VERS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Naissance de l'alexandrin

Utilisé pour la première fois dans le Pèlerinage de Charlemagne (fin xie-début xiie siècle), son nom apparaît seulement au xiie siècle, dans une poésie épique, le Roman d'Alexandre. Ce vers de douze syllabes va devenir le mètre de référence du théâtre, en particulier dans l'âge dit « classique ». À cette époque, l'alexandrin possède une structure régulière, déterminée par un rythme binaire. Les douze syllabes sont en effet usuellement divisées en deux groupes de six syllabes, nommés « hémistiches » et coupés par une césure. Celle-ci est déterminée par l'accentuation de la sixième syllabe du vers et, au xviie siècle, elle épouse la syntaxe. Comme la fin d'un vers, elle ne doit pas isoler des éléments grammaticalement dépendants, un article et le nom qu'il détermine par exemple : ARICIE – « Dans quels ravissements, / / à votre sort liée, / Du reste des mortels / / je vivrais oubliée ! » (Racine, Phèdre, V, 1).

Ainsi, l'alexandrin régulier est un mètre de douze syllabes, possédant deux accents toniques fixes, l'un à la césure, l'autre à la rime, en plus de deux accents libres à l'intérieur de chaque hémistiche.

Si le schéma rythmique se caractérise par l'agencement de ces accents, le schéma harmonique est conditionné par la répétition de mêmes phonèmes : on parlera d'assonance lorsque les voyelles se répètent, d'allitération lorsqu'il s'agit de consonnes, de rime enfin. Phonétiquement, la rime désigne l'homophonie de la dernière voyelle tonique de deux ou plusieurs vers, et des phonèmes qui peuvent la suivre (« cire » et « ire »). Lorsque les phonèmes qui suivent la voyelle tonique sont différents, il n'y a pas rime, mais assonance (« cire » et « dédise »). Les homophonies déterminent le type de rime : la « rime pauvre » est constituée par la simple homophonie de la dernière voyelle tonique du vers ; la « rime suffisante », par l'homophonie de la voyelle tonique et celle de la consonne d'appui (« ira » et « montrera ») ou de la consonne suivante (« cœur » et « sœur ») ; la « rime riche », par trois homophonies, comme celles de la consonne d'appui, de la voyelle tonique et de la consonne suivante (« mer » et « amer »). Outre l'homophonie, la rime est également influencée par des effets d'homographie. Depuis François de Malherbe (1555-1628), on ne peut ainsi faire rimer des mots qui ne rimeraient pas si l'on prononçait l'accord (« jouent » et « cou » ; « prient » et « pris »). C'est donc la liaison virtuelle qui fixe la règle.

On peut disposer les rimes de façon multiple. Dans la tragédie classique, par exemple, la disposition des rimes est dite « plate » ou « suivie », c'est-à-dire qu'elle suit un schéma de type aa, bb, cc, etc. Ce schéma s'accompagne d'une alternance traditionnelle entre les « rimes féminines » et les « rimes masculines », les premières désignant des vers s'achevant sur un -e muet : « Serments fallacieux, salutaire contrainte, / Que m'imposa la force et qu'accepta ma crainte, / Heureux déguisements d'un immortel courroux, / Vains fantômes d'État, évanouissez-vous ! » (Corneille, Rodogune, II, 1).

La disposition des rimes est dite « croisée » dans un schéma du type abab : « Le soleil rayonnait sur cette pourriture, / Comme afin de la cuire à point, / Et de rendre au centuple à la grande Nature / Tout ce qu'ensemble elle avait joint. » (Baudelaire, « Une charogne »).

On parle de rime « embrassée » dans un schéma du type abba : « A noir, E blanc, I rouge, U vert, O bleu : voyelles, / Je dirai quelque jour vos naissances latentes : / A, noir corset velu des mouches éclatantes / Qui bombinent autour des puanteurs cruelles » (Rimbaud, « Voyelles »).

La combinaison à la fois signifiante et rythmique des vers compose la strophe, celle-ci pouvant se suffire à elle-même ou se combiner pour former un poème. Du nombre des vers dépend le nom de la strophe : quatrain, cinquain ou quintil, sizain, septain, etc.). Par ailleurs, celle-ci peut être isométrique ou hétérométrique et engendrer un certain nombre de formes fixes. La ballade est notamment composée de trois strophes semblables, comprenant entre six et seize vers. Le lai, le virelai, le rondeau ou le chant royal sont les autres formes connues du Moyen Âge. La Renaissance leur en ajoute d'autres, telles que l'épigramme, l'élégie, l'épître, la satire ou l [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

  • : ancienne élève de l'École normale supérieure, agrégée de lettres modernes, docteure en lettres modernes et en arts du spectacle

Classification

Voir aussi

Les derniers événements

11-19 octobre 2021 Liban. Entraves à l'enquête sur l'explosion du port de Beyrouth.

Le 14 également, des affrontements opposent des miliciens chiites et chrétiens sur le passage de manifestants marchant vers le palais de justice de Beyrouth pour dénoncer l’enquête du juge Bitar à l’appel des partis chiites Hezbollah et Amal. Six manifestants sont tués. La veille, Samir Geagea, chef du parti chrétien des Forces libanaises, avait appelé ses partisans à ne pas céder à l’« intimidation » des partis chiites. […] Lire la suite

19 septembre - 1er octobre 2021 États-Unis – Haïti. Polémique au sujet du traitement des migrants à la frontière mexicaine.

Le 22, l’émissaire américain à Haïti, Daniel Foote, annonce sa démission, dénonçant les expulsions « inhumaines », par les États-Unis, de milliers de migrants haïtiens vers leur pays en proie au chaos. Le 24, le président Joe Biden, que ses détracteurs accusent d’avoir assoupli les conditions d’immigration, déclare, au sujet des agissements des gardes-frontières : « C’est mal. […] Lire la suite

9 septembre 2021 Royaume-Uni – France. Décision controversée de Londres sur le renvoi des migrants venant de France.

La sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne empêche Londres d’invoquer le règlement de Dublin pour renvoyer les migrants vers le pays de leur première entrée en Europe. Le dernier accord conclu en juillet par Londres et Paris sur le sujet prévoit un renforcement des moyens de surveillance du littoral français contre une participation financière britannique de 62,7 millions d’euros. […] Lire la suite

6-31 août 2021 Afghanistan – États-Unis. Prise du pouvoir par les talibans.

Des milliers de civils convergent vers l’aéroport de Kaboul dans l’espoir d’être évacués, ce qui donne lieu à des scènes de chaos et de panique. Jusqu’à la fin du mois, échéance prévue du retrait américain, plusieurs pays, au premier rang desquels les États-Unis, organiseront des opérations d’évacuation encadrées par une dizaine de milliers de soldats de diverses nationalités, dont six mille Américains, exfiltrant dans une grande confusion plus de cent vingt-trois mille civils occidentaux et afghans. […] Lire la suite

5-31 août 2021 France. Annonce de nouvelles mesures sanitaires et économiques.

Le 31, le site d’information Mediapart révèle qu’une faille informatique a rendu accessibles les données personnelles et les résultats de test Covid de centaines de milliers de personnes transmis par les pharmacies vers la plateforme gouvernementale par la société Francetest. Le 20 octobre, le tribunal correctionnel de Metz condamnera Cassandre Fristot à six mois de prison avec sursis pour « provocation à la haine raciale ». […] Lire la suite

Pour citer l’article

Elsa MARPEAU, « VERS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/vers/