VERMEER DE DELFT (1632-1675)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une production restreinte

Jan Vermeer naquit à Delft ; il était le fils d'un tisserand en étoffes de soie, qui possédait en outre une grande maison (Mechelen) avec une auberge sur la place du Marché. Par ses origines, Vermeer appartenait donc à la petite bourgeoisie d'affaires qui constituait l'armature de la république hollandaise du xviie siècle et dont les peintres faisaient aussi partie. À la fin de 1653, Vermeer fut admis dans la guilde des peintres de Delft, ce qui signifie qu'il avait alors fait pendant plusieurs années son apprentissage chez un maître reconnu : sans doute Leonaert Bramer (environ 1595-1674), le peintre le plus choyé de Delft jusqu'au début des années 1650. Lorsque Vermeer voulut prendre épouse et que la mère de la fiancée, qui était plus fortunée que les parents de Vermeer, refusa son consentement, Bramer alla plaider en personne la cause de Vermeer auprès d'elle. Les noces avec Catharina Bolnes eurent lieu peu après, en avril 1653, donc avant la réception de Vermeer à la maîtrise de la guilde. À la mort de son père, en 1655, il emménagea avec sa femme dans la maison Mechelen. Il est possible que Vermeer ait loué l'auberge annexe et en ait tiré un revenu. Il est manifeste en tout cas que Vermeer et sa famille – Catharina donna le jour à quatorze enfants au moins – n'étaient pas exclusivement tributaires de la peinture pour leur subsistance. Des documents établis de son vivant et peu après sa mort font état d'une trentaine de tableaux de sa main. Les trente et quelques tableaux qui sont à l'heure actuelle généralement reconnus comme des originaux de Vermeer peuvent presque tous être identifiés aux œuvres figurant dans ces descriptions anciennes. L'œuvre de Vermeer a donc été conservée presque intégralement. Que la production de l'artiste n'ait pas été très abondante est d'ailleurs parfaitement concordant avec le soin méticuleux et pondéré qu'il apportait à son travail.

Vermeer a certes vendu ses œuvres un bon prix. En 1663, l'aristocrate français Balthazar de Monconys mentionne dans son journal à l' [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages



Médias de l’article

Jeune Garçon apportant des grenades, P. de Hooch

Jeune Garçon apportant des grenades, P. de Hooch
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Le Verre de vin, Vermeer de Delft

Le Verre de vin, Vermeer de Delft
Crédits : AKG

photographie

L'Atelier, J. Vermeer

L'Atelier, J. Vermeer
Crédits : Bridgeman Images

photographie

La Dentellière, J. Vermeer

La Dentellière, J. Vermeer
Crédits : Bridgeman Images

photographie





Écrit par :

Classification


Autres références

«  VERMEER DE DELFT (1632-1675)  » est également traité dans :

JAN VAN DER MEER DE DELFT, Théophile Thoré-Bürger - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 1 060 mots
  •  • 1 média

Parmi les nombreux titres qui font de Théophile Thoré (1807-1869) l'un des critiques d'art français les plus importants de la monarchie de Juillet et du second Empire, l'ouvrage consacré à la redécouverte de Vermeer est l'un des plus célèbres. C'est en effet grâce à Thoré qu'un peintre du xviie siècle largement tombé dans l'oubli reprit sa place aux c […] Lire la suite

ALLÉGORIE

  • Écrit par 
  • Frédéric ELSIG, 
  • Jean-François GROULIER, 
  • Jacqueline LICHTENSTEIN, 
  • Daniel POIRION, 
  • Daniel RUSSO, 
  • Gilles SAURON
  •  • 11 638 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Du XVIIIe au XXe siècle »  : […] À partir de la fin du xvi e  siècle, la personnification s'éloigne progressivement de l'ambivalence du symbole pour devenir le mode de représentation privilégié de l'allégorie, laquelle se constitue dès lors comme une catégorie à part entière et occupe une place prépondérante dans la hiérarchie des genres artistiques, codifiée par la tradition académique. Celle-ci lui assure un développement inint […] Lire la suite

ART (L'art et son objet) - Le faux en art

  • Écrit par 
  • Germain BAZIN
  •  • 6 714 mots

Dans le chapitre « Expert, critique et connaisseur »  : […] La détection des contrefaçons exige non seulement une grande expérience, mais un flair particulier qui permet de discerner aussitôt les éléments anormaux d'une œuvre d'art, même si celle-ci apparaît au premier abord digne d'intérêt et conforme à une manière ou à un style connus. Un connaisseur aura l'attention attirée par une usure anormale, obtenue par des moyens mécaniques, une patine suspecte, […] Lire la suite

FABRITIUS CAREL (1622-1654)

  • Écrit par 
  • Jacques FOUCART
  •  • 844 mots

Fils d'un maître d'école dénommé Pieter Carelsz, Carel reçut sans doute une première formation de menuisier ou de charpentier si l'on en juge par le surnom de Fabritius ( Faber ) qui était déjà accolé à son prénom en 1641, date de son mariage et de son établissement à Amsterdam. Ses frères Barent et Johannes devaient à sa suite adopter le même nom. Son orientation vers la peinture vient peut-être […] Lire la suite

HOOCH PIETER DE (1629-1684)

  • Écrit par 
  • Françoise HEILBRUN
  •  • 1 493 mots
  •  • 1 média

Né à Rotterdam dans un milieu assez humble, mort à Amsterdam, Pieter De Hooch est, comme ses contemporains Vermeer et Gérard Ter Boch, le peintre de l'intimité bourgeoise. Selon Houbraken, il a été formé à Haarlem dans l'atelier de Berchem, avec lequel, à vrai dire, son œuvre a peu en commun. Il loue bientôt ses services à Justus de La Grange, négociant en drap résidant à La Haye, qui le loge et, […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Albert BLANKERT, « VERMEER DE DELFT (1632-1675) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 juillet 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/vermeer-de-delft/