CARPACCIO VITTORE (1460 env.-1526)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Premières influences

On sait peu de chose de la vie de Carpaccio, et la date même de sa naissance ne peut être établie que d'une façon approximative. Fils d'un fourreur et neveu d'un moine (qui le cite dans son testament en 1472), il exécute probablement lui-même la première œuvre signée qui nous soit conservée – le Polyptyque de la cathédrale de Zara – puis, en septembre 1490, la première toile du cycle de sainte Ursule, L'Arrivée à Cologne. Ces indications laissent totalement dans l'ombre les années de formation du peintre. Mais la mise en rapport des œuvres de jeunesse avec le milieu artistique vénitien de l'époque permet de définir les éléments essentiels qui sont intervenus dans l'élaboration de son art.

Antonello de Messine

Le séjour d'Antonello de Messine à Venise (1475-1476) a profondément marqué le milieu dans lequel s'est formé Carpaccio. Antonello révèle aux peintres de la lagune un univers pictural où la lumière modèle des formes simples, équilibre la composition et donne à la surface peinte une densité nouvelle. Carpaccio découvre-t-il cet univers à travers Montagna, Alvise Vivarini, Giovanni Bellini ou par le contact direct des œuvres d'Antonello ? Il est probable qu'il n'a ignoré ni les œuvres que celui-ci avait laissées à Venise, comme la pala de San Cassiano, ni bien sûr les réactions de ses condisciples. En fait, ses premières œuvres, que l'on peut situer vers 1480, le Salvator mundi, La Vierge en trône avec quatre saints du musée de Vicence, attribuée pour la première fois à Carpaccio par R. Longhi en 1946, reflètent essentiellement l'influence d'Antonello par leur ordonnance ferme et la structure même des visages sculptés dans la lumière.

Le cycle de sainte Ursule

En 1490, Carpaccio signe et date sa première composition pour le cycle de la « Légende de sainte Ursule » (qui n'est pas, en fait, le premier épisode de l'histoire) : L'Arrivée de sainte Ursule à Cologne. Il achèvera, cinq ou six ans plus tard, le décor de la scuola avec les scènes des Ambassadeurs [...]


Médias de l’article

Rencontre à la porte Dorée, V. Carpaccio

Rencontre à la porte Dorée, V. Carpaccio
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Le patriarche de Grado guérit un possédé, V. Carpaccio

Le patriarche de Grado guérit un possédé, V. Carpaccio
Crédits : Cameraphoto/ AKG

photographie

Saint Augustin dans son cabinet de travail, V. Carpaccio

Saint Augustin dans son cabinet de travail, V. Carpaccio
Crédits : Bridgeman Images

photographie

La Visitation, V. Carpaccio

La Visitation, V. Carpaccio
Crédits : Cameraphoto/ AKG

photographie

Tous les médias



1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  CARPACCIO VITTORE (1460 env.-1526)  » est également traité dans :

VENISE LES SCUOLE DE

  • Écrit par 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 1 141 mots

Institutions typiquement vénitiennes, les scuole sont des confréries d'entraide et de bienfaisance, parmi lesquelles on distinguait les scuole grandi , les plus importantes, les plus actives et les plus riches. Elles apparaissent dès le xiii e siècle : la plus ancienne, Sainte-Marie-de-la-Charité, a été fondée en 1260, celle de Saint-Jean-l'Évangéliste l'année suivante. La République encourageai […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-scuole-de-venise/#i_11989

Pour citer l’article

Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE, « CARPACCIO VITTORE (1460 env.-1526) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/vittore-carpaccio/