les rimes. Dans chaque groupe, certains caractères sont appelés « ronds » et d'autres « aigus ». Une excellente prononciation augmente l'effet de la phrase sur le public.

Dans la tradition vietnamienne, un acteur doit éviter les quatre défauts fondamentaux : trai, confusion des deux tons linguistiques hoi et nga (mélodique haut et glottal haut) ; be, confusion d'un ton linguistique avec un autre ; huot, mauvaise prononciation des diphtongues ; chot, mauvaise prononciation des consonnes.

Dans la tradition japonaise, S. Shimotsuma (1550[51] ?-1616), dans son traité Soden-cho, a distingué cinq catégories de syllabes, selon qu'elles sont constituées d'une voyelle, d'une consonne et d'une voyelle, de deux consonnes avec une voyelle, d'une nasale et enfin d'une « coupure ». L'analyse de ce traité a permis à Akira Tamba de remarquer qu'« au moment de l'émission vocale le chanteur-acteur cherche consciemment à modifier l'articulation habituelle des phonèmes japonais pour obtenir, d'une part, des sons plus graves » et, d'autre part, une modification qui tend également à la « postériorisation », c'est-à-dire au passage des voyelles antérieures aux voyelles postérieures (de i vers a en passant par e, par exemple).

La technique du rire

Dans le jingxi chinois et le hat tuông vietnamien, le rire était la première qualité d'un bon acteur. La manière de rire constitue l'un des éléments indispensables de la technique vocale des acteurs chinois et vietnamiens. L'acteur chinois Yu Chen Fei était, selon Mei Lan-Fang, rapporté par A. C. Scott, sans égal en ce domaine. Le regretté maître Ong Sau Lai a distingué vingt-neuf manières de rire dans le hat tuông vietnamien : le rire d'un dignitaire civil loyal, celui d'un traître, d'un jeune militaire ou d'un vieux militaire, le rire qui se termine par un sanglot, le rire de provocation, le rire d'un vieil homme sensuel...

L'intonation et l'expression

Bien prononcer les phrases est essentiel, mais non suffisant. Il faut leur donner les sentiments appropriés. Dans le nô, Akira Tamba a distingué la voix congrulatoire et la voix nostalgique. Dans la tradition vietnamienne, le ngu khi (littéralement « le souffle de la parole »), c'est-à-dire l'expression des mots prononcés, doit être rendu non seulement par l'accentuation mais par le rythme de la phrase, par des silences plus ou moins longs, un débit plus ou moins rapide. L'acteur s'entraîne à dire une même phrase avec des intonations différentes selon l'âge et la situation sociale des personnages qu'il incarne.

Dans la tradition chinoise, le weier, le goût, autrement dit le style des déclamations, est parfois plus important que la puissance de la voix. Zhou Xin Fang, avec sa voix enrouée et rocailleuse, était très apprécié grâce à son weier.

Les techniques vocales courantes

Le vibrato ne se fait pas comme dans la tradition occidentale. Dans le nô, le vibrato de fréquence « est très large et essentiellement irrégulier. Le nombre d'oscillations varie de trois à six par seconde, et l'ondulation de fréquence peut aller jusqu'à dépasser une quarte [...], alors que la technique occidentale ens [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages

Médias de l’article

Enrico Caruso

Enrico Caruso
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Jussi Björling

Jussi Björling
Crédits : Hulton Getty

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : musicologue
  • : directeur de recherche au C.N.R.S., président et directeur des études du Centre des études de musique orientale

Classification

Autres références

«  VOIX, esthétique  » est également traité dans :

ACTEUR

  • Écrit par 
  • Dominique PAQUET
  •  • 6 798 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Un être métamorphique »  : […] Malgré des essais de théorisation, l'art de l'acteur reste profondément empirique. Et pour cause, puisque le matériau et l'outil de son art ne sont autres que sa propre chair. Si la tradition parle d'incarnation – faire rentrer dans sa chair un être de mots, le personnage –, elle semble plus proche de la vérité que celle qui inciterait à croire que l'acteur doit rentrer dans la peau du personnage. […] Lire la suite

ALTO, voix

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 168 mots

Voix de femme ou d'enfant qui occupe la plus basse tessiture. Depuis le xix e siècle, celle-ci s'étend du sol  2 au mi 4 ; certaines altistes descendent jusqu'au mi  3. Alto désigne également la partie qui se voit confier la mélodie possédant le même ambitus ; c'est cette partie qui, autrefois, était chantée par des castrats ou par des hommes qui chantaient en voix de fausset ; la tessiture étai […] Lire la suite

ANDERSON MARIAN (1897-1993)

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 1 246 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une championne de la déségrégation »  : […] Quel qu'en soit le prix, l'émancipation des Noirs – et cela fût-ce au prix de ses propres intérêts – est le combat de sa vie. Et Marian Anderson sait encaisser les coups. En février de 1939, l'association conservatrice Daughters of the American Revolution (« Les Filles de la révolution américaine ») réussit à l'empêcher d'entrer au Constitution Hall de Washington, où elle devait donner une soirée […] Lire la suite

ARRANGEURS DE LA CHANSON FRANÇAISE

  • Écrit par 
  • Serge ELHAÏK
  •  • 8 002 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Années 1960 : la « nouvelle vague » des chefs d’orchestre-arrangeurs »  : […] Durant cette décennie et la suivante, les chefs d’orchestre-arrangeurs ont le loisir de diriger de grandes formations, les moyens alloués par les labels de disques n’étant alors que rarement limités. Les musiciens des séances d’enregistrement sont recrutés parmi les meilleurs de leurs disciplines respectives, notamment pour la rythmique, et sont les garants de la qualité musicale des accompagneme […] Lire la suite

BAROQUE

  • Écrit par 
  • Claude-Gilbert DUBOIS, 
  • Pierre-Paul LACAS, 
  • Victor-Lucien TAPIÉ
  •  • 20 841 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « La naissance d'un style »  : […] C'est par opposition à l'écriture musicale de la Renaissance que naît progressivement la manière baroque. Dès 1922, Hans Joachim Moser a parlé d'un premier baroque ( Geschichte der deutschen Musik , II) ; peu après, en 1928, Ernst Bücken publiait sa Musik des Barocks . Mais c'est Curt Sachs qui semble avoir appliqué ce terme de baroque à notre sujet. D'après Manfred Bukofzer, un des meilleurs hist […] Lire la suite

BARTOLI CECILIA (1966- )

  • Écrit par 
  • Michel PAROUTY
  •  • 1 482 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La technique au service de l'art »  : […] Cecilia Bartoli naît à Rome, qui reste sa ville bien-aimée, le 4 juin 1966. Elle effectue ses études musicales à la fameuse Accademia di Santa Cecilia, mais reçoit en même temps un autre enseignement précieux, celui de ses parents. Car sa mère, Silvana Bazzoni, et son père, Angelo Bartoli, ont tous deux fait carrière dans le chant. Longtemps, Silvana l'écoutera attentivement, et demeurera sa plus […] Lire la suite

BARYTON, voix

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 201 mots

La voix d'homme dite de baryton est intermédiaire entre celle de ténor et celle de basse, et s'étend approximativement du fa 1 au fa 3. Ordinairement, dans le répertoire lyrique, on distingue quatre types de barytons. Le baryton Martin, le plus proche du ténor, est un baryton léger, de timbre élevé, surtout connu du répertoire français ; c'est le rôle de Pelléas ( Pelléas et Mélisande , Debussy). […] Lire la suite

BASSE, voix

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 271 mots

Nom qui désigne la plus grave des voix d'homme, qui est aussi la plus étendue. Le registre de la basse profonde (la plus grave) s'étend ordinairement sur une tessiture de deux octaves (d' ut 1 à ut 3). Le répertoire lyrique distingue plusieurs caractères à la voix de basse : la basse chantante ( cantante ) ou basse-baryton, à qui conviennent les parties lyriques (rôle de Méphisto dans le Faust […] Lire la suite

BEL CANTO

  • Écrit par 
  • Jean CABOURG
  •  • 2 760 mots
  •  • 5 médias

Par bel canto on désigne trop souvent les esthétiques vocales les plus disparates, sans aucune pertinence musicologique. L'expression est ainsi employée dans un sens générique et familier pour qualifier l'opéra en général, quel qu'en soit le style, ou l'époque, afin de le distinguer de la musique symphonique ou religieuse. L'étymologie italienne, si elle vient à restreindre le champ culturel de […] Lire la suite

BERBERIAN CATHY (1925-1983)

  • Écrit par 
  • Claude SAMUEL
  •  • 1 074 mots
  •  • 1 média

Ayant choisi, plus par goût que par accident, la route périlleuse de la création contemporaine, Cathy Berberian n'appartenait pas au monde des stars d'opéra. Le public de mélomanes, celui qui lance tous les trois mois une nouvelle diva, l'a superbement ignorée ; mais, alors que les divas d'un trimestre tombent rapidement dans les trappes de l'oubli, le souvenir de Cathy Berberian survivra, associé […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jacques PORTE,  TRAN VAN KHÊ, « VOIX, esthétique », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/voix-esthetique/