VILLEMythe et représentation

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La lente transformation de l'esthétique

Tradition de la ligne droite

Cette convergence n'exclut pas le goût et le sentiment esthétique. De ce point de vue, il n'existe pas de ligne de rupture franche entre l'esprit classique et les modifications qui touchent la représentation de la ville et que l'on attribue essentiellement à la seconde moité du xviiie siècle. Les valeurs d'ordre, de symétrie, les canons du beau ne sont pas inconciliables avec les exigences plus utilitaires qui l'emportent. Régularité, raison dessinent à partir du xviie siècle des normes d'une ville nouvelle, qui n'est pas nécessairement fondation nouvelle. Par le jeu des agrandissements, des créations de quartiers, des dédoublements urbains (par exemple Marseille au xviie siècle, Nantes ou Édimbourg au xviiie siècle), l'opposition ville ancienne/ville nouvelle pénètre les plus anciennes fondations. Le désordre et la barbarie « gothiques » sont condamnés, tant par Voltaire jeune que par Louis Sébastien Mercier. Or, les critères de la ville nouvelle, projetée et ordonnée, viennent de la Renaissance et de l'ordre classique : rues tirées au cordeau, obsession de l'alignement, évidence du plan. L'article « Ville » de l'Encyclopédie reprend, tardivement, cette définition formelle. Ces critères physiques se chargent, bien entendu, d'une valeur symbolique. Un historien français du xixe siècle note l'avis d'un jurisconsulte, auteur d'un dictionnaire de la police : « La beauté des villes consiste principalement dans l'alignement des rues » et l'historien ajoute ce commentaire : « Mais cet amour de la ligne droite, qui prévalut aux deux derniers siècles, était un indice de tendances à l'unité, à la suppression des exceptions, aux formules simples et géométriques qui, surtout à l'époque de la Révolution, s'introduisaient dans nos lois. »

Ouverture ou refus de la croissance ?

La discontinuité n'apparaît donc pas dans l'opposition ville nouvelle/ville ancienne, mais plutôt e [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages

Écrit par :

  • : directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales

Classification

Autres références

«  VILLE  » est également traité dans :

VILLE - Le fait urbain dans le monde

  • Écrit par 
  • Jacques BONNET
  •  • 6 595 mots
  •  • 6 médias

Le monde dans lequel nous vivons est devenu un monde urbain. La population urbaine mondiale est passée de près de 47 millions vers 1700 (taux d'urbanisation 8 p. 100) à 75 millions vers 1800, et à 335 millions en 1910 (taux d'urbanisation 19 p. 100). En 1950, la population urbaine mondiale regroupait environ 724 millions d'individus (33 p. 100 de la population totale), en 1980, 1,806 milliard et 3 […] Lire la suite

VILLE - La ville nouvelle

  • Écrit par 
  • Leonardo BENEVOLO
  •  • 3 888 mots
  •  • 5 médias

Toutes les villes ont eu un commencement et furent donc, à un moment donné, des villes « nouvelles ». Mais la naissance d'une ville est un événement généralement très ancien, inconnu ou oublié, et la ville n'est pas considérée comme le résultat d'un projet, mais comme le cadre complexe et permanent de projets successifs.Le Moyen Âge européen fut la plus extraordinaire époque de création urbaine de […] Lire la suite

VILLE - Mutations urbaines

  • Écrit par 
  • François ASCHER
  •  • 4 776 mots
  •  • 1 média

Les nouvelles technologies de l'information et de la communication ne changent ni la société ni les villes. Ce sont ces dernières qui, dans leur dynamisme de développement et de « modernisation » se saisissent de toutes les techniques qui permettent aux individus et aux organisations de mieux maîtriser leurs espa […] Lire la suite

VILLE - Les politiques de la ville

  • Écrit par 
  • Véronique LE GOAZIOU
  •  • 4 358 mots
  •  • 1 média

En France, l'intervention publique en matière urbaine a une longue histoire et repose sur des dispositifs ou des mécanismes éprouvés remontant pour certains d'entre eux à la fin du XIXe siècle : normes d'urbanisme, législations régissant la circulation ou la salubrité, politiques de peuplement, de gestion foncière, aides au logement, etc. Mais c'est surtout au sortir de la S […] Lire la suite

AGRICULTURE URBAINE

  • Écrit par 
  • Jean-Paul CHARVET, 
  • Xavier LAUREAU
  •  • 6 267 mots
  •  • 8 médias

L’expression « agriculture urbaine », qui était devenue un oxymore dans les pays industrialisés avec la disparition progressive au cours du xx e  siècle des ceintures maraîchères entourant les villes, a retrouvé du sens. En effet, dans un contexte d’étalement urbain ( urban sprawl ) et de métropolisation croissante de la planète, on assiste désormais à une renaissance de ces activités agricoles […] Lire la suite

ALLEMAGNE (Géographie) - Aspects naturels et héritages

  • Écrit par 
  • François REITEL
  •  • 8 231 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La tradition urbaine »  : […] Sur le plan urbain, l'Allemagne peut compter sur un riche héritage. Une première période de création urbaine a été l'époque romaine : Trèves, Mayence, Coblence, Cologne, Augsbourg... L'Église catholique y a installé, le plus souvent, les évêchés. Le Moyen Âge a vu la création de centaines de villes. À la fin de celui-ci, on comptait, en Allemagne, près de quatre mille villes (communes ayant le dr […] Lire la suite

ALLEMAGNE (Géographie) - Géographie économique et régionale

  • Écrit par 
  • Guillaume LACQUEMENT
  •  • 12 047 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Hiérarchiser les fonctions urbaines »  : […] Inspiré de la théorie des lieux centraux de Walter Christaller (1933), ce système de catégories spatiales confère à la hiérarchie des villes et à la distribution des fonctions urbaines un rôle déterminant dans l'organisation de l'espace. Ainsi, les politiques d'aménagement doivent rendre accessible à tous les habitants un centre urbain bien équipé. De ce fait, le tracé des voies de communication […] Lire la suite

ALLEMAGNE (Histoire) - Allemagne moderne et contemporaine

  • Écrit par 
  • Michel EUDE, 
  • Alfred GROSSER
  •  • 26 839 mots
  •  • 39 médias

Dans le chapitre « Une population inégalement répartie »  : […] Combien d'hommes vivent sur cet espace ? Les évaluations sont malaisées. On considère qu'entre 1620 et 1650 la population de l'Empire (non de l'Allemagne) est tombée de 20 à 7 millions. Elle serait remontée à 10 millions vers 1700 pour retrouver le chiffre de 20 millions vers 1750 et atteindre 28 millions en 1790 ; lenteur de la reprise donc, due avant tout aux années creuses du milieu du xvii e   […] Lire la suite

ANTHROPOLOGIE DES CULTURES URBAINES

  • Écrit par 
  • Virginie MILLIOT
  •  • 4 424 mots
  •  • 3 médias

Nous nous intéresserons ici non pas aux cultures urbaines telles qu’elles sont communément désignées ‒ en tant qu’arts et sports urbains ‒ ni aux économies symboliques des villes dites « créatives » – parce qu’elles font des industries et des événements culturels un moteur de développement urbain –, mais à la fabrique urbaine des cultures. Les villes sont-elles le creuset d’une dynamique culturel […] Lire la suite

ANTHROPOLOGIE URBAINE

  • Écrit par 
  • Thierry BOISSIÈRE
  •  • 4 895 mots
  •  • 2 médias

L’anthropologie urbaine est une branche de l’anthropologie qui a pour objet l’étude des villes et de leurs sociétés. Elle s’est d’abord développée dans des pays ayant connu une urbanisation accélérée, principalement à la fin du xix e et au début du xx e  siècle, comme les États-Unis, le Royaume-Uni, mais également l’Afrique australe minière sous domination britannique, avant d’émerger en France b […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Marcel RONCAYOLO, « VILLE - Mythe et représentation », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 décembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/ville-mythe-et-representation/