VISUALISATION DE L'ACTIVITÉ DU CERVEAU

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Le centre du langage en 1864

Le centre du langage en 1864
Crédits : <a title="Crédit" href="https://wellcomeimages.org/indexplus/image/L0041061.html" rel="noopener" target="_blank">Wellcome Library, Londres</a>/ <a title="Crédit" href="https://creativecommons.org/licenses/by/4.0/fr/" rel="noopener" target="_blank">CC-BY 4.0</a>

photographie

Carte de l’activité cérébrale par électroencéphalographie

Carte de l’activité cérébrale par électroencéphalographie
Crédits : 1958 Published by Elsevier Ireland Ltd. Reprinted with permission from Elsevier

photographie

Activité cérébrale estimée par tomographie par émission de positons (TEP)

Activité cérébrale estimée par tomographie par émission de positons (TEP)
Crédits : Brookhaven National Laboratory/ Science Source/ Getty Images

photographie

Enregistrement de magnétoencéphalographie

Enregistrement de magnétoencéphalographie
Crédits : SIM Laboratoire/ BSIP

photographie

Tous les médias


L’imagerie cérébrale par électroencéphalographie

Durant le xixe siècle et jusqu’aux années 1920, les études de l’activité électrique du cortex cérébral ne pouvaient être menées que sur l’animal. Ce n’est qu’à partir de la fin des années 1920 qu'elles furent rendues possibles sur des sujets humains vigiles, par enregistrement d’une activité électrique à la surface du scalp – c’est-à-dire au travers des os crâniens – corrélée avec un état psychologique apaisé et qui rend compte d’une activité électrique neuronale globale du cortex, de faible fréquence, le rythme alpha.

C’est au cours des années 1930 que les premières visualisations d’une activité cérébrale par électroencéphalographie furent développées, avec l’objectif premier de localiser dans le cerveau l’origine du rythme alpha, puis de localiser des tumeurs cérébrales.

Cette technique, nommée toposcopie, permit ensuite de comprendre comment des activités cérébrales se propagent dans le temps à travers différents territoires cérébraux, à la suite de stimulations visuelles par exemple. Elle s’est ultérieurement et progressivement complexifiée durant les décennies 1950 et 1960 jusqu’à parvenir à visualiser des activités électriques cérébrales dans deux, puis trois dimensions, en multipliant le nombre d’électrodes utilisées (jusqu’à une soixantaine), et cela par le développement de traitements mathématiques sophistiqués des signaux recueillis pour en déterminer l’origine exacte dans le cerveau.

Le développement des méthodes d’enregistrement électrographique – réalisé conjointement sur le cœur et sur le cerveau (électrocardiographie, électroencéphalographie), avec plusieurs électrodes – et des traitements mathématiques de plus en plus complexes ont permis de réaliser des progrès considérables dans cette technique – encore utilisée de nos jours pour étudier les dynamiques rapides des activités électriques cérébrales – et d’aboutir ainsi à une véritable visualisation des activités du cerveau à partir des anciennes « cartogra [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages




Écrit par :


Autres références

«  VISUALISATION DE L'ACTIVITÉ DU CERVEAU  » est également traité dans :

ALEXIES

  • Écrit par 
  • Marie-Pierre de PARTZ
  •  • 1 650 mots

Dans le chapitre « Dyslexies acquises et neurosciences »  : […] Les dyslexies acquises de l’adulte présentent un intérêt non négligeable pour la recherche en neurosciences, qui s’intéresse entre autres aux soubassements neuronaux de l’activité de lecture. Différentes techniques d’imagerie cérébrale permettent d’identifier les circuits cérébraux activés lorsque les lecteurs habiles ou les patients dyslexiques sont engagés dans une activité de lecture silencieu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alexies/#i_57064

CERVEAU HUMAIN

  • Écrit par 
  • André BOURGUIGNON, 
  • Jean-Claude DUPONT, 
  • Cyrille KOUPERNIK, 
  • Pierre-Marie LLEDO, 
  • Bernard MAZOYER, 
  • Jean-Didier VINCENT
  •  • 17 091 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « L'imagerie médicale et le cerveau »  : […] L'existence des relations entre le cerveau et la pensée a alimenté de nombreuses querelles philosophiques, et ce en raison de l'absence de techniques d'observation du fonctionnement normal de cet organe. À la fin du xix e  siècle, physiologistes (C. S. Roy et C. S. Sherrington, 1890) et neurochirurgiens ont établi que les fonctions supérieures du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cerveau-humain/#i_57064

COGNITION

  • Écrit par 
  • Chrystel BESCHE-RICHARD, 
  • Raymond CAMPAN
  •  • 2 620 mots

Dans le chapitre « Le cerveau au travail »  : […] L'autre question essentielle posée avec de plus en plus d'acuité par l'étude de la cognition concerne la connaissance des mécanismes cérébraux qui sous-tendent les activités cognitives. Les avancées technologiques dans le domaine de l'imagerie cérébrale participent activement à ce champ d'étude. Inscrivant alors l'observation de la cognition au sein des neurosciences cognitives, les recherches on […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cognition/#i_57064

MÉMOIRE ÉPISODIQUE ET CERVEAU

  • Écrit par 
  • Béatrice DESGRANGES
  •  • 1 178 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Mémoire épisodique et hippocampe »  : […] Le rôle de l’hippocampe dans la mémoire épisodique est divers : il intervient dans la détection de la nouveauté, dans l'encodage ainsi que dans la récupération des informations. Un modèle a d’ailleurs été proposé pour en rendre compte, le modèle HIPER ( hippocampus encoding retrieval ). […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/memoire-episodique-et-cerveau/#i_57064

NEUROSCIENCES COGNITIVES

  • Écrit par 
  • Michèle FABRE-THORPE, 
  • Simon THORPE
  •  • 4 855 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'imagerie du fonctionnement cérébral »  : […] C'est de la neurologie et de la neuropsychologie qu'ont longtemps dépendu nos connaissances sur les relations entre cerveau et capacités cognitives. L'altération des fonctions cognitives de patients ayant subi des lésions cérébrales permettait d'attribuer une fonction donnée à une zone cérébrale spécifique. C'est ainsi que, dans les années 1860-1870, les aires du langage de Broca et de Wernicke o […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/neurosciences-cognitives/#i_57064

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Gaël BARBARA, « VISUALISATION DE L'ACTIVITÉ DU CERVEAU », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/visualisation-de-l-activite-du-cerveau/