MAÏAKOVSKI VLADIMIR VLADIMIROVITCH (1893-1930)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le Front gauche de l'art

Vladimir Vladimirovitch Maïakovski naît à Bagdadi, dans le Caucase, où il passe son enfance jusqu'à la mort accidentelle de son père, fonctionnaire des Eaux et Forêts. La famille Maïakovski se fixe alors à Moscou où elle vit pauvrement. Maïakovski interrompt ses études secondaires pour militer au Parti bolchevik. À dix-sept ans, il est arrêté et emprisonné. À l'Institut de peinture, de sculpture et d'architecture où il reprend ensuite ses études, il entre en contact avec quelques jeunes qui compteront parmi les promoteurs d'une école d'avant-garde poétique : le futurisme. Converti à la littérature, il deviendra, avec V. Khlebnikov, le représentant le plus en vue et le plus dynamique du mouvement. Il se distingue lors des soirées de poésie nouvelle, intentionnellement provocatrices et tapageuses, par lesquelles les futuristes veulent donner une « gifle au goût public », selon le titre du manifeste publié par lui en 1913. Une première série d'œuvres majeures, produites entre 1914 et 1917, lui assure déjà une réelle célébrité. Il salue avec enthousiasme la révolution d'Octobre et fait partie du petit groupe d'avant-garde des futuristes, cubistes, constructivistes, qui acceptent d'emblée de collaborer avec elle et veulent être les initiateurs d'un art nouveau répondant à son esprit. Ce groupe anime, durant les années 1918-1919, la revue du commissariat du peuple à l'Éducation, Art de la Commune. Pendant les années les plus dures de la guerre civile, Maïakovski donne à son engagement une forme maximale. Il compose presque quotidiennement les dessins et les légendes d'affiches multipliées à la main, qui commentent de façon militante l'actualité politique et, exposées dans les vitrines des magasins vides, remplacent les journaux déficients. Ce sont les « vitrines Rosta » (Rosta : agence télégraphique russe). Avec la même passion d'efficacité, il réalisera plus tard des réclames célèbres pour les magasins d'État.

Vladimir Maïakovski

Photographie : Vladimir Maïakovski

Photographie

Maïakovski, «révolutionnaire de profession», à l'époque où il étudie à l'Institut de peinture, de sculpture et d'architecture. 

Crédits : Ullstein Bild/ AKG

Afficher

À partir de 1923, [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, professeur à l'université de Paris-VIII

Classification

Autres références

«  MAÏAKOVSKI VLADIMIR VLADIMIROVITCH (1893-1930)  » est également traité dans :

BRIK LILI (1891-1978)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre LEONARDINI
  •  • 892 mots

Le mot « muse » recouvre une situation de nos jours difficilement soutenable. C'est pourtant celui qui vient à l'esprit lorsque l'on évoque Lili Brik. Encore s'agirait-il d'une muse de type nouveau, qui ne s'évanouit pas sitôt le poème écrit. Lili Brik fut l'inspiratrice de Maïakovski, et aussi le meilleur défenseur de sa mémoire. Jusqu'à son suicide (le 4 août 1978), cette femme aux os menus su […] Lire la suite

FUTURISME

  • Écrit par 
  • Jean-Louis COMOLLI, 
  • Claude FRONTISI, 
  • Claude KASTLER
  •  • 5 047 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Le cinéma, un art futuriste ? »  : […] Comme souvent chez les futuristes italiens, les premières réalisations cinématographiques concrètes précèdent et déterminent théories et manifestes. La première initiative est à porter au crédit du groupe florentin de l' Italia futurista (le plus expérimenté en matière de cinéma, puisque dès 1910-1912, les deux frères Arnaldo Ginna et Bruno Corra, qui avaient publié Arte dell'avenire (1910), ava […] Lire la suite

KHLEBNIKOV VIKTOR (1885-1922)

  • Écrit par 
  • Jean-Claude LANNE
  •  • 1 535 mots

« Pour conserver la véritable perspective littéraire, j'estime de mon devoir d'imprimer noir sur blanc en mon nom et, je n'en doute pas, au nom de mes amis, les poètes Asseïev, Bourliouk, Kroutchonykh, Kamenski, Pasternak, que nous l'avons considéré et le considérons comme un de nos maîtres en poésie, et le plus magnifique, le plus probe chevalier de notre combat poétique. » Ces quelques lignes e […] Lire la suite

LISSITZKY ELIEZER dit EL (1890-1941)

  • Écrit par 
  • Marcella LISTA
  •  • 2 306 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le suprématisme et l'Ounovis »  : […] En juillet 1919, Lissitzky est invité par Chagall à l'École d'art de Vitebsk, pour y diriger les ateliers d'architecture et de lithographie . Son programme, « Nouvelle Culture » ( L'École et la révolution , n o  24-25, 16 août 1919), définit l'architecture, et plus précisément la « tectonique », comme le fondement de tous les arts. Dès l'automne, Malévitch remplace Chagall au poste de directeur. D […] Lire la suite

LE NUAGE EN PANTALON, Vladimir Maïakovski - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Hélène HENRY
  •  • 897 mots
  •  • 1 média

En 1910, le symbolisme, qui vingt années durant a dominé la poésie russe, se reconnaît en crise : étouffé par ses propres mots d'ordre, affaibli par ses dissensions internes, il dissout son organe principal, La Balance , et cède le terrain à un ensemble de groupes littéraires nouveaux, qui tous appellent à un renouveau du verbe poétique. Les « futuristes » russes sont les plus virulents. Leur man […] Lire la suite

RUSSIE (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Michel AUCOUTURIER, 
  • Marie-Christine AUTANT-MATHIEU, 
  • Hélène HENRY, 
  • Hélène MÉLAT, 
  • Georges NIVAT
  •  • 25 101 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « La littérature de la révolution »  : […] Trois ans de guerre civile consomment la rupture avec le passé. La majorité des écrivains connus, en particulier les prosateurs réalistes, liés à la gauche libérale ou révolutionnaire (Bounine, Kouprine, Léonide Andréïev, et même Gorki), voient dans le coup d'État de Lénine la ruine des espoirs démocratiques nés de la révolution de février. La plupart émigrent, beaucoup de façon définitive. Au con […] Lire la suite

RUSSIE (Arts et culture) - Le théâtre

  • Écrit par 
  • Béatrice PICON-VALLIN, 
  • Nicole ZAND
  •  • 8 636 mots

Dans le chapitre « Le théâtre de la Satire »  : […] Dans un genre très différent, il faut mentionner le théâtre de la Satire, créé en 1925 sur l'emplacement d'un célèbre cabaret, La Chauve-souris. Cette salle de Boulevard, spécialisée dans les revues musicales et les comédies, est désormais liée au nom de Maïakovski car c'est là que furent joués, pour la première fois depuis leur création chez Meyerhold, Les Bains en 1953, et La Punaise en 1955, […] Lire la suite

RUSSE CINÉMA

  • Écrit par 
  • Bernard EISENSCHITZ
  •  • 10 169 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les commencements : rupture et continuité »  : […] Le cinéma ne naît pas du décret de Lénine. Il était déjà une industrie prospère sous le tsar. Un système de production et un réseau de salles se sont créés. Plus encore, divers pionniers en ont pressenti les possibilités artistiques : Piotr Tchardynine, le réalisateur de films d'animation Ladislas Starévitch, Iakov Protazanov, Evguéni Bauer surtout, qui fait du symbolisme un style cinématographiqu […] Lire la suite

STÉPANOVA VARVARA FEDOROVNA (1894-1958)

  • Écrit par 
  • Cécile GODEFROY
  •  • 609 mots

Peintre, typographe, décoratrice de théâtre, créatrice de textiles et de vêtements, Varvara Fédorovna Stépanova, née à Kaunas en 1894, est une figure importante de l'avant-garde russe. Médaillée d'or au lycée de Kovno, la jeune fille fréquente en 1911-1912 l'école d'art de Kazan, où elle rencontre Alexandre Rodtchenko. Elle part vivre à Moscou en 1915, étudie dans l'atelier de Youon et de Leblanc […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Claude FRIOUX, « MAÏAKOVSKI VLADIMIR VLADIMIROVITCH - (1893-1930) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 mai 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/vladimir-vladimirovitch-maiakovski/