VIRGILE (70-19 av. J.-C.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Virgile avant Virgile

Comme tant de Romains illustres, Publius Vergilius Maro était, d'origine, un provincial, né dans la cité de Mantoue à une époque où les Transpadans n'avaient pas encore la citoyenneté romaine. Des traditions qui remontent très haut et qui trouvent dans son œuvre de singuliers appuis font de lui un rural, ce qui dans une civilisation fondamentalement urbaine est, en revanche, assez exceptionnel ; mais ce fut là sans doute une des premières chances du futur poète. On localise sans invraisemblance le domaine de Virgile près du bourg de Góito, à l'endroit où la route de Mantoue à Brescia franchit le Mincio, région de collines assurément plus conformes au paysage des Bucoliques que le plat pays d'Andes, où la tradition a longtemps cherché le poète, au sud-est de Mantoue.

Il n'est pas facile de le situer socialement : on ne le voit à aucun moment préoccupé d'une carrière politique ou administrative ; les élections, le forum, la vie de parti semblent lui avoir inspiré une sorte d'horreur. Il est étrange qu'il n'ait pas, au terme de son adolescence, entrepris ce voyage en Grèce qui achevait alors habituellement une éducation libérale. Dans la bourrasque des guerres civiles, il paraît n'avoir pas été capable de conserver ses biens. En revanche, il est affectivement très enraciné, gardant toute sa vie la nostalgie du pays natal ; il cultive avec un soin particulier les légendes qui l'embellissent en l'associant aux fastes de la glorieuse civilisation des Étrusques. Toute sa vie, il a été un homme du souvenir, trouvant dans le passé ses raisons les plus sûres d'espérer en l'avenir. Il était homme de méditation, ayant le goût de voir en chaque chose, au-delà de la surface où s'arrête un regard incurieux, d'autres réalités qui sont promesse.

On s'est demandé s'il ne devait pas une part de sa formation à un séjour d'études qu'il aurait fait à Naples vers sa vingtième année : il y aurait entendu les leçons d'épicuriens célèbres. Mais il est difficile de distinguer cet hypothétique séjour, à cause des liens qu'il nouera par la suite avec les milieux napolitains [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, professeur honoraire à la Sorbonne

Classification

Autres références

«  VIRGILE (70-19 av. J.-C.)  » est également traité dans :

ÂGE D'OR

  • Écrit par 
  • Marie-Rose MAYEUX
  •  • 866 mots

Moment mythique de l'humanité décrit comme étant celui de l'abondance dans une nature généreuse, où tout pousse sans travail, où les animaux domestiques et sauvages vivent en paix entre eux et avec les hommes, où la ronce distille le miel. Les Zéphirs soufflent alors une brise rafraîchissante ; la pluie et le soleil alternent si heureusement que la terre prodigue trois fois l'an ses meilleures pro […] Lire la suite

ARTS POÉTIQUES

  • Écrit par 
  • Alain MICHEL
  •  • 5 917 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Éloquence et poésie »  : […] Les deux nuances vont rester confrontées à travers l'histoire. Dans le Pro Murena (62 av. J.-C.), Cicéron reprend la théorie de l'inspiration qui lui vient de Platon et d'Héraclite et tente de la concilier avec l'éloquence prônée par Aristote. Dans l' Orator , il pose la doctrine du beau idéal (l'artiste prend l'Idée pour modèle), qui gardera beaucoup d'influence. Dès son premier traité de rhéto […] Lire la suite

CENTON

  • Écrit par 
  • Hervé SAVON
  •  • 1 975 mots

Dans le chapitre « Des fragments de Virgile pour célébrer le Christ »  : […] Grecs et Romains n'ont pas traité le centon comme un amusement sans conséquence, qui disparaît sans laisser de traces après qu'on s'en est diverti un instant. Nombre de ces pièces ont été copiées et diffusées, on dirait aujourd'hui éditées. Ainsi, le centon témoigne, à sa modeste place, d'une certaine conception de la culture et mérite d'être examiné à ce titre, et non point comme une simple curio […] Lire la suite

LA COMÉDIE, Dante Alighieri - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean-Charles VEGLIANTE
  •  • 1 709 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une somme poétique »  : […] L'une des caractéristiques de cette œuvre inclassable est aussi d'avoir été la dernière synthèse universelle possible d'un Moyen Âge extrême et atypique, mais grosse déjà des ouvertures de l'humanisme tout proche. Bien qu'écrite en langue vulgaire « illustre » (le florentin de son époque), fixée et réinventée par et pour la création de Dante, une pareille somme sera très vite qualifiée de « divine […] Lire la suite

DANTE ALIGHIERI (1265-1321)

  • Écrit par 
  • Paul RENUCCI
  •  • 5 460 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « « La Divine Comédie » »  : […] Nul ne met plus en doute que la Comédie à laquelle l'admiration de la postérité ajouta l'épithète « divine », et dont le titre définit, suivant les catégories littéraires d'alors, un style moins noble et soutenu que celui de la tragédie, dont le modèle est l' Énéide de Virgile, ait été composée tout entière pendant l'exil de Dante. L'odyssée qu'elle conte est celle du poète lui-même, perdu « au m […] Lire la suite

ÉNÉE

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 835 mots
  •  • 3 médias

Prince troyen légendaire, fils de la déesse Aphrodite et du mortel Anchise, Énée joue un rôle prépondérant dans la guerre de Troie contre les Grecs, n'étant surpassé en valeur que par son cousin Hector. Dans L'Iliade , Homère suggère qu'Énée ne goûtait guère cette position subalterne, et des légendes ultérieures laissent entendre qu'il contribua à trahir Troie pour la livrer aux Grecs. Cependan […] Lire la suite

ÉNÉIDE, Virgile - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Marie-Gabrielle SLAMA
  •  • 773 mots
  •  • 1 média

Considéré comme le plus grand poète romain, Virgile (70-19 av. J.-C.) était un amoureux de la nature, se refusant à toute participation active à la vie politique ou administrative : ses deux recueils de poèmes, les Bucoliques (37 av. J.-C.) et les Géorgiques (27 av. J.-C.) témoignent de cette aspiration, où se formule déjà le désir d'un retour aux sources. Mais Virgile est aussi l'auteur de l' É […] Lire la suite

IDYLLE, genre littéraire

  • Écrit par 
  • Georges MOLINIÉ
  •  • 599 mots

Le mot eïdullion , dans la poésie alexandrine, indique un poème court, de style moyen et d'écriture vive, à sujet essentiellement descriptif. Ce dernier point a longtemps fait assimiler, chez les lexicographes, l'idylle à un petit tableau verbal. Tout vient, pour notre tradition culturelle, des Idylles de Théocrite. Mais parmi la trentaine de ces textes ainsi génériquement appelés, les espèces, […] Lire la suite

LATINES (LANGUE ET LITTÉRATURE) - La littérature

  • Écrit par 
  • Pierre GRIMAL
  •  • 8 570 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Cet empire qui va naître »  : […] La mort de Cicéron marque la fin du temps où l' éloquence triomphante était maîtresse de la cité. Désormais, la liberté une fois perdue, les orateurs ne seront plus que des avocats, et non des hommes d'État. Quelques survivants de l'âge précédent, comme Asinius Pollion, compagnon de César, auront beau maintenir quelque temps la tradition républicaine, l'éloquence ne sera bientôt plus qu'une techni […] Lire la suite

PASTORALE, genre littéraire

  • Écrit par 
  • Daniela DALLA VALLE CARMAGNANI, 
  • Jacqueline DUCHEMIN, 
  • ETIEMBLE, 
  • Charlotte VAUDEVILLE
  •  • 6 897 mots

Dans le chapitre « Virgile »  : […] L'hellénisme alexandrin a connu, après Théocrite, d'autres poètes pastoraux : tel sans doute l'auteur d'une joute alternée imitée par Virgile ( Bucoliques , VII) ; tel le Sicilien Moschos, ainsi que Bion de Smyrne, auteur d'un célèbre Chant funèbre en l'honneur d'Adonis . Du genre pastoral, ces poèmes possèdent, tout au plus, le déguisement à la mode. Le vrai successeur de Théocrite est Virgile ( […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jacques PERRET, « VIRGILE (70-19 av. J.-C.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/virgile/