VITAMINES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Vitamines et oxydoréductions

Les vitamines intervenant dans les oxydoréductions où la finalité des atomes d'hydrogène transportés par la chaîne respiratoire mitochondriale est énergétique sont essentiellement la nicotinamide et la riboflavine, leur ordre d'intervention étant déterminé par l'ordre croissant des potentiels d'oxydoréduction. Les coenzymes dérivés de ces vitamines interviennent également dans certaines réactions métaboliques de synthèse. Bien que n'intervenant pas dans la chaîne respiratoire, au moins chez les animaux, les vitamines acide ascorbique et tocophérol sont, à titres spécifiques, indispensables au métabolisme cellulaire.

Vitamines d'oxydoréduction

Dessin : Vitamines d'oxydoréduction

Dessin

Vitamines d'oxydoréduction (les atomes réactifs sont signalés en bleu), les coenzymes dérivés sont NAD, NADP, FMN et FAD. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Métabolisme énergétique

Nicotinamide, vitamine B3

La pellagre, causée par une carence sévère en nicotinamide (niacinamide), est associée à un régime alimentaire à base de maïs. Le maïs en est responsable à deux titres : il est pauvre en cette vitamine et en tryptophane, acide aminé indispensable que l'animal est capable de convertir partiellement en vitamine, de l'ordre de 1 milligramme pour 60 milligrammes de tryptophane chez l'homme.

On connaît deux coenzymes transporteurs d'hydrogène, dont la molécule contient le nucléotide adénosine, dérivés de l'amide de l'acide nicotinique : le nicotinamide adénine dinucléotide NAD et son ester phosphate NADP.

Les enzymes pyridinoprotéines, deshydrogénases à NAD ou NADP, spécifiques de leurs substrats, sont multiples dans la cellule. Citons entre autres la lactico-déshydrogénase (ou pyruvo-hydrogénase), dont le coenzyme est NAD, dans le cadre du catabolisme glucidique, la glutamo-déshydrogénase à NAD permettant l'élimination de l'ammoniac dans le cadre du catabolisme des acides aminés, les acyl-réductases à NADP dans la biosynthèse des acides gras, les déshydrogénases à NAD intervenant sur différents intermédiaires du cycle tricarboxylique, indispensables dans le cadre du métabolisme énergétique.

Riboflavine, vitamine B2

La molécule de riboflavine, ou lactoflavine, comporte un noyau isoalloxazine substitué lié à un sucre, le ribitol. On connaît deux coenzymes dérivés, d'une part l'ester phosp [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Médias de l’article

Métabolisme cellulaire : intervention des vitamines

Métabolisme cellulaire : intervention des vitamines
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Vitamines d'oxydoréduction

Vitamines d'oxydoréduction
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Métabolisme carboné : intervention des vitamines

Métabolisme carboné : intervention des vitamines
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Acide folique, vitamine B12 et coenzymes

Acide folique, vitamine B12 et coenzymes
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 6 médias de l'article


Écrit par :

  • : docteur ès sciences, professeur honoraire à l'université de Paris-VI-Pierre-et-Marie-Curie

Classification

Autres références

«  VITAMINES  » est également traité dans :

AVITAMINOSES

  • Écrit par 
  • Marc PASCAUD
  •  • 210 mots

C’est en 1897 qu’un médecin hollandais, C. Eijkman a fait disparaître, à Java, chez les consommateurs de riz poli (dépourvu de l’enveloppe du grain), un syndrome neurologique appelé béri-béri, en introduisant dans leur alimentation du son de riz. Il avait préalablement guéri de même des pigeons nourris eux aussi de riz poli. Le son de riz contenait donc un facte […] Lire la suite

VITAMINES - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Marc PASCAUD
  •  • 191 mots

1897 C. Eijkman prouve que le béri-béri est un syndrome carentiel.1909 F. G. Hopkins et W. Stepp découvrent la vitamine A (rétinol).1910 C. Funk isole le facteur antibéribérique et l’appelle vitamine en raison de la présence d’un radical aminé dans cette molécule organique.1922 E. V. McCollum découv […] Lire la suite

ASCORBIQUE ACIDE ou VITAMINE C

  • Écrit par 
  • Pierre KAMOUN
  •  • 827 mots

Facteur vitaminique hydrosoluble indispensable à l'homme et à de nombreuses espèces animales, l'acide L-ascorbique, de formule brute C 6 H 8 O 6 , est aussi appelé vitamine C. Sa carence alimentaire provoque l'apparition de tuméfactions douloureuses gingivales et articulaires, de lésions osseuses et d'hémorragies, l'ensemble constituant la plus anciennement décrite des avitaminoses : le scorbut. L […] Lire la suite

BIOCHIMIE

  • Écrit par 
  • Pierre KAMOUN
  •  • 3 873 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Biochimie métabolique »  : […] La biochimie métabolique a longtemps constitué le champ privilégié d'investigation des biochimistes. L'isolement, en 1833 par Payen et Perzoz, de l'amylase, enzyme pouvant scinder l'amidon, a montré l'importance des réactions chimiques catalysées par des enzymes dans le métabolisme intermédiaire, c'est-à-dire dans l'ensemble des réactions chimiques permettant soit l'extraction de l'énergie présen […] Lire la suite

BIOTINE

  • Écrit par 
  • Geneviève DI COSTANZO
  •  • 596 mots

Vitamine du groupe B, appelée aussi vitamine H ou bios II. Elle a été isolée par F. Kögl et B. Tonnis en 1936 à partir du jaune d'œuf. Sa formule a été élucidée par V. du Vigneaud : c'est l'acide D-2′-oxo-(3,4)-imidazolido-2-tétrahydrothiopène valérique : Elle existe à l'état naturel. Sa synthèse fut réalisée aux laboratoires Merck par S. A. Harris et ses collaborateurs entre 1943 et 1945 à partir […] Lire la suite

CROISSANCE, biologie

  • Écrit par 
  • André MAYRAT, 
  • Raphaël RAPPAPORT, 
  • Paul ROLLIN
  • , Universalis
  •  • 14 744 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Substances régulatrices »  : […] Il ne s'agit pas de substances macrotrophiques mais de composés agissant à faibles doses et indispensables à la croissance. Ces substances ( vitamines, hormones) ne sont pas nécessairement synthétisées par tous les végétaux et, pour un même végétal, par tous les organes. Prise dans son ensemble, une plante supérieure est autotrophe aux vitamines B 1 , B 2 , B 6 , C et PP, qui entrent généralement […] Lire la suite

DIGESTIF APPAREIL

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques BERNIER, 
  • Jean-Louis FRESLON, 
  • Claude GILLOT
  • , Universalis
  •  • 15 446 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Vitamines hydrosolubles »  : […] Les informations qu'on possède sur les mécanismes d'absorption des vitamines hydrosolubles sont très variables selon les vitamines. La vitamine B 1 est absorbée par un processus actif, dont les capacités sont très limitées (au maximum 5 mg par jour). La vitamine B 2 est absorbée à un certain pourcentage relativement constant de la quantité ingérée. L'acide folique est absorbé sous la forme libr […] Lire la suite

ENZYMES - Cofacteurs de l'activité enzymatique

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 1 169 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les vitamines comme cofacteurs »  : […] Enfin, les cofacteurs sont souvent des molécules organiques connues pour la plupart sous le nom de vitamines et dont le manque est à l'origine de pathologies sérieuses spécifiques : la plus anciennement connue, des marins, est le scorbut, lié à une carence en acide ascorbique ou vitamine C. Certaines vitamines sont en réalité des substrats apportés par l'alimentation et consommés lors de la prod […] Lire la suite

CONCEPT UN GÈNE-UNE ENZYME

  • Écrit par 
  • Nicolas CHEVASSUS-au-LOUIS
  •  • 246 mots

Pour démontrer que les gènes influent chimiquement sur l'hérédité, George W. Beadle (1903-1989) décide de travailler sur un champignon microscopique, Neurospora crassa , facilement cultivable sur un milieu artificiel qui ne contient que du sucre et des sels minéraux. Associé au microbiologiste Edward L. Tatum (1909-1975), il isole des mutants incapables de se développer sur ce milieu minimal, mais […] Lire la suite

FERMENTATIONS

  • Écrit par 
  • Claude LIORET
  •  • 3 943 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Applications industrielles »  : […] Les produits fabriqués ainsi biologiquement sont évidemment des substances organiques : – des acides organiques  : acide acétique, obtenu à partir d'éthanol par Acetobacter suboxydans , bactérie aérobie stricte, au cours de la fabrication du vinaigre ; acide citrique, par certaines espèces d' Aspergillus et de Penicillium (moisissure) ; acide gluconique, également par des espèces appartenant à c […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Marc PASCAUD, « VITAMINES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 mai 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/vitamines/