VISIONPerception visuelle et conscience

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Approche neuropsychologique : dissociation entre perception consciente et non consciente après une lésion cérébrale

En plus de son intérêt pour l'étude des corrélations anatomo-cliniques et des localisations cérébrales des processus cognitifs, la neuropsychologie permet d'étudier les aspects conscients et inconscients de ces processus. En effet, si pendant longtemps les divers troubles des fonctions supérieures consécutifs à une lésion cérébrale ont été interprétés en termes de déficit absolu, depuis quelques années de nombreuses données indiquent que des patients cérébro-lésés peuvent faire preuve de connaissances inconscientes ou implicites portant sur des informations qu'ils ne peuvent explicitement percevoir, identifier ou traiter sémantiquement. L'étude chez ces patients des dissociations entre savoir explicite et implicite, observées dans différentes modalités sensorielles à l'aide de protocoles variés, représente un moyen heuristique d'étudier la conscience et ses bases cérébrales.

Savoir explicite et savoir implicite

Le savoir explicite peut être assimilé à une connaissance que les sujets sont conscients d'avoir. Par opposition, le savoir implicite renvoie à des connaissances que le sujet n'a pas conscience d'avoir mémorisées. Les connaissances implicites sont d'ailleurs recueillies indirectement et sont exprimées de manière non intentionnelle par le sujet. La première observation d'une dissociation entre savoir explicite et implicite remonte à Korsakoff (1889). Il interprétait ce phénomène en termes de possibilité, conservée pour les patients amnésiques, de retenir les traces mnésiques pouvant affecter le comportement de manière inconsciente, tout en étant trop faibles pour pénétrer dans la mémoire consciente. Claparède, dès 1911, décrivait ainsi le cas d'une patiente qui refusait de lui serrer la main après qu'il la lui avait serrée avec une punaise, bien qu'elle fût incapable de se souvenir consciemment de l'incident. Par la suite, les recherches menées à partir des années 1970 auprès de patients amnésiques ont confirmé la distinction entre mémoire implicite et explicite en utilisant en particulier des tâches d'amorçage comme celles déjà citées. Ces protocoles ont permis de démontrer que des patients amnésiques peuvent, tout comme des sujets normaux, bénéficier de la présentation préalable d'une amorce pour détecter ultérieurement une cible, même en l'absence du souvenir explicite de l'amorce. Après avoir concerné essentiellement les performances des patients amnésiques, l'étude des dissociations entre savoir explicite et implicite s'est étendue à d'autres domaines de la neuropsychologie, et en particulier aux troubles neurovisuels d'origine centrale.

Vision aveugle

Depuis Holmes (1918), il est établi qu'une lésion du cortex visuel primaire (cortex occipital) entraîne chez l'homme une perte des capacités visuelles dans la région correspondante du champ visuel. Ce déficit touche l'ensemble du champ visuel en cas de lésion bilatérale (cécité corticale), mais seulement un hémichamp visuel en cas de lésion unilatérale : l'hémichamp du côté opposé à la lésion (hémianopsie latérale homonyme). Historiquement, ces amputations du champ visuel ont tout d'abord été décrites en termes de déficit absolu, le patient étant présenté comme souffrant d'une perte de toute sensation visuelle. Mais, depuis les années 1970, de nombreuses recherches ont montré que, inconsciemment, le sujet faisait preuve de certaines capacités de traitement visuel. Pour rendre compte de ces capacités visuelles résiduelles dans des zones du champ visuel s'étant révélées « aveugles » lors de l'examen clinique, Weiskrantz et ses collaborateurs (1974) ont utilisé le terme paradoxal de « vision aveugle » (blindsight en anglais). Ces capacités sont généralement mises en évidences par des méthodes psychophysiques dites de choix forcé, impliquant des réponses le plus souvent motrices (fig. 1).

Perception visuelle : expérience de Perenin et Jeannerod

Dessin : Perception visuelle : expérience de Perenin et Jeannerod

Protocole et résultats de l'expérience de Perenin et Jeannerod (1975). Le patient, souffrant d'une hémianopsie latérale homonyme droite à la suite d'une lésion occipitale gauche, a été soumis à une tâche de jugement d'orientation dans son champ aveugle dans trois conditions... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

D'un point de vue anatomique, les structures responsables de la vision aveugle semblent situées au niveau cortical puisque les patients ayant subi une hémi-décortication ne démontrent pas ce phénomène. Par ailleurs, la vision aveugle est d'autant plus évidente que la lésion corticale a été précoce. Cet effet de l'âge est dû à des phénomènes de réorganisation et de plasticité cérébrale. D'après les recherches effectuées chez le singe et chez l'homme, il semble que les structures impliquées dans les phénomènes de vision aveugle soient principalement localisées dans la voie corticale dorsale ainsi que le long de la voie rétino-colliculaire et, dans le thalamus, principalement au niveau de son noyau ventro-médian, le pulvinar.

Négligence spatiale unilatérale

Les patients souffrant d'une négligence spatiale unilatérale, ou héminégligence, semblent incapables de traiter de manière consciente l'information présente dans l'hémiespace opposé à la lésion, pariétale droite le plus souvent. Ces patients, en dépit de l'intégrité des différentes modalités sensorielles, ne tiennent pas compte des informations provenant de la moitié du monde du côté opposé à leur lésion cérébrale (fig. 2). De la même façon, sur le versant moteur, les actions ne sont pas dirigées vers l'hémiespace négligé, du côté opposé à la lésion, mais préférentiellement vers l'hémiespace sain (du côté de la lésion). Le comportement de négligence ne peut être imputé à un trouble perceptif primaire (amputation du champ visuel, précédemment évoquée) ni à un trouble moteur primaire. En effet, ces patients semblent plutôt souffrir d'un déficit pour orienter leur attention, et leur intention, vers l'hémiespace du côté opposé à leur lésion en dépit de l'intégrité de leurs perceptions sensorielles et d'un tonus moteur normal.

Perception visuelle : dépistage de la négligence

Dessin : Perception visuelle : dépistage de la négligence

Copie du modèle (a) par un patient souffrant de négligence gauche après une lésion pariétale droite (b). Ce patient néglige non seulement la partie gauche de la page, mais également la partie gauche de chaque objet situé dans la moitié droite de la page. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Il semble toutefois que, en dépit du comportement de négligence explicite que l'on peut observer, les patients négligents parviennent malgré tout à traiter et à utiliser l'information présente dans leur hémiespace négligé, cette perception implicite pouvant d'ailleurs initier des traitements cognitifs élaborés (Chokron, 1998). La négligence spatiale représente donc une situation pathologique où l'accès conscient à une information (ici portant sur la présence des objets dans l'hémiespace opposé à la lésion) est bloqué du fait d'une lésion, mais où cette information est néanmoins traitée et peut influencer le fonctionnement cognitif.

Ainsi, les patients négligents ne semblent conscients ni de leur difficulté à traiter explicitement l'hémiespace opposé à la lésion ni de ce qu'ils perçoivent dans cet hémiespace de manière implicite. On citera, à titre d'exemple, la patiente de Marshall et Halligan (1988) qui, à la suite d'une lésion pariétale droite, négligeait de manière explicite la partie gauche de l'espace mais restait capable de certain [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Médias de l’article

Perception visuelle : expérience de Perenin et Jeannerod

Perception visuelle : expérience de Perenin et Jeannerod
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Perception visuelle : dépistage de la négligence

Perception visuelle : dépistage de la négligence
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Perception visuelle : rivalité binoculaire

Perception visuelle : rivalité binoculaire
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

  • : directrice de recherche CNRS, responsable de l'équipe Perception, action et développement cognitif, Centre de neurosciences intégratives et de la cognition, UMR 8002, CNRS, université Paris-Descartes, directrice de l'Institut de neuropsychologie, neurovision et neurocognition
  • : professeur de psychologie cognitive

Classification

Autres références

«  VISION  » est également traité dans :

VISION - Optique oculaire et optométrie

  • Écrit par 
  • Pierre DENIEUL, 
  • Pierre FLEURY, 
  • Françoise VIÉNOT
  •  • 8 851 mots
  •  • 20 médias

L'article sur l'œil humain donne des détails sur l'anatomie de cet organe ; on pourra se reporter aussi à optique - Images optiques, où se trouvent définis divers vocables (foyers, points principaux, longueurs focales, puissance, dioptrie, astigmatisme, aberrations) employés dans le présent article.On compare parfois, assez grossièrement, l'œil à un […] Lire la suite

VISION - Photoréception rétinienne

  • Écrit par 
  • Yves GALIFRET
  •  • 5 931 mots
  •  • 14 médias

L'univers sensoriel de l'Homme est essentiellement visuel : telle est probablement la raison pour laquelle la physiologie de la vision occupe une place si considérable dans l'ensemble de la physiologie sensorielle. Depuis les années trente, qui furent celles de l'identification de la vitamine A dans la rétine par George Wald et des premiers enregistremen […] Lire la suite

VISION - Neurophysiologie visuelle

  • Écrit par 
  • Jean BULLIER
  •  • 9 818 mots
  •  • 14 médias

La vision est certainement la modalité sensorielle dominante chez l'homme. La compréhension des bases physiologiques de cette fonction a donné lieu à de nombreuses études réalisées principalement chez les vertébrés supérieurs et plus particulièrement chez le singe, dont l'organisation du système visuel se rapproche le plus de celle de l'homme. Cet article […] Lire la suite

VISION - Vision et évolution animale

  • Écrit par 
  • Stéphane HERGUETA
  •  • 5 760 mots
  •  • 5 médias

« Tu as vu ce qu'il a dit ? » Cette expression illustre le rapport que nous, humains, construisons avec notre monde. La quasi-totalité de notre interprétation consciente des objets et des situations repose sur la vision, même lorsque la vue ne constitue pas le meilleur des sens pour en apprécier les caractéristiques essentielles. Pensez aux illusions d'optique ou au malaise provoqué par la project […] Lire la suite

AMPHIBIENS ou BATRACIENS

  • Écrit par 
  • Pierre CLAIRAMBAULT, 
  • Philippe JANVIER, 
  • Jean-Claude RAGE
  •  • 6 171 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Organes sensoriels »  : […] Peut-être plus que tous les autres Vertébrés, les Amphibiens possèdent une grande variété d'organes sensoriels. La peau a conservé en général un caractère ichthyen, la ligne latérale , qui intervient dans les réflexes d'équilibration et de posture. Elle est également sensible, grâce à des récepteurs spécialisés, au stimulus d'origine mécanique, chimique, lumineuse, ainsi qu'à la chaleur, au froid […] Lire la suite

CERVEAU ET GESTES

  • Écrit par 
  • Didier LE GALL, 
  • François OSIURAK
  •  • 912 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Geste d’atteinte et de saisie des objets »  : […] Quotidiennement, nous manipulons un grand nombre d’objets pour soit simplement les déplacer, soit les utiliser comme outils. Pour cela, nous devons être en mesure de déplacer notre main jusqu’à l’objet (atteindre) et d’adapter notre prise manuelle à l’objet pour le saisir (une prise forte avec l’ensemble des doigts pour saisir une bouteille versus une prise fine avec le pouce et l’index pour sais […] Lire la suite

COGNITIVES SCIENCES

  • Écrit par 
  • Daniel ANDLER
  •  • 19 242 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Vision et perception du monde »  : […] Les recherches sur la vision sont peut-être la branche la plus « scientifique » (au sens étroit) des sciences cognitives. C'est aussi celle dans laquelle les neurosciences jouent le plus grand rôle. Le second fait n'explique qu'en partie le premier : la vision présente par rapport à d'autres modalités cognitives des particularités qui la rendent plus accessible à l'enquête scientifique. Elle est […] Lire la suite

COULEUR

  • Écrit par 
  • Pierre FLEURY, 
  • Christian IMBERT
  •  • 7 848 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « Trivariance visuelle »  : […] Les valeurs de λ d et de p , ou de deux coefficients tels que x et y , caractérisent en première approximation une couleur, indépendamment de l'intensité du faisceau qui la transporte. Elles doivent être complétées par une grandeur purement photométrique : flux lumineux F ou mieux, luminance  L. Le rôle que joue cette dernière variable, au point de vue de la sensation colorée, apparaît surtout da […] Lire la suite

CRUSTACÉS

  • Écrit par 
  • Jacques FOREST
  •  • 7 672 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Système nerveux et organes des sens »  : […] Le système nerveux comprend une masse ganglionnaire supraœsophagienne, ou cerveau, qui innerve les appendices préoraux. Une masse ganglionnaire sous-œsophagienne, reliée à la précédente par des connectifs, innerve les pièces buccales et se prolonge par une chaîne nerveuse ventrale qui a conservé une disposition métamérique, avec une paire de ganglions plus ou moins fusionnés correspondant à chaqu […] Lire la suite

DALTONISME

  • Écrit par 
  • Philippe LANTHONY
  •  • 1 591 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Anomalies de la vision colorée  »  : […] La vision colorée normale est trichromatique. Du point de vue physiologique, cela signifie qu'elle est due à l'absorption des radiations lumineuses par trois types différents de pigments visuels, chacun contenu dans un type spécifique de cellules à cônes de la rétine. On distingue les S-cônes (S comme short ), les M-cônes (M comme middle ) et les L-cônes (L comme long ) dont les courbes d'absorpti […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Sylvie CHOKRON, Christian MARENDAZ, « VISION - Perception visuelle et conscience », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/vision-perception-visuelle-et-conscience/