SEGALEN VICTOR (1878-1919)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les voyages et les œuvres

Comme il le dit lui-même un mois avant sa mort, Victor Segalen a vécu au prix d'une « usure sans réparation ». On comprendra ainsi qu'il n'ait pas eu le temps (à supposer qu'il en ait eu le goût) d'édifier pour la postérité littéraire son propre monument. Quand il meurt, à quarante et un ans, dans la forêt de Huelgoat, Hamlet à la main, il n'a publié sous son nom que Stèles (1912) et Peintures (1916) ; Les Immémoriaux (1907) ont paru sous le pseudonyme de Max Anély. Cependant, l'œuvre est abondante, ambitieuse, essentielle par la recherche qui l'anime. Elle a été écrite, en quinze année au cours des voyages qu'il avait entrepris pour se trouver lui-même, en se méfiant de la littérature. Segalen confie, au moment même où il entreprend l'étude du chinois : « [...] j'attends beaucoup de cette étude, en apparence ingrate ; car elle me sauve d'un danger : en France, et mes projets actuels menés à bout, que faire ensuite, sinon de la littérature ? »

Avant ce tournant capital, Segalen, natif de Brest, avait fait ses études de médecine, à Bordeaux, et publié sa thèse, Les Cliniciens ès lettres, dans laquelle il essayait de concilier plusieurs aspirations ; son goût pour la musique (il écrira plus tard un Orphée-Roi pour Debussy, paru en 1921) lui avait révélé sa vocation artistique. Puis, comme médecin de la marine, il avait séjourné à Tahiti, en 1903 et 1904, juste après la mort de Gauguin. La moisson de ce voyage, ce sont Les Immémoriaux, c'est-à-dire le récit des derniers moments de la civilisation maorie, contaminée, perdue par les missionnaires et les colonisateurs. Segalen s'insurge contre ce massacre, comprend en profondeur le drame d'une ethnie que l'on prive de ses mythes et de sa langue. En même temps, c'est sa propre vision du réel qui prend forme.

Cependant, c'est la Chine qui va fournir à Segalen les moyens de s'explorer lui-même ; c'est de Chine qu'il rapporte ses œuvres majeures, fasciné par cet espace énorme, et par l'image du Fils du Ciel : l'empereur, mais aussi l'homme écartelé entre le présent et le passé, soi-même et l'autre, la [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

  • : agrégé de lettres classiques, chargé de cours à l'université de Nanterre, écrivain

Classification


Autres références

«  SEGALEN VICTOR (1878-1919)  » est également traité dans :

RENÉ LEYS, Victor Segalen - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Yves KIRCHNER
  •  • 1 333 mots

René Leys nous surprend à plus d'un titre. Publié en 1921, après la mort de Victor Segalen (1878-1919), ce texte se veut résolument moderne, en affichant son dégoût pour le roman d'inspiration naturaliste, sa « haine de l'auteur » et son « mépris du sujet » (projet d'article intitulé « Sur une f […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rene-leys/#i_39583

STÈLES, Victor Segalen - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Yves KIRCHNER
  •  • 914 mots

En 1912 paraît, à Pékin, Stèles, un recueil de poèmes relié à la chinoise, « non commis à la vente » mais offert à un cercle restreint d'amis. Son auteur, Victor Segalen (1878-1919), médecin de la marine, expose ainsi son projet dans une lettre à Debussy du 6 janvier 1911 : « un recueil de pro […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/steles/#i_39583

RÉCIT DE VOYAGE

  • Écrit par 
  • Jean ROUDAUT
  •  • 7 143 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Passages obligés »  : […] Ce ne sont pas seulement des besoins collectifs et matériels – ceux des épices ou de la soie – qui déterminent, à une époque précise, la prédominance d'un certain type de voyage. Au Moyen Âge, le voyage de pèlerinage se change en croisade. À la Renaissance, ce n'est plus vers Jérusalem qu'il convient d'aller mais vers Rome, et dès lors se découvre l'Italie. Le voyage que fait Montaigne (1580-1581) […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/recit-de-voyage/#i_39583

Voir aussi

Pour citer l’article

Gérard MACÉ, « SEGALEN VICTOR - (1878-1919) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/victor-segalen/