VIES MINUSCULES, Pierre MichonFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une autobiographie oblique

Les huit « vies » qui composent le récit forment ainsi une sorte d'autobiographie oblique où le narrateur ne parle que rarement en son nom propre, préférant à une image au contour trop net le reflet que lui renvoient de lui-même des êtres à la fois mythiques et vains. Parmi eux, un orphelin parti chercher fortune en Afrique ; un père que la solitude, après qu'il a chassé son fils, transformera en créature bouffonne et grandiose ; deux jeunes frères que la haine qu'ils se vouent rend étrangement complices ; ou encore un prêtre que sa déchéance illumine : « Nanti de cette évidence, Bandy, nul et pochard, quasi muet, travaillait à s'abolir, il était le creux que comblerait un jour l'indicible Présence : les ivrognes croient volontiers que Dieu ou l'Écrit sont derrière le prochain comptoir. » Ces figures ne font pas que hanter la mémoire du narrateur : elles en constituent le tissu le plus sensible. On ne trouvera aucun disparate dans cette suite de portraits qui se détachent sur un même fond de campagne dure et sombre – celui des paysages de la Creuse. Au contraire, on sera sensible à l'intimité qui non seulement relie ces personnages, mais également fait de chacun d'eux une incarnation possible du narrateur. Comme s'il lui avait fallu créer une mémoire seconde, plus vraie, plus riche, et conjurer à l'aide de ces figures emblématiques un irrémédiable défaut de présence. Ainsi l'absence du père, avouée ou non, obsède-t-elle le récit entier et en justifie-t-elle le ton, parfois grinçant, parfois âprement lyrique. Parce que la mémoire est trahie dès son origine, parce que cette défaillance corrompt le langage et interdit tout accès au monde, il faut donc se dépouiller de sa propre vie, remonter l'arbre généalogique, recourir aux souvenirs personnels et aux confidences entendues, tout en sachant qu'ils devront, pour exister plus fortement, accomplir un indispensable détour par la littérature. Vies minuscules se veut d'abord le récit d'une régénération par [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  VIES MINUSCULES, Pierre Michon  » est également traité dans :

MICHON PIERRE (1945- )

  • Écrit par 
  • Michel P. SCHMITT
  •  • 1 705 mots

Dans le chapitre « Le mythe personnel »  : […] Né en 1945 dans un hameau de la Creuse (les « Cards », à côté de Chatelus-le-Marcheix), fils d'une institutrice suppléante, Pierre Michon est privé d'un père dès l'âge de deux ans. Il a laissé localement le souvenir d'un garçon gentil et appliqué, interne au lycée Pierre-Bourdan à Guéret pendant sept ans. Il engage ensuite des études de lettres à la faculté de Clermont-Ferrand, tout en s'essayant […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-michon/#i_25647

Pour citer l’article

Gilles QUINSAT, « VIES MINUSCULES, Pierre Michon - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/vies-minuscules/