NEZVAL VÍTĚZSLAV (1900-1958)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Avantages et difficultés de l'officialisation

Après la libération de son pays, Nezval devient un des auteurs préférés du nouveau régime. Toujours persuadé de la validité du stalinisme, il réussit un tour de force assez extraordinaire : tout en glorifiant le régime, il vit une aventure spirituelle incompréhensible pour les générations qui n'ont pas vécu la mystification stalinienne à son apogée et telle qu'elle se présentait en Tchécoslovaquie. Car Nezval, tout en s'insurgeant contre les dogmes du jdanovisme et de son réalisme socialiste, était persuadé que la direction de son parti œuvrait pour la libéralisation des esprits et de l'art et entrouvrait à son pays la voie de sa véritable authenticité. Il lui arriva même de composer une ode sur Staline en prêtant au dictateur toutes les vertus qui lui manquaient. Mais l'erreur de Nezval, extrémiste dans ses passions comme à l'accoutumée, était d'attribuer toutes les horreurs de l'époque à la force maléfique des adversaires du dirigeant du Parti communiste de l'Union soviétique qu'il identifiait au socialisme. Le rôle du poète devint paradoxal. D'un côté il défendait avec acharnement le droit à la création artistique contre les jdanoviens locaux et de l'autre il servait un système qui par sa logique tendait à détruire cette création. Ce n'est qu'au déclin de sa vie que Nezval se rendit compte du rôle qu'on lui faisait tenir et de l'exploitation de son talent, qu'il acceptait avec une naïveté partagée d'ailleurs par nombre de ses amis. Malheureusement, il mourut trop tôt pour dissiper les doutes qui pesaient dans l'esprit des jeunes de son pays sur une œuvre poétique dont la puissance fut rarement égalée. Le critique conservateur Arne Novák, comme d'ailleurs, dans une certaine mesure, Šalda lui-même, tout en louant la hardiesse du poète à briser les vieilles formules et à se livrer avec délice au débordement de son imagination, lui firent remarquer qu'il fallait contrôler ses sens, mûrir ses idées. Šalda critique, avec un certain dédain, le flot amorphe des premiers tex [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  NEZVAL VÍTEZSLAV (1900-1958)  » est également traité dans :

TCHÈQUE RÉPUBLIQUE

  • Écrit par 
  • Jaroslav BLAHA, 
  • Marie-Elizabeth DUCREUX, 
  • Marie-Claude MAUREL, 
  • Vladimir PESKA
  •  • 18 244 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « En pleine liberté »  : […] Alors que s'écrit ce chapitre de « littérature de guerre et de libération », la vie intellectuelle et artistique évolue dans le climat d'une démocratie libérale, pluraliste, tolérante. Šalda reste le maître incontesté, sévère, stimulant, ouvert, de la critique ; le traditionaliste Arne Novák (1888-1939) domine l'histoire littéraire ; le théoricien Karel Teige (1900-1951) anime plusieurs mouvements […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/republique-tcheque/#i_23185

Pour citer l’article

Ivo FLEISCHMANN, « NEZVAL VÍTĚZSLAV - (1900-1958) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/vitezslav-nezval/