HORTA VICTOR (1861-1947)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L’alliance des matériaux

Victor Horta naît à Gand le 6 janvier 1861. Fils d’un cordonnier, il fréquente l’Académie des beaux-arts de sa ville natale de 1874 à 1877, lorsque son talent pour le dessin d’architecture est récompensé par une médaille. En 1878, il trouve un engagement à Paris chez un architecte décorateur. Un apprentissage dont il tirera profit lorsque, vers 1894, il se lancera dans la création d’ensembles décoratifs pour des clients qu’il convainc d’harmoniser architecture et décor intérieur, à l’encontre du goût de la bourgeoisie qui appréciait plutôt le mélange des styles historiques, parfois teintés d’exotisme. En 1880, la mort de son père le rappelle à Gand où il retrouve une amie d’enfance, Pauline Heyse, qu’il épouse. Le jeune couple déménage à Bruxelles où Horta reprend des études à l’Académie et trouve du travail dans le bureau de l’architecte Alphonse Balat, honoré d’importantes commandes par le roi Léopold II, notamment la transformation du palais royal de Bruxelles et la construction des serres de Laeken. Toute sa vie, Horta éprouvera une véritable vénération pour son maître, « le plus pur des classiques » selon lui. Il lui devra le souci de travailler à la perfection chaque matériau, notamment la pierre.

Dans ses premières constructions bruxelloises, la maison Matyn (1890) ou l’édicule Lambeaux (parc du Cinquantenaire, 1892), la qualité des appareillages et la nouveauté des profils sculptés le distinguent. Les sculpteurs qu’il rencontre à l’Académie requièrent très vite sa collaboration, en lui demandant de dessiner des socles pour leurs œuvres ou pour des monuments funéraires (Monument à la mémoire de Louis Gallait, avec le sculpteur Guillaume Charlier à Tournai, 1891 ; La Mort d’Ompdrailles, avec Charles Van der Stappen à Bruxelles, 1892 ; Monument au Travail, avec Constantin Meunier, 1909, Monument Remy, avec Pierre Braecke à Louvain, 1897).

Horta, quant à lui, ne manque pas de ménager dans ses bâtiments des emplacements destinés à la sculpture. Pour la cage d’escalier et la salle à manger de sa maison, il fait appel à Braecke dont les sculptures confèrent à l’espace une noblesse qui était jusque-là l’apanage des grandes demeures. La conjonction des beaux-arts et des arts mineurs est caractéristique des grands créateurs de l’Art nouveau qui voient dans l’habitation un champ d’expérimentation qui peut aboutir à des œuvres d’art total comme l’hôtel Solvay (Bruxelles, 1894).

Hôtel Solvay, Bruxelles

Photographie : Hôtel Solvay, Bruxelles

Salle à manger de l'hôtel Solvay, Bruxelles (Belgique). Architecte : Victor Horta. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

Durant les années 1880, Horta remporte des prix dans des concours, notamment le premier prix d’architecture de la fondation Godecharle (1884) qui lui permet de voyager en France et en Allemagne, ou le premier prix du concours triennal de l’Académie royale de Bruxelles (1887). Mais sa carrière débute véritablement avec la création de deux maisons particulières commandées par des amis en 1893, les ingénieurs Tassel et Autrique, rencontrés au sein de la loge bruxelloise des Amis philanthropes, dans laquelle il est admis en 1887. Ceux-ci enseignent à l’Université libre de Bruxelles et incitent Horta à faire de même à partir de 1892. Il devient d’abord l’assistant en faculté polytechnique de l’architecte Ernest-Jean Hendrickx, principal propagateur en Belgique des théories de Viollet-le-Duc, qui décède l’année suivante. Horta lui succède jusqu’en 1911, moment où il démissionne à la suite d’un litige concernant la construction des nouveaux locaux de l’Université. Mais il ne se départit pas du désir d’enseigner et obtient de la Ville de Bruxelles la mission de diriger le cours d’architecture et de réorganiser le programme de l’Académie des beaux-arts. En 1913, il devient directeur de cette institution qu’il s’acharne à vouloir réformer. Il sera aussi professeur à l’Institut supérieur d’Anvers de 1919 à 1927.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  HORTA VICTOR (1861-1947)  » est également traité dans :

ART NOUVEAU

  • Écrit par 
  • Françoise AUBRY
  •  • 8 797 mots
  •  • 23 médias

Dans le chapitre « Belgique »  : […] Les premières traces de l'Art nouveau apparaissent en Belgique en 1891, avec la couverture du catalogue du Salon des XX, dessinée par le peintre Georges Lemmen. Les lignes souples et le lettrage révèlent un goût japonisant teinté d'influence anglaise. Lemmen collabore avec Van de Velde pour l'installation d'un fumoir dans la galerie L'Art nouveau de Bing, en 1895, l'année durant laquelle Van de […] Lire la suite

GUIMARD HECTOR (1867-1942)

  • Écrit par 
  • Roger-Henri GUERRAND
  •  • 2 234 mots

Dans le chapitre « La conquête de Paris »  : […] Né à Lyon dans une famille sur laquelle on est encore très mal renseigné – en 1891, son père tient un gymnase, boulevard Malesherbes, à Paris –, Hector Guimard entre à quinze ans, en 1882, à l'École nationale des arts décoratifs dirigée par le peintre Louvrier de Lajolais : il entretint avec ce dernier des rapports quasi filiaux, la correspondance des deux hommes en témoigne. Trois ans plus tard, […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Françoise AUBRY, « HORTA VICTOR - (1861-1947) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/victor-horta/