VELÁZQUEZ (exposition)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un parti pris de réalisme

Viennent ensuite les variations naturalistes. Les Trois Musiciens (1616-1617) représentent une scène de taverne. L’année 1618 marque le début des œuvres majeures, comme Le Repas à Emmaüs ou La Mûlatresse. L’Éducation de la Vierge (vers 1617-1618) témoigne de la maîtrise du peintre dans la composition des attitudes. Les effigies de Saint Paul (vers 1616-1619) et de L’Apôtre saint Thomas (vers 1619-1620) sont exécutées avec vigueur. L’Immaculée Conception (1619) s’inscrit dans le courant du culte rendu à Marie. Cette toile faisait pendant à la représentation de Saint Jean à Patmos (1619). La figure de la Vierge revient dans deux tableaux sévillans : L’Adoration des mages (1619) et La Remise de la chasuble à saint Ildefonse (vers 1620). Le portrait de Luis de Góngora (1622) fut exécuté à la demande de Pacheco.

Un premier séjour à Madrid permet au jeune artiste de découvrir un courant artistique venu d’Italie, le caravagisme. Une salle de l’exposition met en valeur la découverte et la forte influence que Caravage (1571-1610) eut sur lui ainsi que sur d’autres peintres espagnols tels que Ribera ou Maino.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

  • : professeur émérite des Universités, membre correspondant de la Real Academia Española

Classification

Pour citer l’article

Bernard SESÉ, « VELÁZQUEZ (exposition) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/velazquez/