VERTÉBRÉS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Sélacien : organisation générale

Sélacien : organisation générale
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Requin : encéphale

Requin : encéphale
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Pikaia et Amphioxus

Pikaia et Amphioxus
Crédits : M. Parrish/ The Smithsonian Institution ; H. Hillewaert/ Worms World Register of Marine Species

photographie

Appareil respiratoire

Appareil respiratoire
Crédits : Planeta Actimedia S.A.© Encyclopædia Universalis France pour la version française.

vidéo


Caractères

Parmi les Cordés, le sous-embranchement des Vertébrés se définit clairement par une série de caractères :

Sélacien : organisation générale

Sélacien : organisation générale

Dessin

Schéma de l'organisation générale d'un Vertébré (inspiré de la structure d'un Sélacien) 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

– corps fondamentalement divisé en trois parties au moins : tête, tronc et queue ;

– peau constituée d'un épiderme (d'origine ectodermique) pluristratifié (unistratifié chez les Invertébrés) associé à un derme (mésodermique) ;

– corps soutenu par un squelette interne, cartilagineux ou osseux (l'os est un tissu propre aux Vertébrés) ;

– appendices pairs et impairs (les Vertébrés sont toujours des animaux mobiles, jamais fixés) ;

– musculature squelettique, du type strié, très développée (les mouvements, quels qu'ils soient – locomotion, respiration, circulation, digestion –, relèvent d'une activité musculaire ; le battement ciliaire n'a qu'un rôle mineur) ;

– musculature lisse ;

– système nerveux « central » constitué d'un axe, le névraxe (divisé en encéphale dans la tête, moelle épinière dans le reste du corps), et de nerfs crâniens et spinaux ; systèmes nerveux viscéraux (ou autonomes) : para- et orthosympathique ; organes sensoriels très diversifiés et élaborés ; récepteurs céphaliques pairs : olfactifs (sacs nasaux), optiques (yeux), stato-acoustiques (oreilles internes), récepteurs gustatifs dans la muqueuse buccale et pharyngienne, correspondant à des centres sensoriels encéphaliques ; récepteurs cutanés tactiles, thermiques, vibratoires ; muscles et tendons munis de récepteurs spéciaux (sensibilité kinesthésique) ;

Requin : encéphale

Requin : encéphale

Dessin

Profil droit de l'encéphale d'un requin (Squalus acanthias) 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

– crêtes neurales se détachant de la plaque médullaire au cours du développement et entrant, par de nombreux dérivés, dans la construction du corps ;

– cœlome (cavité générale) développé dans le tronc ;

– tube digestif toujours pourvu d'une bouche et d'un anus, et divisé, au moins, en intestin céphalique (pharynx) et intestin troncal (la paroi du tube comporte un épithélium interne, endodermique, doublé d'un manchon mésodermique dans lequel se différencient des tuniques muscula [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 15 pages



Écrit par :

Classification


Autres références

«  VERTÉBRÉS  » est également traité dans :

ACANTHODIENS

  • Écrit par 
  • Philippe JANVIER
  •  • 816 mots
  •  • 4 médias

Les acanthodiens ( Acanthodii Owen, 1846 ; du gr. acantha , épine) sont un groupe de vertébrés à mâchoires, ou gnathostomes, éteints, connus par des fossiles de l'ère primaire, ou Paléozoïque. Ils sont les plus anciens gnathostomes certains à apparaître dans le registre fossile, à l'Ordovicien supérieur, il y a 445 millions d'années (Ma), mais disparai […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/acanthodiens/#i_484

ACTINOPTÉRYGIENS

  • Écrit par 
  • Philippe JANVIER
  •  • 2 759 mots
  •  • 9 médias

Au sein des vertébrés à mâchoires, ou gnathostomes, les actinoptérygiens ( Actinopterygii Cope, 1887) sont, avec les sarcoptérygiens, l'un des deux groupes d'ostéichthyens. Ils comptent dans la nature actuelle 23 712 espèces de poissons, dont l'immense majorité sont des téléostéens. Comme tous les ostéichthyens, ils présentent de grandes plaques osseuses dermiques couvrant […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/actinopterygiens/#i_484

AMPHIBIENS ou BATRACIENS

  • Écrit par 
  • Pierre CLAIRAMBAULT, 
  • Philippe JANVIER, 
  • Jean-Claude RAGE
  •  • 6 161 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Colonne vertébrale »  : […] Comme chez les autres vertébrés, le squelette axial s'organise autour de la corde dorsale, par ossification. L'adaptation à la vie terrestre correspond à un renforcement de la colonne vertébrale. Dans le groupe de poissons ancêtres des Tétrapodes, chaque vertèbre était constituée de trois parties : deux d'entre elles forment le corps vertébral et la troisième l'arc neural. Chez les premiers Té […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/amphibiens-batraciens/#i_484

ANIMAUX MODES D'ALIMENTATION DES

  • Écrit par 
  • René LAFONT, 
  • Martine MAÏBECHE
  •  • 4 302 mots

Dans le chapitre « Les Vertébrés herbivores »  : […] Les Vertébrés herbivores sont généralement polyphages. Des exemples de vertébrés oligophages sont généralement trouvés dans des régions où un seul genre de plantes domine très largement. Il y a alors une association assez stricte entre le vertébré et le végétal consommé, et leur répartition est restreinte à des biotopes particuliers. C'est le cas pour l'association du koala et de l'eucalyptus en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/animal-modalites-alimentaires/#i_484

BIOLOGIE - La contruction de l'organisme

  • Écrit par 
  • Françoise DIETERLEN
  •  • 2 476 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les gènes de développement »  : […] Ces gènes ont été découverts chez la drosophile grâce aux mutations du développement, apparues spontanément ou plus souvent induites par des mutagènes, qui ont été décrites chez cet Insecte. Le généticien américain Edward B. Lewis a posé les bases de ces recherches en analysant les mutations homéotiques qui entraînent la substitution de certaines parties du corps par d'autres. La mutation du gène […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/biologie-la-contruction-de-l-organisme/#i_484

CARBONIFÈRE

  • Écrit par 
  • Alain BLIECK
  •  • 1 167 mots

C'est dès le xviii e  siècle que Richard Kirwan a introduit le terme carbonifère pour désigner des roches productrices de charbon et le mot a désigné les dépôts houillers de Grande-Bretagne et d'Europe occidentale à partir du xix e  siècle. Aujourd'hui, le Carbonifère représente un système de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/carbonifere/#i_484

CÉNOZOÏQUE

  • Écrit par 
  • Marie-Pierre AUBRY
  •  • 7 573 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « La vie durant le Cénozoïque »  : […] On doit reconnaître que toutes les grandes innovations biologiques qui ont engendré la biodiversité actuelle se sont produites soit durant le Paléozoïque (voire encore plus tôt) pour les animaux invertébrés et les plantes sans fleurs, soit durant le Mésozoïque pour les vertébrés et les plantes à fleurs. Le Cénozoïque est, quant à lui, une ère de spécialisations qui s'opèrent sur des groupes déjà […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cenozoique/#i_484

CÉPHALOCORDÉS

  • Écrit par 
  • Yves FRANÇOIS
  •  • 3 664 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Céphalocordés et Vertébrés »  : […] L'étude de Branchiostoma (l'autre genre de Céphalocordés, Asymetron , n'en diffère guère que par une dissymétrie plus marquée) met donc en évidence de nombreuses ressemblances topographiques, structurales et physiologiques entre les organes de l'Amphioxus et ceux des Vertébrés : la baguette axiale que constitue la chorde dorsale de l'Amphioxus se retrou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cephalocordes/#i_484

CIRCULATOIRES (SYSTÈMES) - Les systèmes circulatoires des animaux

  • Écrit par 
  • Jean-Paul TRUCHOT
  •  • 4 514 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Disposition des appareils circulatoires »  : […] En dehors d'arrangements segmentaires tels que ceux des annélides ou des insectes, la disposition des appareils circulatoires est largement subordonnée à la nature et à la situation des organes respiratoires. L'importance primordiale de la fonction de transport des gaz comme facteur d'organisation de la circulation est attestée par le fait que, dans la majorité des organismes, la quasi-totalité d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/circulatoires-systemes-les-systemes-circulatoires-des-animaux/#i_484

COMMUNICATION CELLULAIRE

  • Écrit par 
  • Yves COMBARNOUS
  •  • 6 579 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Contrôle de la reproduction chez les vertébrés »  : […] Au niveau central, les neurones de l’hypothalamus (sécréteurs de kisspeptine, à dopamine, de dopamine, etc.) forment un réseau fonctionnel contrôlant la sécrétion de la neurohormone GnRH, qui atteint l’hypophyse où elle stimule, via son récepteur à sept passages transmembranaires, la sécrétion dans le sang des gonadotropines LH et FSH. Ces dernières se lient à leurs récepteurs spécifiques, égale […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/communication-cellulaire/#i_484

CORDÉS ou CHORDÉS

  • Écrit par 
  • Yves FRANÇOIS
  •  • 978 mots

L' opposition traditionnellement admise, depuis Lamarck, entre Vertébrés et Invertébrés est parfaitement artificielle. En fait, l'opposition Vertébrés-Invertébrés est d'autant moins justifiée que les Vertébrés sont étroitement apparentés à d'authentiques Invertébrés longtemps réunis sous le nom de Procordés : d'une part les amphioxus, qui sont de petits animaux marins mobiles mais sédentaires ; […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cordes-chordes/#i_484

CRÂNE

  • Écrit par 
  • Yves FRANÇOIS, 
  • Didier LAVERGNE, 
  • Pierre-Antoine SAINT-ANDRÉ
  •  • 5 238 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Chez les sélaciens »  : […] On prendra comme point de départ un petit requin ou une roussette, chez lesquels le squelette céphalique, particulièrement simple, entièrement cartilagineux puisque ces poissons n'ont pas de tissu osseux, comprend deux parties  : le neurocrâne, qui est une boîte cartilagineuse à peu près complètement fermée autour de l'encéphale ; le splanchnocrâne (ou squelette viscéral), qui est l'ensemble d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/crane/#i_484

CROISSANCE, biologie

  • Écrit par 
  • André MAYRAT, 
  • Raphaël RAPPAPORT, 
  • Paul ROLLIN
  • , Universalis
  •  • 14 744 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Croissances compensatrices »  : […] Les phénomènes de régénération montrent bien l'importance des interactions dans le déroulement harmonieux et l'arrêt final de la croissance. L'ablation d'un membre, chez un arthropode ou un triton, entraîne un déséquilibre dans l'organisme, et c'est ce déséquilibre qui provoque la croissance accélérée du régénérat, accélération d'abord très forte, puis diminuant au fur et à mesure, quand la taill […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/croissance-biologie/#i_484

CYCLOSTOMES

  • Écrit par 
  • Pierre CLAIRAMBAULT, 
  • Philippe JANVIER
  •  • 2 723 mots
  •  • 3 médias

Dans l'embranchement des Vertébrés actuels, les cyclostomes regroupent les formes les plus primitives : animaux sans mâchoire que l'on nomme encore agnathes (on doit surtout donner à ce terme un sens phylogénétique et parler en fait de « grade » agnathe, plutôt que de classe des agnathes). Les recherches paléontologiques et anatomiques montrent en effet que les vertébrés ont dû, au cours de leur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cyclostomes/#i_484

DÉTERMINATION DU SEXE CHEZ LES VERTÉBRÉS FOSSILES

  • Écrit par 
  • Eric BUFFETAUT
  •  • 1 767 mots
  •  • 4 médias

Comme les phénomènes de fossilisation ne préservent le plus souvent que les parties dures les plus résistantes d'un organisme, notamment les os et les dents chez les vertébrés, beaucoup d'aspects de la biologie des êtres disparus échappent aux paléontologues, ou sont pour le moins difficiles à reconstituer. La détermination du sexe d'un fossile en est un exemple, les organes sexuels se prêtant m […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/determination-du-sexe-chez-les-vertebres-fossiles/#i_484

DÉVONIEN

  • Écrit par 
  • Alain BLIECK
  •  • 1 229 mots

Le terme Dévonien a été proposé par Adam Sedgwick et Roderick Impey Murchison en 1839 pour désigner la série stratigraphique marine du Devon, dans le sud-ouest de l'Angleterre, qui s'est avérée être contemporaine des Vieux Grès Rouges du pays de Galles, du nord de l'Angleterre et d'Écosse. Il représente un système de l'ère paléozoïque (ère primaire), situé entre le Silurien et le Carbonifère. Il […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/devonien/#i_484

DINOSAURES

  • Écrit par 
  • Eric BUFFETAUT
  •  • 7 333 mots
  •  • 16 médias

Les dinosaures constituent un groupe de vertébrés tétrapodes uniquement terrestres qui sont apparus et ont eu leur apogée au cours du Mésozoïque, c'est-à-dire entre quelque 225 et 66 millions d'années (Ma). Ils ont souvent été définis comme des « reptiles géants », mais ces termes ne sont pas adéquats car, d'une part, le concept de reptile ne recouvre pas une réalité zoologique (ce n'est pas un « […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dinosaures/#i_484

DIPNEUSTES

  • Écrit par 
  • Pierre CLAIRAMBAULT, 
  • Philippe JANVIER
  •  • 1 222 mots
  •  • 4 médias

Les dipneustes sont des poissons osseux ( ostéichthyens) des fleuves et marécages tropicaux ou équatoriaux. Ils sont caractérisés par un grand nombre de spécialisations très poussées (plaques dentaires sur les mâchoires, etc.), mais ils partagent avec les vertébrés terrestres (tétrapodes) plusieurs caractères (poumons, narines internes, structure du cœur) dont la nature a longtemps été discutée […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dipneustes/#i_484

DOCODONTES

  • Écrit par 
  • Jean-Louis HARTENBERGER
  •  • 1 504 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Des animaux longtemps représentés par des dents et des mâchoires »  : […] La formation Morrison, qui a livré ces premiers restes de docodontes, est constituée de dépôts de rivières riches en fossiles de vertébrés de tous types : des dinosaures parmi les plus célèbres (l’herbivore Diplodocus et de nombreux carnosaures du genre Allosaurus ), des tortues, lézards, poissons et une quinzaine d’espèces de mammifères. Le dessin des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/docodontes/#i_484

EMBRYOLOGIE

  • Écrit par 
  • Maurice PANIGEL, 
  • Josselyne SALAÜN, 
  • Denise SCHEIB, 
  • Jean SCHOWING
  •  • 13 223 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « De la gastrula à la neurula »  : […] D'après les différents cas qu'on a examinés, on constate que la gastrula est toujours un organisme embryonnaire où se distinguent quelques éléments fondamentaux à partir desquels se développe l'animal adulte. L'étude du développement qu'on vient de faire a souvent obligé à dépasser le simple stade de la mise en place des feuillets embryonnaires, pour aborder celui où commence la différenciation, e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/embryologie/#i_484

ENDOCRINIEN SYSTÈME

  • Écrit par 
  • René LAFONT
  •  • 5 252 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Vertébrés : unité et diversité »  : […] Chez les Vertébrés, les familles d'hormones présentes sont bien conservées, bien que l'on note une certaine diversité des structures et surtout des fonctions. Dans certains cas, la conservation concerne à la fois les structures et les fonctions : c'est le cas par exemple des insulines. Dans d'autres cas, les structures sont conservées, mais les fonctions biologiques ont évolué : ainsi, la prolact […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/systeme-endocrinien/#i_484

ENTELOGNATHUS PRIMORDIALIS

  • Écrit par 
  • Gaël CLÉMENT
  •  • 1 140 mots
  •  • 1 média

Entelognathus primordialis (signifiant animal primordial à mâchoires complètes) est un petit poisson fossile vieux d’environ 420 millions d’années qui a été mis au jour dans la province du Yunnan, dans le sud de la Chine. L’étude de ce fossile viendrait bouleverser les hypothèses de l'évolution des vertébrés à mâchoires (M. Zhu et al., « A Silurian pla […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/entelognathus-primordialis/#i_484

ÉPIGÉNÉTIQUE

  • Écrit par 
  • Pierre-Antoine DEFOSSEZ, 
  • Olivier KIRSH, 
  • Ikrame NACIRI
  •  • 5 972 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Méthylation de l’ADN »  : […] Le premier niveau est celui de la modification chimique réversible de la molécule d’ADN elle-même. La méthylation de l’ADN correspond à l’ajout d’un groupement méthyle (CH 3 ) à l’une des bases de l’ADN. Cette modification a été proposée comme une marque pouvant réguler l’expression des gènes dès 1975. Elle ne modifie pas la séquence nucléotidique et ne peut pas être décelée par les techniques de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/epigenetique/#i_484

ÉPIPHYSE ou GLANDE PINÉALE

  • Écrit par 
  • Berthe VIVIEN-ROELS
  •  • 2 317 mots
  •  • 1 média

L'épiphyse, ou glande pinéale, est une petite glande du toit du diencéphale dont la fonction est restée énigmatique pendant de nombreuses années. « Siège de l'âme » pour Descartes, elle a été longtemps considérée comme une sorte de troisième œil chez les Vertébrés inférieurs et comme un vestige calcifié chez les Mammifères. L'épiphyse est certainement l'un des organes dont l'architecture varie l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/epiphyse-glande-pineale/#i_484

ÉVOLUTION

  • Écrit par 
  • Armand de RICQLÈS, 
  • Stéphane SCHMITT
  •  • 15 097 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « La « boîte noire » de l'ontogenèse »  : […] L'avènement de la biologie moléculaire a permis d'ouvrir la « boîte noire » de l'ontogenèse, par trop négligée par la théorie synthétique classique. Dès 1894, William Bateson avait décrit la curieuse anomalie d'une région du corps qui porte un organe normalement porté par une autre, par exemple dans le cas de la mutation du gène antennapedia chez la drosophile, où une pa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/evolution/#i_484

EXCRÉTION

  • Écrit par 
  • René LAFONT
  •  • 5 257 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Les néphrons des Vertébrés »  : […] Les reins des Vertébrés sont constitués de néphrons , qui comportent en général deux parties : le corpuscule de Malpighi (ensemble glomérule +  capsule de Bowman) et le tubule, où s'effectuent réabsorptions et sécrétions. Ce schéma correspond à la majorité des Vertébrés adultes, mais on connaît deux variantes, la première correspondant aux néphrons ouverts , analogues à des m […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/excretion/#i_484

FAUNE SAUVAGE

  • Écrit par 
  • Romain JULLIARD, 
  • Pierre PFEFFER, 
  • Jean-Marc PONS, 
  • Dominique RICHARD, 
  • Alain ZECCHINI
  •  • 14 135 mots
  •  • 6 médias

Essentiellement connue dans les pays développés par les médias, la télévision notamment, ou par sa présentation dans les musées et les parcs zoologiques, la faune sauvage a encore, dans certaines régions du globe, de plus en plus restreintes il est vrai, une signification qui est loin d'être négligeable et qui, bien gérée, pourrait même devenir un facteur de développement important. Encore faudrai […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/faune-sauvage/#i_484

GÉNITAL APPAREIL

  • Écrit par 
  • Claude GILLOT, 
  • Bernard JAMAIN, 
  • Maurice PANIGEL
  • , Universalis
  •  • 14 776 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Organogenèse de l'appareil génital des Vertébrés »  : […] Les sexes sont séparés chez les Vertébrés (à part certains cas, exceptionnels, d'hermaphrodisme). L'appareil génital comporte les gonades (ovaires ou testicules) qui engendrent les cellules germinales ; les voies accessoires internes qui évacuent les produits génitaux (avec des glandes qui peuvent être annexées aux conduits vecteurs) ; les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/appareil-genital/#i_484

GNATHOSTOMES

  • Écrit par 
  • Philippe JANVIER
  •  • 2 142 mots
  •  • 2 médias

Les gnathostomes (du gr. gnathos , mâchoire, et stoma , bouche) représentent un groupe majeur de vertébrés défini par la présence de mâchoires fonctionnant verticalement et généralement pourvues de dents, telles nos propres mâchoires. Dans la nature actuelle, les gnathostomes comprennent environ 50 800 espèces, comprenant la plupart des poissons, mais a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gnathostomes/#i_484

GYMNOPHIONES ou CÉCILIES ou AMPHIBIENS APODES

  • Écrit par 
  • Armand de RICQLÈS
  •  • 294 mots

Plus connus sous les noms d'apodes ou de cécilies, les Gymnophiones sont des Amphibiens caractérisés par l'absence de membres et un corps allongé, annelé, dont le derme renferme des écailles minéralisées traduisant par leurs disposition la segmentation du corps. Habitant les contrées chaudes de l'Ancien Monde (Afrique tropicale, îles de l'océan Indien, Insulinde) et de la moitié nord de l'Amérique […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gymnophiones-cecilies-amphibiens-apodes/#i_484

HERMAPHRODISME

  • Écrit par 
  • Berthe SALZGEBER
  •  • 1 578 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Hermaphrodisme non fonctionnel »  : […] Lorsqu'il existe indépendamment de la formule génétique un état de bivalence de l'appareil génital juvénile, on parle d' hermaphrodisme embryonnaire . Chez les embryons (ou les larves) des animaux qui manifestent cette bivalence coexistent les ébauches des appareils génitaux, mâle et femelle. Au cours du développement, il doit donc se produire un « virage » privilégiant l'ac […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hermaphrodisme/#i_484

HORMONES

  • Écrit par 
  • Jacques DECOURT, 
  • Yves-Alain FONTAINE, 
  • René LAFONT, 
  • Jacques YOUNG
  • , Universalis
  •  • 14 342 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Les hormones des Vertébrés »  : […] Chez tous les êtres vivants multicellulaires, et plus spécialement chez les Vertébrés, une corrélation fonctionnelle entre les divers tissus spécialisés est assurée par des échanges de messages dont les principaux vecteurs sont d'une part l'influx nerveux, et d'autre part des hormones. Le même type d'organisation étant réalisé chez les divers Vertébrés, avec des différences reflétant l'évolution […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hormones/#i_484

IMMUNITÉ, biologie

  • Écrit par 
  • Joseph ALOUF, 
  • Michel FOUGEREAU, 
  • Dominique KAISERLIAN-NICOLAS, 
  • Jean-Pierre REVILLARD
  •  • 21 516 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Immunogénétique »  : […] Les apports récents du génie génétique ont permis une avance foudroyante dans l'analyse de l'organisation des gènes d'immunoglobulines, qui sont groupés dans trois ensembles distincts : κ, λ et H, portés par trois chromosomes différents. En 1978, Tonegawa montra que trois gènes distincts étaient nécessaires au codage d'une chaîne λ murine donnée : un gène V λ , couvrant l'essentiel de la région va […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/immunite-biologie/#i_484

INTERSEXUALITÉ

  • Écrit par 
  • Katy HAFFEN
  •  • 2 775 mots

Dans le chapitre « Vertébrés »  : […] Les recherches sur l'intersexualité hormonale des Vertébrés ont eu pour point de départ l'étude chez les Bovidés, d'intersexués spontanés dits free-martins  : lorsqu'une vache porte des jumeaux de sexes différents, dont certaines annexes embryonnaires (chorions) présentent des anastomoses vasculaires, le mâle est normal, la femelle est intersexuée. Le plus faible degré d'int […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/intersexualite/#i_484

JURASSIQUE

  • Écrit par 
  • Jean-François DECONINCK
  •  • 1 087 mots

Succédant au Trias et précédant le Crétacé, le Jurassique correspond au deuxième système du Mésozoïque (ère secondaire), qui s'étale de — 199,6 (± 0,3) millions d'années (Ma) à — 145,5 (± 4) Ma, soit une durée d'environ 55 Ma. Le terme « Jura Kalkstein », proposé par Alexander von Humboldt en 1799 pour désigner des dépôts sédimentaires carbonatés du Jura, fut repris en 1829 par Alexandre Brongnia […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jurassique/#i_484

KIELAN-JAWOROWSKA ZOFIA (1925-2015)

  • Écrit par 
  • Jean-Louis HARTENBERGER
  •  • 896 mots

Dans le chapitre « Une femme de tous les combats »  : […] Née le 25 avril 1925 à Sokołów, Zofia Kielan-Jaworowska devient, à l’âge de quinze ans, un membre actif de la résistance polonaise à Varsovie. Après la Libération, en 1945, elle reprend ses études de zoologie et de paléontologie et se porte volontaire dans cette ville dévastée pour reconstruire le musée de zoologie. La bibliothèque de l’établissement ayant été miraculeusement préservée, elle va s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/zofia-kielan-jaworowska/#i_484

MAMMIFÈRES

  • Écrit par 
  • Pierre CLAIRAMBAULT, 
  • Robert MANARANCHE, 
  • Pierre-Antoine SAINT-ANDRÉ, 
  • Michel TRANIER
  •  • 10 776 mots
  •  • 19 médias

Dans l'état actuel des connaissances, définir scientifiquement ces vertébrés que l'on nomme couramment mammifères est une véritable gageure que nous ne nous proposons pas de tenir. Il semble pourtant, a priori, parfaitement possible, voire facile, de trouver des caractères généraux et communs à l'homme, au cheval et au rat. D'une façon plus générale, il est possible de définir un groupe de vertéb […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mammiferes/#i_484

MEMBRES

  • Écrit par 
  • Claude GILLOT, 
  • Armand de RICQLÈS
  •  • 15 020 mots
  •  • 12 médias

La plupart des animaux dotés d'une symétrie bilatérale possèdent des expansions paires du corps, placées latéralement de chaque côté de la région postcéphalique. Ces expansions, de nombre et de structure très variables, sont fonctionnellement associées à la locomotion. Dans son acception la plus large, le terme de membre pourrait correspondre à toutes ces structures. Ainsi délimité, le sujet com […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/membres/#i_484

MEYER HERMANN VON (1801-1869)

  • Écrit par 
  • Eric BUFFETAUT
  •  • 741 mots
  •  • 1 média

Paléontologue allemand, Hermann von Meyer est connu notamment pour avoir donné le nom d’ Archaeopteryx (du grec archaios , « ancien », et pteryx , « aile ») à l’un des plus célèbres vertébrés fossiles […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hermann-von-meyer/#i_484

MOELLE ÉPINIÈRE

  • Écrit par 
  • Paul LAGET
  •  • 5 066 mots
  •  • 4 médias

La moelle épinière est une structure nerveuse axiale qui caractérise de façon fondamentale et constante le système nerveux central des Vertébrés. Chez tous, elle constitue le grand centre des réflexes sensitivo-moteurs de la vie végétative comme de la vie de relation. Renfermant le premier relais des messages originaires de la périphérie, recevant un flot incessant d'informations qui lui parvien […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moelle-epiniere/#i_484

MOTRICITÉ

  • Écrit par 
  • Pierre BUSER
  •  • 3 898 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La motricité chez les Vertébrés inférieurs »  : […] Chez les Vertébrés non mammaliens (Poissons, Batraciens, Reptiles, Oiseaux), l'analyse des fonctions de motricité somatique a été, à bien des égards, moins poussée que chez les Mammifères. Il en est ainsi des réflexes spinaux dont l'étude est souvent restée au stade descriptif. De même la régulation d'une certaine motricité « élaborée » par les centres supérieurs n'est pas connue. On ignore à peu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/motricite/#i_484

NERVEUX (SYSTÈME) - Neurogenèse et évolution

  • Écrit par 
  • Paul LAGET
  •  • 10 350 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Un même plan général »  : […] Le S.N.C. des vertébrés montre un plan d'organisation semblable dans les différentes classes actuelles de cet embranchement. Il se met en place au cours de l'embryogenèse dont les débuts sont similaires pour tous les groupes de vertébrés mais dont l'achèvement varie selon le niveau d'organisation atteint en définitive. Chez tous (fig. 4), on peut le subdiviser en une portion impaire, mais bilaté […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nerveux-systeme-neurogenese-et-evolution/#i_484

OISEAUX

  • Écrit par 
  • Eric BUFFETAUT, 
  • Michel CUISIN
  •  • 10 551 mots
  •  • 35 médias

On connaît plus de 9 800 espèces d'oiseaux vivants. Les spécialistes ne sont pas d'accord sur la classification des oiseaux les plus évolués, les passereaux. En effet, en raison du très petit nombre de fossiles et des grandes ressemblances entre espèces, on n'est pas encore parvenu à établir un arrangement qui fasse l'unanimité. On trouvera ici le système adopté par Peters et revu par Fisher (cf.  […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oiseaux/#i_484

OS

  • Écrit par 
  • Jean-Paul CAMUS, 
  • Armand de RICQLÈS
  • , Universalis
  •  • 15 852 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Vertébrés actuels »  : […] Toutes les études classiques dans le domaine de l'histologie comparée (J. Foote, 1916 ; R. Amprino et G. Godina, 1947 ; D. Enlow et S. Brown, 1956-1958) ont clairement montré la grande variété des types de tissus osseux des divers vertébrés. Cette constatation contredit le caractère unitaire de la description « classique » du tissu osseux (toujours réalisée à partir du même matériel : homme, lapi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/os/#i_484

OSMORÉGULATION

  • Écrit par 
  • Brahim LAHLOU
  •  • 3 306 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Osmorégulation des Vertébrés »  : […] Les Cyclostomes et les Élasmobranches sont en équilibre isosmotique avec l'eau de mer, mais suivant des mécanismes différents. Chez les premiers, qui constituent le groupe le plus primitif, la forte concentration interne est réalisée comme chez les Invertébrés, par l'abondance des ions minéraux, surtout Na + et Cl - . Chez les seconds, ces ions ne […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/osmoregulation/#i_484

OSTÉICHTHYENS

  • Écrit par 
  • Philippe JANVIER
  •  • 1 139 mots
  •  • 2 médias

Les ostéichthyens (littéralement « poissons osseux ») constituent un grand groupe monophylétique de vertébrés à mâchoires, ou gnathostomes (cf.  gnathostomes ), qui comprend non seulement la plupart des poissons actuels (cf.  actinoptérygiens , sarcoptérygiens ), mais aussi l'ensemble des tétrapodes, vertébrés pourvus de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/osteichthyens/#i_484

OSTRACODERMES

  • Écrit par 
  • Philippe JANVIER
  •  • 1 584 mots
  •  • 7 médias

Le nom « ostracoderme » fut introduit en 1889 par le paléontologue américain Edward Drinker Cope (1840-1897) pour désigner un ensemble de vertébrés primitifs fossiles sans mâchoires (« agnathes ») possédant une cuirasse osseuse dermique. Il a été démontré, depuis lors, que ces animaux appartiennent en réalité à des groupes très divers, et ce terme ne recouvre donc plus aucune réalité phylogénétiq […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ostracodermes/#i_484

PALÉOGÈNE

  • Écrit par 
  • Marie-Pierre AUBRY
  •  • 1 078 mots

Le paléogène est la plus ancienne des deux périodes (systèmes) de l'ère cénozoïque. Il s'étend de — 65,5 millions d'années (Ma) à - 23 Ma, soit une durée de 42,5 Ma. Sa limite inférieure, qui est aussi celle qui sépare les ères mésozoïque (ère secondaire des anciens auteurs) et cénozoïque (ères tertiaire et quaternaire des anciens auteurs), coïncide avec la collision d'une météorite avec la Terre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paleogene/#i_484

PALÉOHISTOLOGIE

  • Écrit par 
  • Delphine ANGST
  •  • 3 439 mots
  •  • 7 médias

Si l’histologie est l’étude des tissus biologiques actuels, par extension la paléohistologie correspond à celle des tissus biologiques fossiles. Pour des raisons de préservation, cette discipline s’appuie le plus souvent sur l’étude des os, des dents et des coquilles d’œufs. En effet, ces structures sont celles qui se fossilisent le mieux et dont seule la phase inorganique (minérale) est préservé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paleohistologie/#i_484

PALÉOZOÏQUE ou ÈRE PRIMAIRE

  • Écrit par 
  • Alain BLIECK
  •  • 10 606 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Les deutérostomiens »  : […] Au sein des bilatéraux, les deutérostomiens comprennent les échinodermes, les hémichordés et les chordés. Les Échinodermes sont connus dès le Cambrien inférieur (fig. 6 ). Ils présentent de nombreux taxons paléozoïques éteints. Ils effectuent une radiation adaptative importante à l'Ordovicien (avec en particulier les blastoïdes, cystoïdes, crinoïdes, astéroïdes, holothuries, échinoïdes, ophiures), […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paleozoique-ere-primaire/#i_484

PHÉROMONES

  • Écrit par 
  • Charles DESCOINS
  •  • 5 573 mots

Dans le chapitre « Phéromones des animaux vertébrés »  : […] Chez les vertébrés, les phéromones produites par un individu constituent pour son entourage un message codé qui porte des renseignements sur son statut social, sa situation et sa maturité sexuelle. L'existence de telles phéromones a été mise en évidence chez tous les vertébrés, des poissons aux primates et à l'homme. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pheromones/#i_484

PHILOSOPHIE ANATOMIQUE (É. Geoffroy Saint-Hilaire)

  • Écrit par 
  • Stéphane SCHMITT
  •  • 710 mots
  •  • 1 média

Un titre tel que Philosophie a natomique est surprenant pour le lecteur d’aujourd’hui, qui peut trouver incongrue cette association de termes. Pourtant, lorsque Étienne Geoffroy Saint-Hilaire (1772-1844), alors l’un des plus célèbres naturalistes français, professeur de zoologie au Muséum national d’histoire naturelle et membre de l’Académie des science […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philosophie-anatomique/#i_484

PHYLOGÉNOMIQUE

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 3 010 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les tuniciers à l'origine des vertébrés ? »  : […] Depuis Haeckel, on affirme que les embryons de tuniciers, comme les vertébrés, possèdent une chorde. Cela aurait pu n'être qu'une ressemblance. L'examen du génome d'un tunicier ( Ciona intestinalis ) et celui des protéines exprimées lors de son développement montrent que la moitié des 182 gènes connus pour participer à la mise en place de la chorde chez les vertébrés se retro […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/phylogenomique/#i_484

PLACODERMES

  • Écrit par 
  • Hervé Léo LELIÈVRE
  •  • 1 796 mots
  •  • 4 médias

Les placodermes constituent un groupe de vertébrés fossiles pourvus de mâchoires et d'une robuste carapace faite de plaques d'os dermiques – d'où leur nom. Ils ont vécu depuis le Silurien supérieur, mais surtout pendant le Dévonien, soit pendant une période de temps du Paléozoïque moyen qui s'étend sur environ 50 millions d'années (Ma). Les plus anciens ont été découverts dans des couches géolog […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/placodermes/#i_484

PLAN D'ORGANISATION DES VERTÉBRÉS

  • Écrit par 
  • Bertrand FAVIER
  •  • 5 774 mots
  •  • 6 médias

L'étude approfondie de mutants de la drosophile a mis en évidence un complexe de gènes, les gènes homéotiques, dont le fonctionnement détermine le plan du corps de l'insecte. La surprise est venue de la découverte que des ensembles de gènes homéotiques, apparentés à ceux de la drosophile, déterminent également le plan du corps des vertébrés ainsi que la formation de leurs membres : il s'agit d'u […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/plan-d-organisation-des-vertebres/#i_484

POISSONS

  • Écrit par 
  • Yves FRANÇOIS, 
  • Pierre-Antoine SAINT-ANDRÉ
  •  • 10 059 mots
  •  • 15 médias

Jusqu'à la fin du xix e siècle, l'accord était général pour considérer les Poissons comme une vaste classe de Vertébrés au même titre et sur le même plan que les Amphibiens, les Reptiles, les Oiseaux et les Mammifères. Mais, depuis que les progrès de la paléontologie ont montré le caractère hétérogène de cet ensemble, beaucoup de zoologistes re […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/poissons/#i_484

POISSON-ZÈBRE ou DANIO RERIO

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre LEVRAUD
  •  • 2 411 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Quelques découvertes faites grâce au poisson-zèbre  »  : […] La littérature scientifique faisant référence au danio zébré est pléthorique (plus de 30 000 articles publiés de 1995 à juillet 2017). On en donnera ici seulement quelques exemples. La biologie du développement est le premier domaine où l’utilisation de ce poisson a eu un impact majeur, dès les années 1990. La caractérisation de mutants a permis d’identifier les principaux signaux moléculaires qu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/poisson-zebre-danio-rerio/#i_484

REPTILES

  • Écrit par 
  • Pierre CLAIRAMBAULT
  •  • 3 965 mots
  •  • 8 médias

Les Reptiles actuels sont des Vertébrés terrestres poïkilothermes au corps allongé recouvert d'une peau écailleuse, souvent ornée ou brillamment colorée, qui n'empêche pas cependant les échanges avec le milieu extérieur ; des mues ont lieu pendant la croissance. À l'exception des Tortues qui possèdent un bec corné, tous les Reptiles ont des dents coniques, aux deux mâchoires. Chez les Serpents ve […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/reptiles/#i_484

REPTILES FOSSILES

  • Écrit par 
  • Armand de RICQLÈS, 
  • Pierre-Antoine SAINT-ANDRÉ
  •  • 11 604 mots
  •  • 14 médias

Qu'est-ce qu'un Reptile ? Pour le profane, la réponse ne fait aucun doute : les Reptiles actuels (lézards, serpents, tortues et crocodiles) sont des Vertébrés écailleux, rampants, à sang froid. En revanche, la définition de ce groupe animal est bien plus malaisée pour le spécialiste. Ce paradoxe découle des progrès réalisés dans la connaissance des formes fossiles, mais on peut tout de même défini […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/reptiles-fossiles/#i_484

SARCOPTÉRYGIENS

  • Écrit par 
  • Philippe JANVIER
  •  • 3 887 mots
  •  • 3 médias

Les sarcoptérygiens ( Sarcopterygii Romer, 1955) sont l'un des principaux groupes des vertébrés à mâchoires, les gnathostomes. Dans la nature actuelle, ils comprennent les dipneustes (cf.  dipneustes ), les actinistiens du genre Latimeria (cf.  cœlacanthe ) et les tétrapodes (vertébrés terrestres), ma […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sarcopterygiens/#i_484

SEXUALISATION, biologie

  • Écrit par 
  • Jacques DECOURT, 
  • Jean-Marc LOBACCARO, 
  • Étienne PATIN, 
  • Lluis QUINTANA-MURCI, 
  • Charles SULTAN
  •  • 14 029 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les chromosomes sexuels des vertébrés »  : […] La détermination du sexe emprunte en réalité des stratégies très diversifiées dans le monde du vivant. Comme l'avaient imaginé les contemporains d'Aristote pour l'homme, la température d'incubation de l'œuf chez certains sauropsidés (tous les crocodiliens et tortues de mer examinés, certains lézards et tortues terrestres) détermine le sexe du fœtus, une haute température le rendant masculin chez […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sexualisation-biologie/#i_484

SILURIEN

  • Écrit par 
  • Alain BLIECK
  •  • 1 014 mots

Le terme silurien, dérivé du nom de la tribu celte des Silures, a été proposé en 1835 par Roderick Murchison pour désigner une série stratigraphique de la Bordure galloise, en Angleterre. Le Silurien représente le système du Paléozoïque (ère primaire) qui est situé entre l'Ordovicien et le Dévonien. Il s'étend de — 443,7 millions d'années (Ma) à — 416 Ma , soit une durée de quelque 28 Ma. C'est l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/silurien/#i_484

SQUELETTE

  • Écrit par 
  • Yves FRANÇOIS, 
  • Armand de RICQLÈS
  • , Universalis
  •  • 5 760 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Croissance et remaniement du squelette des animaux »  : […] Les modalités de la croissance du squelette sont très variées, bien qu'elles répondent toutes à un impératif commun et spécifique : assurer l'expansion d'une matériau dur et rigide, incapable d'expansion interne. La forme du squelette, sa structure, la nature de ses tissus ne sont pas indépendantes du processus de croissance ; au contraire, ce dernier conditionne la nature même du squelette et les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/squelette/#i_484

STÉGOCÉPHALES

  • Écrit par 
  • Jean-Sébastien STEYER
  •  • 1 666 mots
  •  • 4 médias

On regroupe sous le nom de stégocéphales (du grec stegos , « plaque », et kephalê , « tête ») un ensemble paraphylétique de tétrapodes anciens caractérisés notamment par un crâne muni de plaques osseuses dermiques et ornementées, formant un véritable « toit crânien » qui protège l'encéphale. La plupart des stégocéphales (lépospondyles exceptés, voir plus […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/stegocephales/#i_484

STRUCTURE, biologie

  • Écrit par 
  • Philippe COURRIÈRE, 
  • Pierre DELATTRE, 
  • Armand de RICQLÈS
  •  • 10 000 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Forme et fonction »  : […] Dans la mesure où les rapports entre forme et fonction ne sont qu'un aspect particulier des relations entre structures et fonctions, il existe aussi une relation étroite entre la forme et la fonction. La nature de cette relation permet de définir le degré d'adaptation de celle-ci à celle-là. L'adaptation de la forme à la fonction semble être vraiment dans la nature des choses, puisqu'on la rencon […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/structure-biologie/#i_484

SUBORDINATION & DOMINANCE HIÉRARCHIQUES

  • Écrit par 
  • Marie-France BOUISSOU, 
  • Georges LE MASNE, 
  • Jean-Pierre SIGNORET
  •  • 6 720 mots

Dans le chapitre « Relation de dominance-subordination »  : […] Dans un groupe de poulets vivant ensemble depuis quelque temps, on n'observe plus de manifestations d'agressivité si le grain donné aux animaux est suffisamment réparti dans l'enclos. Mais si l'on crée une situation de compétition, en plaçant un seul tas de grains devant le groupe affamé, on constate qu'un seul poulet (individu alpha) s'approche aussitôt et se nourrit activement. D'autres se tienn […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/subordination-et-dominance-hierarchiques/#i_484

SYSTÈME IMMUNITAIRE (ORIGINES DU)

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 2 004 mots

Dans le chapitre « Un troisième système immunitaire ? »  : […] Le monde animal a donc d'abord sélectionné le système robuste de l'immunité innée, efficace, totalement déterminé génétiquement et qui implique l'ensemble du corps. Il l'a ensuite complété par la sélection du système adaptatif, de plus grande précision mais plus fragile, qui implique un mécanisme de contrôle et utilise des cellules et des organes spécialisés. Si l'on se replace dans la phylogénie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/systeme-immunitaire-origines-du/#i_484

TÉLÉOSTÉENS ET HOLOSTÉENS

  • Écrit par 
  • Yves FRANÇOIS, 
  • Pierre-Antoine SAINT-ANDRÉ
  •  • 7 304 mots
  •  • 18 médias

Le groupe des Téléostéens, par sa diversité morphologique, biologique, écologique, représente un remarquable succès évolutif. Avec environ vingt-cinq mille espèces, non seulement il est le groupe de Poissons de beaucoup le plus nombreux, mais, en outre, il compte à peu près autant d'espèces que tous les autres Vertébrés réunis. On trouve des Téléostéens dans tous les milieux aquatiques, marins o […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/teleosteens-et-holosteens/#i_484

TERRITOIRE, éthologie

  • Écrit par 
  • Jean-Claude RUWET
  •  • 2 765 mots
  •  • 4 médias

Dans les différentes classes de Vertébrés, les structures sociales ont évolué sous la pression de deux exigences : d'une part, multiplier les contacts et la coopération entre individus pour la recherche de nourriture, l'utilisation d'abris, la reproduction, l'élevage et la protection des jeunes, ce qui explique la complexité croissante des relations au sein du couple temporaire ou durable, de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/territoire-ethologie/#i_484

TÉTRAPODES

  • Écrit par 
  • Philippe JANVIER
  •  • 613 mots
  •  • 1 média

Les tétrapodes sont les vertébrés, surtout aériens et terrestres, qui sont, au moins primitivement, pourvus de quatre membres, eux-mêmes pourvus de doigts. Dans la nature actuelle, ils comprennent les amphibiens « modernes », ou lissamphibiens (apodes, salamandres, tritons, grenouilles, crapauds) et les amniotes (« reptiles », oiseaux, mammifères). Ils comptent également un grand nombre de groupe […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tetrapodes/#i_484

THÉRAPSIDES

  • Écrit par 
  • Philippe JANVIER
  •  • 445 mots

Ensemble de vertébrés amniotes du Permien et du Trias (300 à 200 millions d'années) constituant la souche qui a donné naissance aux mammifères. Dès le Carbonifère, il y a plus de 300 millions d'années, le groupe des synapsides, qui comprend dans la nature actuelle les mammifères, s'était individualisé avec, à sa base, les caséasaures et les pélycosaures. Les thérapsides (encore appelés reptiles m […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/therapsides/#i_484

URINAIRE APPAREIL

  • Écrit par 
  • Didier LAVERGNE
  •  • 5 141 mots
  •  • 6 médias

L' adaptation de l'appareil urinaire à ses fonctions est un exemple typique des perfectionnements acquis au cours de l'évolution animale pour permettre la conquête de biotopes nouveaux. Dans le cas des Vertébrés, des structures rénales archaïques, excrétrices au sens passif du terme, ont fait place à des dispositifs sécréteurs plus élaborés (néphrons) assurant le réglage actif du milieu intérieur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/appareil-urinaire/#i_484

VERTÈBRES ET RACHIS

  • Écrit par 
  • Yves FRANÇOIS, 
  • Claude GILLOT
  •  • 4 602 mots
  •  • 7 médias

La colonne vertébrale, ou rachis, est une tige formée de petits éléments osseux juxtaposés, les vertèbres, articulés entre eux : elle est donc très solide mais flexible. Caractérisée par sa situation, à la fois axiale et dorsale , par sa continuité, de la base du crâne jusqu'au bassin, et par son rôle de protection de la moelle épinière, la colonne vertébrale constitue, chez les animaux qui en son […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vertebres-et-rachis/#i_484

VIE ANIMALE DANS L'AIR ET DANS L'EAU

  • Écrit par 
  • Pierre DEJOURS
  •  • 3 754 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Squelette des Vertébrés »  : […] Les animaux aquatiques, ayant à peu près la même densité que l'eau, ne sont soumis de ce fait qu'à de faibles contraintes mécaniques, d'ailleurs relativement inchangées selon la taille de l'animal puisque la poussée d'Archimède est proportionnelle au volume de celui-ci. Dès lors, il n'est pas surprenant d'observer que le poids du squelette des poissons osseux et des lamproies constitue une faibl […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/animal-vie-dans-l-eau-et-dans-l-air/#i_484

VISION - Photoréception rétinienne

  • Écrit par 
  • Yves GALIFRET
  •  • 5 924 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Les pigments de la vision des couleurs »  : […] Certains Vertébrés, de même que certains Arthropodes, possèdent, outre la rhodopsine, des pigments visuels dont les maxima d'absorption sont plus dispersés dans le spectre visible et peuvent même se trouver dans l'ultraviolet. Ces pigments sont ceux qui permettent la vision des couleurs, et ils ne sont abondants que chez les animaux à mœurs diurnes. Chez les Vertébrés, leur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vision-photoreception-retinienne/#i_484

VISION - Neurophysiologie visuelle

  • Écrit par 
  • Jean BULLIER
  •  • 9 811 mots
  •  • 14 médias

La vision est certainement la modalité sensorielle dominante chez l'homme. La compréhension des bases physiologiques de cette fonction a donné lieu à de nombreuses études réalisées principalement chez les vertébrés supérieurs et plus particulièrement chez le singe, dont l'organisation du système visuel se rapproche le plus de celle de l'homme. Cet article traite de la physiologie du traitement de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vision-neurophysiologie-visuelle/#i_484

VISION - Vision et évolution animale

  • Écrit par 
  • Stéphane HERGUETA
  •  • 5 757 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre «  La perception des formes »  : […] Dans le cerveau des Arthropodes ou la partie nerveuse de la rétine des Vertébrés, des neurones sensoriels spécifiques mesurent et comparent les niveaux d'activation de photorécepteurs voisins. Par un jeu d'inhibition, ils empêchent la transmission des activations peu intenses. Il en résulte une augmentation du contraste de l'image qui fait ressortir des contours par juxtaposition de zones de forte […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vision-vision-et-evolution-animale/#i_484

VOL ANIMAL

  • Écrit par 
  • Armand de RICQLÈS
  •  • 8 251 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Autres Vertébrés volants »  : […] Parmi les Poissons cartilagineux, ou Chondrichthyens, les énormes raies Manta sont capables d'effectuer des sauts hors de l'eau, mais on ne peut qualifier de vol ces incursions très limitées dans le milieu aérien. Chez les Téléostéens, les poissons volants les plus connus sont les Exocets qui planent au moyen de leurs grandes nageoires pectorales . L'élan nécessaire à l'envol est fourni par la mu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vol-animal/#i_484

YANG ZHONGJIAN ou CHUNG CHIEN YOUNG (1897-1979)

  • Écrit par 
  • Eric BUFFETAUT
  •  • 659 mots
  •  • 2 médias

Yang Zhongjian, aussi connu sous la translittération Chung Chien Young, peut être considéré comme le fondateur de la paléontologie des vertébrés en Chine. Avant lui, les recherches dans ce domaine avaient été menées principalement par des étrangers. Né à Huaxian (province du Shaanxi) le 1 er  juin 1897, Yang Zhongjian suit des études à la faculté de géologie de l'universit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/yang-zhongjian-chung-chien-young/#i_484

Voir aussi

Pour citer l’article

Charles DEVILLERS, Philippe JANVIER, « VERTÉBRÉS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/vertebres/