VINGTIÈME CONGRÈS DU PARTI COMMUNISTE DE L'U.R.S.S. (1956)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Ouvert le 14 février 1956, au Grand Palais du Kremlin, trois ans après la mort de Staline, le XXe congrès du Parti communiste de l'U.R.S.S. accueille à ses délibérations les délégations de cinquante-cinq partis communistes et ouvriers. À la tribune d'honneur des invités ont pris place les représentants des partis au pouvoir et ceux des grands partis communistes des pays capitalistes : Zhu De, Bierut, Novotny et Zápotocky, Ulbricht et Grotewohl, Rakosi, Georghiu Dej, Tchervenkov, Hodja, Tsoi En Chen, Truong Ching et Lê Duc Tho, Thorez, Togliatti, Ibarruri. Congrès à deux faces, l'une interne (le rapport « secret »), l'autre externe, et dont l'importance réside dans la corrélation entre ces deux types de discours. Cette corrélation déterminera une nouvelle ordonnance des relations à l'intérieur du monde communiste et consacrera, à l'extérieur, la nouvelle politique de l'Union soviétique, la coexistence pacifique avec le monde capitaliste.

Mátyas Rákosi et Arpad Szakasits, 1948

Photographie : Mátyas Rákosi et Arpad Szakasits, 1948

Photographie

Le leader du Parti communiste hongrois Mátyas Rákosi (1892-1971) et le chef du Parti social-démocrate Arpad Szakasits (1888-1965) après l'annonce de la fusion de leurs deux partis, en juin 1948. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Le rapport « secret » du premier secrétaire Nikita Khrouchtchev se centrait sur la condamnation du « culte de la personnalité de Staline... étranger au marxisme-léninisme » et cause du despotisme de Staline, de son comportement arbitraire qui, par voie de conséquence, laissait libre cours à la violation de la légalité révolutionnaire. L'activité de Staline, considérée comme positive dans les années 1920 et au début des années 1930, puisqu'elle avait contribué à l'élimination des trotskistes, zinoviévistes et boukhariniens et ouvert le chemin de l'industrialisation et de la collectivisation des terres, avait dégénéré, après le XVIe congrès (1934) et l'assassinat de Kirov, en un « culte de la personnalité ». Staline était tenu pour responsable de la violation du principe léniniste de la direction collégiale, de la falsification des procès politiques, de la liquidation physique des vieux bolcheviks et de la presque totalité des officiers supérieurs de l'Armée rouge, des premières défaites de cette armée au mome [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  VINGTIÈME CONGRÈS DU PARTI COMMUNISTE DE L'U.R.S.S. (1956)  » est également traité dans :

ALLEMAGNE (Politique et économie depuis 1949) - République démocratique allemande

  • Écrit par 
  • Georges CASTELLAN, 
  • Rita THALMANN
  •  • 19 312 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Des changements difficiles et limités »  : […] Le XX e  congrès du P.C. de l'U.R.S.S. (du 14 au 25 février 1956) et la condamnation par Khrouchtchev des crimes de Staline furent assurément une surprise pour les dirigeants de la R.D.A. : le message de vœux envoyé par le S.E.D. au congrès le 14 février 1956 se terminait en effet par : « Vivent les invincibles leçons de Marx, Engels, Lénine et Staline. » La déstalinisation posa en République dé […] Lire la suite

COMMUNISME - Histoire

  • Écrit par 
  • Annie KRIEGEL
  •  • 13 805 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « La déstalinisation et la crise organique du communisme »  : […] L'année 1956, marquée par le XX e congrès du P.C.U.S., au cours duquel Khrouchtchev prononce son fameux « rapport secret », clôt brutalement la période de trente années qui a vu le modèle soviétique, après s'être fixé et figé dans sa version stalinienne, tenter de reprendre l'exclusivité du label léniniste. On comprend le calcul : s'assurer d'un seul mouvement la loyauté des cadres du parti en p […] Lire la suite

COMMUNISME DANS LE MONDE JUSQU'À LA CHUTE DE L'URSS - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Olivier COMPAGNON
  •  • 720 mots

1848 Karl Marx et Friedrich Engels font paraître le Manifeste du parti communiste , dans lequel ils en appellent à une union internationale des travailleurs contre la bourgeoisie capitaliste. Septembre 1864 Création à Londres de la I re  Internationale, qui est dissoute dès 1876 au terme de nombreuses dissensions internes. Juillet 1889 Création à Paris de la II e  Internationale, dont le pacifi […] Lire la suite

DÉMOCRATIES POPULAIRES

  • Écrit par 
  • Michel LESAGE, 
  • Henri MÉNUDIER
  •  • 8 416 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « La libéralisation (1953-1956) »  : […] La nouvelle politique mise en œuvre suivant le modèle soviétique prévoit un développement de la production des biens de consommation et une aide plus grande à l'agriculture. Corrélativement, on assiste à un relâchement de la coercition au niveau des institutions politiques : l'accent est mis sur le respect de la légalité, des droits des citoyens et de la direction collégiale à l'intérieur du parti […] Lire la suite

DÉSTALINISATION

  • Écrit par 
  • Ilios YANNAKAKIS
  •  • 1 383 mots
  •  • 3 médias

La période qui suit le XX e  congrès du P.C.U.S. (févr. 1956) est habituellement désignée comme étant celle de la « déstalinisation ». Dans le vocabulaire politique occidental, hormis le vocabulaire communiste, le terme de déstalinisation est usuellement opposé à celui de « stalinisme ». En réalité, ce terme ne traduit que malaisément et partiellement les changements que subissent après le XX e  c […] Lire la suite

GUERRE FROIDE

  • Écrit par 
  • André FONTAINE
  •  • 10 892 mots
  •  • 29 médias

Dans le chapitre « La révolte hongroise »  : […] Au moment où débutent les hostilités, des événements dramatiques se produisent en Europe centrale. Khrouchtchev a, quelques mois plus tôt, devant le xx e  congrès du Parti communiste de l'Union soviétique, prononcé contre les crimes de Staline un véhément réquisitoire qui, en Pologne et en Hongrie, encourage les éléments désireux d'en finir avec la terreur. Si, à Varsovie, Wladyslaw Gomulka réussi […] Lire la suite

KHROUCHTCHEV NIKITA SERGUEÏEVITCH (1894-1971)

  • Écrit par 
  • Bernard FÉRON
  •  • 1 748 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le combat pour le pouvoir »  : […] La paix revenue, Khrouchtchev retourna en Ukraine. Il fallait reconstruire cette république et en même temps éliminer les combattants qui, par hostilité au pouvoir soviétique et à la russification, tenaient le maquis. La tâche était si lourde que, pendant quelques mois, Kaganovitch dut supplanter son protégé. Celui-ci n'eut pas trop à souffrir du demi-échec qu'il avait subi. En 1949, il reprit la […] Lire la suite

PCF (Parti communiste français)

  • Écrit par 
  • Bernard PUDAL
  •  • 7 066 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre «  La longue crise du Parti communiste français (depuis 1956) »  : […] À partir de 1956, le P.C.F. entre progressivement dans la deuxième phase de son histoire, introduite par les effets délégitimants du XX e  congrès du P.C.U.S. en 1956 et l'épuisement de la force propulsive du mouvement communiste international que manifestent la même année l'insurrection en Hongrie et les événements de Pologne. En discréditant Staline, en n'hésitant pas à le ridiculiser, le rapp […] Lire la suite

PERSONNALITÉ CULTE DE LA

  • Écrit par 
  • Claude LEFORT
  •  • 319 mots
  •  • 1 média

Introduite par Khrouchtchev lors du XX e  congrès du Parti communiste de l'Union soviétique (P.C.U.S.) pour donner une explication des « erreurs » et des crimes de Staline, l'expression de culte de la personnalité est ambiguë, car elle permet de suggérer tout à la fois que celui-ci fut la victime de ce culte et qu'il l'aménagea . Mais, quel que soit le sens prédominant, une remarquable modificatio […] Lire la suite

ROCHET WALDECK (1905-1983)

  • Écrit par 
  • Jean-Claude MAITROT
  •  • 1 672 mots

Le crâne chauve et bosselé, le visage massif et taillé comme à coups de serpe, l'allure d'un personnage de Tourgueniev, l'éloquence lente marquée de l'accent rocailleux du terroir bourguignon, Waldeck Rochet, secrétaire général du Parti communiste français de 1964 à 1972, puis président d'honneur jusqu'en 1979, apparaît comme une personnalité marquante de l'histoire duP.C.F., qu'il contribuera à […] Lire la suite

Pour citer l’article

Ilios YANNAKAKIS, « VINGTIÈME CONGRÈS DU PARTI COMMUNISTE DE L'U.R.S.S. (1956) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 février 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/vingtieme-congres-du-parti-communiste-de-l-u-r-s-s/