KHLEBNIKOV VIKTOR (1885-1922)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Biographie du futurien Vélimir Khlebnikov

Viktor (« Vélimir » pour la postérité) Vladimirovitch Khlebnikov naquit en 1885 dans le gouvernement d'Astrakhan. Il fit des études à Simbirsk, puis à l'université de Kazan, dont un des plus illustres recteurs fut le mathématicien Lobatchevski. C'est à cette époque qu'il écrivit ses premiers poèmes. Ainsi qu'il se plut à le répéter par la suite, l'histoire, avec le désastre de la flotte russe à Tsushima en 1905, lui fit signe en lui révélant sa mission : découvrir les lois du temps qui permettraient à l'humanité de maîtriser son destin en le prévoyant. Dès son arrivée à Saint-Pétersbourg, en 1908, il fréquenta le cercle symboliste de Viatcheslav Ivanov, à qui il avait adressé ses premiers vers et avec lequel il gardera toujours de bonnes relations, malgré la rupture avec le symbolisme dès février 1910. En effet, par sa première publication, La Tentation du pêcheur (Iskušenie grešnika, 1908), Khlebnikov était entré en contact avec les représentants de l'avant-garde poétique et picturale de la capitale. Si, rétrospectivement, le fameux poème dérivé d'une seule racine, La Conjuration par le rire (Zakljat'e smexom, 1910), fut considéré comme le coup d'envoi du futurisme russe, le véritable engagement militant ne survint que dans les publications suivantes, Le Vivier des juges (Sadok sudej), et surtout le célèbre recueil Gifle au goût public (Poščečina obščestvennomu vkusu, 1912). Dans le groupe Hylée (ou, pour reprendre le vocable qu'il avait lui-même forgé, le groupe des « futuriens »), Khlebnikov passait, par ses expérimentations poétiques et langagières, pour un primitiviste du verbe. Mais ses réflexions sur le chiffre du temps et de la langue entraînèrent le poète vers l'aile gauche du groupe, et, de concert avec Kroutchonykh, il publia la déclaration « du mot comme tel » (Slovo kak takovoe, 1913), base des recherches qui devaient bientôt le conduire à l'invention d'une langue d'« outre-raison » (la zaum'). Obnubilé par la maîtrise du desti [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, agrégé de l'Université, professeur de langue et littérature russes à l'université de Lyon

Classification

Autres références

«  KHLEBNIKOV VIKTOR (1885-1922)  » est également traité dans :

FUTURISME

  • Écrit par 
  • Jean-Louis COMOLLI, 
  • Claude FRONTISI, 
  • Claude KASTLER
  •  • 5 047 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Le futurisme russe »  : […] Le futurisme russe va connaître son apogée dans les années 1912-1914. À l'origine, on trouve la personnalité de David Bourliouk qui, à partir de 1907, reçoit peintres et poètes dans une propriété du nord de la Crimée (antique Hylée). Une amitié se noue entre Bourliouk et Mikhaïl Larionov, rapprochés par des convictions communes : « À bas le grand art » ; « À bas l'imitation de la nature, l'art e […] Lire la suite

MAÏAKOVSKI VLADIMIR VLADIMIROVITCH (1893-1930)

  • Écrit par 
  • Claude FRIOUX
  •  • 3 046 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le Front gauche de l'art »  : […] Vladimir Vladimirovitch Maïakovski naît à Bagdadi, dans le Caucase, où il passe son enfance jusqu'à la mort accidentelle de son père, fonctionnaire des Eaux et Forêts. La famille Maïakovski se fixe alors à Moscou où elle vit pauvrement. Maïakovski interrompt ses études secondaires pour militer au Parti bolchevik. À dix-sept ans, il est arrêté et emprisonné. À l'Institut de peinture, de sculpture […] Lire la suite

MALÉVITCH KASIMIR (1878-1935)

  • Écrit par 
  • Yve-Alain BOIS
  •  • 3 487 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Le « zaoum » »  : […] Les discussions que Malévitch eut alors avec son ami débouchent immédiatement sur le désir d'entreprendre une enquête fondamentale sur la nature du signe pictural : puisque le signe ne se définit plus par son rapport à ce à quoi il se réfère, mais par un jeu d'oppositions internes à l'ensemble dont il participe, on doit pouvoir trouver le moyen, en peinture, d'isoler des signes « purs », des signe […] Lire la suite

RUSSIE (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Michel AUCOUTURIER, 
  • Marie-Christine AUTANT-MATHIEU, 
  • Hélène HENRY, 
  • Hélène MÉLAT, 
  • Georges NIVAT
  •  • 25 101 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « La littérature d'art (1890-1917) »  : […] Le reflux du mouvement révolutionnaire des années 1860 entraîne après 1881 une remise en question qui atteint de proche en proche l'ensemble des postulats politiques et philosophiques de l'intelligentsia. Le marxisme, avec Plekhanov, puis Lénine, entame les positions du populisme. Il marque un abandon du positivisme utilitariste et un renouveau philosophique qui mène quelques-uns de ses premiers a […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Claude LANNE, « KHLEBNIKOV VIKTOR - (1885-1922) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 avril 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/viktor-khlebnikov/